[]
.
facebook   twitter

Culture, commerce et start-up, le 18e qui entreprend

Par: Samuel Cincinnatus, Véronique Vidalou  

Rubrique: Le dossier du mois (avril 2018)

 


Des locaux moins chers que dans le centre de Paris, un arrondissement bien desservi par les transports en commun, des dispositifs d’accompagnement privés ou publics, les atouts du 18e suscitent les installations d’entreprises.

"C’est le charme du 18e… Des entreprises préfèrent s’installer dans l’arrondissement pour la qualité de vie" s’enthousiasme Afaf Gabelotaud, adjointe au maire du 18e en charge du développement économique, du commerce et de l’artisanat. Il y a certainement d’autres explications, mais d’après les données de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP), depuis 2009, le nombre d’établissements dans le 18e a crû de 55 % ; dans la capitale, la moyenne s’établissait à + 38 %.

Alimentaire et supérettes

Un secteur est particulièrement développé dans notre arrondissement : le commerce de détail compte 3 567 entreprises (+ 26 % entre 2009 et 2016). "L’alimentaire de niche fonctionne assez bien à Paris généralement et dans le 18e aussi, confirme Pierre de Ricaud, responsable du département commerce et projets territoriaux de la CCIP, depuis une dizaine d’années les supérettes se développent, c’est devenu le lieu d’approvisionnement généraliste des Parisiens." Il constate également une montée en gamme des commerces du 18e "liée à l’arrivée de nouvelles populations notamment du côté sud de la Butte. Elles ont des appétences pour de nouveaux types de commerces, de style semi-luxe, artisanat d’art, etc." Après le commerce de détail, les activités juridiques et comptables sont très représentées (2 550 structures) ainsi que la construction (2 276 entreprises) et enfin l’hébergement et la restauration (2 051 structures).

La culture est aussi présente avec de nombreuses salles de spectacles, des librairies et des lieux de diffusion de la culture. Les établissements d’art, de divertissement et musées étaient par exemple 949 en 2016, soit 10 % des établissements parisiens, contre 3 % en 2009. (Lire la suite dans le numéro d’avril 2018)


Photo : © Christian Adnin