[]
.
facebook   twitter

Goutte d’or - La Chapelle : histoire d’une colère

Par: Annie Katz, Marie-Odile Fargier, Sophie Roux  

Rubrique: La vie du 18e (mai 2018)

 


La goutte d’eau qui a fait déborder le vase ? Pour le libraire Jacques Desse, initiateur de la pétition signée à ce jour par 250 commerçants de la Goutte d’Or et de La Chapelle, ce fut la réunion du 6 décembre à la salle Saint-Bruno. "Un moment violent et pénible", se souvient-il. À la tribune, face à des habitants entassés dans la salle bondée, le maire du 18e, des représentants de la mairie centrale, la commissaire du 18e, la procureure du tribunal pour enfants…

"Les autorités et deux associations ont monopolisé la parole, insiste Patrick Gosset, de Paris-Goutte d’Or. Pourtant nous avions des actions à proposer." Et d’évoquer entre autres l’idée d’impliquer des jeunes désœuvrés du quartier dans l’enlèvement des encombrants sur la voie publique, afin de leur faire prendre conscience ainsi qu’aux habitants, de l’ampleur des nuisances. "Un projet mis en place mais seulement une fois par mois alors que nous demandions deux fois par semaine pour faire vraiment la différence".

Soheila, restauratrice, explique qu’elle a rejoint la nouvelle Union des commerçants de ces quartiers parce qu’elle avait peur, surtout après qu’un client ait eu le bras sectionné en plein jour dans un restaurant de la rue Cail, dans le 10e arrondissement ; par peur elle nous a d’ailleurs demandé de ne pas publier son vrai prénom. "Tous les jours il y a des bagarres. J’ai même été ‘braquée’ par un môme avec une fourchette !" (Lire la suite dans le numéro de mai 2018)


Illustration : © Séverine Bourguignon