[]
.
facebook   twitter

EN LECTURE COMPLETE : Eric Lejoindre : "Personne ne doit être exclu du domaine culturel"

Par: Marie Déalessandri  

Rubrique: Le dossier du mois (février 2014)

 


Carine Rolland, adjointe au maire chargée de la culture, et Eric Lejoindre, premier adjoint de Daniel Vaillant et candidat PS à la mairie du 18e, reviennent sur les réalisations et les perspectives culturelles à deux mois des élections municipales.

C’est dans un bureau submergé par le courrier que Carine Rol­land revient sur son action en tant qu’adjointe de Daniel Vaillant chargée de la culture. Pour elle comme pour Éric Lejoindre, l’élément principal du mandat passé comme de celui éventuellement à venir est de travailler dans la proximité, via la dotation à l’animation culturelle de proximité (voir l’article page 5). Carine Rolland s’est efforcée de valoriser les initiatives en milieu scolaire. « Comme l’école, la culture fait partie d’une forme d’ouverture extrêmement importante. C’est un créateur de lien essentiel. » Tou­tefois, sa volonté de travailler main dans la main avec l’éducation nationale a été mise à mal par la réforme des rythmes scolaires. Éric Lejoindre, de son côté, rappelle que de beaux projets ont été créés durant le mandat, notamment des résidences artistiques de longue durée comme à l’école Pierre Budin à la Goutte d’Or.

Faire entrer l’art dans la rue

Parmi les projets financés par cette dotation culturelle, beaucoup de théâtre et de chant, mais Carine Rolland aimerait pouvoir valoriser d’autres formes d’expression artistique en particulier les arts de la rue : « Il faut faire entrer l’art dans l’espace public et aller vers les habitants. » Mais la dotation culturelle de proximité « est un dispositif où on ne peut pas forcer les gens », souligne-t-elle.
Une réflexion qu’elle se fait également concernant la répartition des projets sur l’arrondissement. « Quand une association vient soumettre une idée, des engagements ont parfois déjà été pris avec un partenaire : c’est très important de respecter le maillage. » Les efforts de l’équipe chargée de la culture ont consisté à répartir les projets au mieux, notamment dans les quartiers où le tissu associatif est moins construit : la Chapelle, la porte Montmartre, Amiraux Simplon.
Cette dotation a surtout servi à soutenir le festival Musiques et Jardins (rebaptisé Rhizomes en 2012) qui a lieu dans les espaces verts du 18e tous les étés. Carine Rolland s’explique : « Nous voulons en faire un symbole fort de notre action culturelle ». Mais l’adjointe réfute l’idée d’une «  culture événementielle » : « L’écueil dans lequel on n’a jamais voulu tomber, c’est de ne faire que du très ponctuel. »

Manque d’espace de diffusion

Le développement des pratiques artistiques amateurs est également un point majeur du programme. « Nous man­quons d’espaces de diffusion », expli­que Carine Rolland, d’où l’ouverture d’une salle de spectacle de 280 places à la Halle Pajol, dédiée aux amateurs. Dans la même veine, le nouveau quartier de Chapelle International devrait accueillir une Maison des pratiques artistiques amateurs où des artistes pourront répéter, créer, échanger.
« La rénovation du conservatoire est l’autre chantier important sur lequel il faut qu’on s’engage, complète Éric Lejoindre. Beaucoup d’équi­pements ont été mis en place durant la précédente mandature mais on doit continuer ». Les Trois Bau­dets, l’Institut des cultures d’islam, le Louxor, la rénovation du musée de Montmartre : autant de lieux mis en avant par Carine Rolland pour illustrer les actions de la mandature. Sans parler de la résurrection de la gare de Saint-Ouen d’ici fin 2015. Quant à la menace qui pèse sur le Lavoir moderne parisien, Carine Rolland rappelle que « ce n’est pas un lieu municipal. » « Nous défendons beaucoup sa vocation artistique et il a toujours été clairement dit que la Ville ferait en sorte de faire jouer tous les moyens légaux pour que le LMP reste une salle de spectacle vivant", affirme-t-elle.
« Je pense qu’aujourd’hui il y a beau­coup de lieux bien identifiés, mais ce qu’attendent les habitants maintenant, ce sont des lieux avec des facilités d’accès », martèle Carine Rolland. Des propos qui font échos à ceux
d’Éric Lejoindre : « Je veux faire en sorte que tous les habitants, quelle que soit leur situation, puissent avoir accès à la culture, en planchant par exemple sur des horaires élargis pour les bibliothèques municipales. Personne ne doit se sentir exclu du domaine culturel. »