[]
.
facebook   twitter

LECTURE COMPLETE : Des meubles à petits prix pour les précaires grâce à Emmaüs

Par: Maryse Le Bras  

Rubrique: La Chapelle (juillet-août 2017)

 


Équiper son premier logement grâce à la Banque solidaire de l’équipement : une belle initiative d’Emmaüs Défi au service des personnes en précarité.

Chaque année, des ménages en situation d’hébergement d’urgence accèdent à un logement pérenne à Paris et c’est tant mieux ! Mais ces personnes en grande précarité ont beaucoup de mal à meubler leur logement et peuvent vivre plusieurs mois privés de l’équipement le plus basique (vaisselle, linge de maison, table, chaise, électroménager, etc.). Par ailleurs, plusieurs entreprises ont des stocks d’invendus.
Faire le lien entre deux besoins, la gestion de produits neufs invendus et les ressources limitées des personnes en situation de précarité : c’est le pari que s’était lancé Emmaüs Défi en 2012. Pari réussi par le lancement de la Banque solidaire de l’équipement, avec le soutien du groupe Carrefour et de la Ville de Paris, dans le but d’enrayer cette précarité et de contribuer à l’appropriation de leur nouveau logement par les personnes concernées. Ce service permet à des ménages accédant à leur premier logement d’acheter, pour des prix très modiques, du matériel neuf de première nécessité.
Comment ça marche ? Tous les bénéficiaires de la Banque solidaire de l’équipement sont orientés par les services sociaux de la Ville de Paris et par les associations qui accompagnent les ménages en difficulté. Ils sont reçus sur rendez-vous dans un appartement témoin, pour y faire leur choix parmi les biens essentiels de qualité proposés. Ils peuvent venir jusqu’à trois fois, sur une période de trois mois, afin de pouvoir étaler leurs dépenses et être conseillés.

700 familles en 2016

Depuis sa création, plus de 1 700 familles ont bénéficié de la Banque solidaire de l’équipement, dont 700 rien qu’en 2016. Tous les acteurs de ce service y trouvent leur compte : familles, travailleurs sociaux, salariés d’Emmaüs en parcours d’insertion qui aident à préparer et livrer le matériel, et enfin les entreprises.
Comme le souligne un travailleur social, « l’avantage de la BSE, c’est d’être une réponse immédiate aux besoins, par rapport au Fonds solidarité logement ou au prêt CAF. Les personnes paient, la semaine d’après elles ont les objets. Cela permet d’atténuer la phase camping. Ils obtiennent linge de maison, équipement de base, de cuisine, même avec seulement 30 €. » Georgette, bénéficiaire de la banque, témoigne aussi de l’intérêt majeur du service rendu : « Sans cette opportunité, je sais que je n’aurais pas pu équiper mon appartement sans m’endetter. »
L’action de la Banque solidaire de l’équipement est rendue possible grâce à des partenariats avec de grandes entreprises qui permettent à Emmaüs Défi de récupérer leurs invendus. Cher lecteur, si vous connaissez une entreprise susceptible de devenir partenaire de la BSE, n’hésitez pas à lui parler de cette belle initiative !

(Lire le 18e du mois)


Photo : © Jean-Claude N’Diaye