[]
.
facebook   twitter

Brigitte, jamais loin de la Butte

Par: Claire Lemarchand  

Rubrique: Les Gens (septembre 2014)

 


Le 18e du mois a rencontré Aurélie et Sylvie avant la sortie très attendue de leur deuxième album. Deux artistes dont le quotidien n’est jamais bien loin de Montmartre.

Sylvie, la brune espiègle, est parisienne d’adoption. Quinze ans déjà qu’elle a posé ses valises sur la Butte. Par-dessus tout, elle aime y courir tôt le matin et embrasser du regard la capitale depuis le Sacré-Cœur. Un grand classique, vu, vu et revu, certes, mais avec « une lumière toujours différente, et surtout sans personne, c’est génial ! », s’enthousiasme-t-elle.
Aurélie, la blonde pétillante, est Parisienne pur sucre. Toute une vie rive droite, un pied dans le haut du 9e où elle habite, un autre à Mont­martre où ses bonnes adresses fourmillent. Adolescente déjà, narre-t-elle, elle aimait « grimper, passer par-dessus les barrières, se planquer la nuit » dans les jardins – pourtant privés – qui jouxtent le moulin de la Galette, ou se rendre aux Coulisses, une boîte près de la place du Tertre courue pour sa programmation… hip-hop !
Les deux jeunes femmes ne changeraient d’endroit pour rien au monde. « J’y ai toute ma famille, tous mes copains », assure Aurélie, tout en évoquant deux restaurants où elles aiment se retrouver, « Guilo Guilo », table japonaise réputée de la rue Garreau, et « Dan Bau », enseigne vietnamienne de la rue des Trois Frères.
Seul bémol, les années passent et les rues changent à Montmartre : « Trop de magasins de fringues, trop de franchises aux Abbesses. Ça n’a plus la même gueule. Il y a quinze ans, les touristes n’y venaient pas. Aujourd’hui c’est un peu Disneyland », déplore Aurélie. « C’est comme le métro. Avec un bon livre, ça peut être très agréable, mais il faut éviter les heures de pointe », nuance quelque peu Sylvie.
... (Lire la suite dans le numéro de septembre 2014)


Photo : © DR