[]
.
facebook   twitter

Des étudiants bloquent la Sorbonne du 18e

Par: Anne Thiriet  

Rubrique: Clignancourt (mai 2018)

 


Le pôle universitaire de Clignancourt est devenu à Paris un des moteurs de la lutte contre la loi qui réforme l’accès à l’université.

"Mardi, l’AG de Clignancourt a voté le projet d’une lettre ouverte au gouvernement. Vous pouvez y apposer votre signature", explique l’un des membres du comob’(comité de mobilisation) à la centaine de participants présents. "L’objectif est de récupérer notre souveraineté d’étudiants pour nous réapproprier notre futur. Nous retirons notre confiance au gouvernement, que nous avions accordée implicitement, et nous l’informons de notre intention de convoquer, en coordination avec tous les acteurs de l’éducation, des États généraux de l’éducation."
Il est 19 h, samedi 14 avril. La première Coordination régionale des étudiants se tient depuis deux heures dans un amphi de Paris IV*, à Clignancourt, une annexe de Sorbonne Université située à deux pas du boulevard Ney. Paris III, Paris VI, Paris VIII, Paris XIII, EHESS, Marne-la-Vallée…, ils sont venus de tous les horizons pour faire le point sur leurs mobilisations et débattre des actions à venir.

Reprendre la main

Pour les États généraux, les discussions ont commencé dans la foulée. Une AG à la Bourse du Travail, a mis en place une commission pour lancer l’initiative. Des usagers et personnels "du primaire au supérieur se sont réunis pour s’auto-organiser. Des collectifs vont faire émerger des doléances et des propositions au niveau local et nous en ferons une synthèse qui pourrait contenir plusieurs pistes. Mais ce n’est pas simple de se mobiliser et de s’organiser en même temps", explique une enseignante, croisée quelques jours plus tôt. (Lire la suite dans le numéro d’avril 2018)


Photo : © Jean-Claude N’Diaye