[]
.
facebook   twitter

Magicien malgré lui

Par: Jacqueline Gamblin  

Rubrique: Théâtre (février 2014)

 


Ce jour-là, Sébastien-le-magicien qui se croit de repos et bricole dans son atelier où sè­chent des caleçons pendus sur une corde qui se sectionne sur son passage et se retend illico, cherche (« atchoum ! ») un médicament anti-al­lergie. Remède qui s’avè­re être un immense boudin-plastique qu’il va ingérer. Heureusement pour son estomac, cet exploit ne lui arrive que tous les deux ans. Le jeune pu­blic est hilare. Mais voici que, d’un ballon gonflable, naît une colombe suivie de sa copine surnommée « Aller­gie ». Et, pendant qu’elles volettent, les enfants lancent « lacets, tes lacets ! » au magicien distrait qui n’a pas lacé ses tennis, et affirme n’avoir pas le temps de s’occuper des enfants ! Car il vient de recevoir une lettre de la Haute Autorité des Magiciens le convoquant pour un test d’autodisparition, vu que son précédent confrère n’est jamais réapparu ! Et la spécialité de notre ami Sébastien, ce sont justement les disparitions, «  y compris enfants, parents qui les embêtent », mais – malheureusement – pas les disparitions d’impôts ! De plus, il attend la livraison du matériel nécessaire à tester son autodisparition, l’affaire de quelques minutes qui permettent à Léonie (8 ans) ou Marius (6 ans) de le rejoindre sur scène pour s’essayer à quelques tours.
Tout à coup, la lumière vascille. Une luciole bleue s’écrase sur la vitre de l’ate­lier puis reprend son vol, poursuivie par ce grand dadais de magicien qui n’en peut plus de lui courir après pour lui faire sa fête. Un cri s’élève soudain : « Au secours ! Je ne suis pas n’importe quelle bestiole sous votre pied. Je voudrais retrouver ma forme normale ! » Posant ses fesses de marionette sur la commode, la rousse Fée Paulette, qui a perdu sa baguette magique, compte sur le secours de Sébastien pour « qu’un miracle s’accomplisse » mais c’est raté ! Alors, elle se venge, le transformant, tout en exerçant sa voix et ses octaves, en drôle de Fée Clochette – tignasse brune frisée, et yeux comme des soucoupes volantes –. Puis lui demande quelques gouttes de rosée fraîche avant de repartir. Mais lui, ayant compris « du rosé » qu’il n’a pas, propose « un Coca », la priant de déguerpir illico ! Pour le punir, la Fée Paulette lui ravit son pouvoir de magicien, le donnant aux enfants présents. Juste à l’instant où il attend sa machine à disparaître, et où on le convoque pour prouver sa maîtrise de l’autodisparition ! Le magicien ne peut alors compter que sur le secours de son public, car « un magicien sans pouvoirs, c’est comme une brosse à dents sans poils ».
Cette comédie magique, propre à susciter des vocations parmi le public, rondement menée par son talentueux auteur, Sébastien Mossière, a amplement mérité le Prix du Meilleur spectacle magique de l’année 2013 et les acclamations d’un public très enthousiaste.

* Au Théâtre des Béliers Parisiens. Comédie familiale de et avec Sébastien Mossière.
À partir du 1er février, le dimanche 11h, le mercredi et le samedi à 14 h 30,
et pendant les vacances scolaires du mardi au dimanche,
14 bis rue Sainte-Isaure, 01 42 62 35 00.