[]
.
facebook   twitter

Le Tango comme à Buenos Aires

Par: Stéphane Bardinet  

Rubrique: Goutte d’Or (octobre 2018)

 


L’association Fuego de tango est née il y a deux ans et propose deux cours dans le 18e. Rencontre découverte avec une danse sensuelle et intime.

"Le tango est une histoire d’amour avec le partenaire qui dure le temps d’une danse", "je ne suis pas ici pour vous enseigner le tango, je ne fais que vous montrer la technique, à vous de cultiver votre propre tango". Des phrases comme celles-ci, les enseignants et membres de l’association en profèrent à foison. Pour s’être essayé à une séance d’initiation, le rédacteur est tombé sous le charme de cette danse calme, douce et sensuelle. Récit d’un cours presque initiatique.

Sept petits pas de danse

Lundi soir 20 h 30 au centre Miroir de l’âme, rue Labat. Une douzaine de futurs milongueros pénètrent sur le parquet de la grande salle. Ce sont encore des débutants bien que les chaussures à talon de certaines cavalières laissent soupçonner une première expérience. Sans préliminaires, le cours débute. "En tango, c’est facile, il n’y a que trois pas, un devant, un en arrière et un sur le côté", ouvre Stéphane le professeur, assisté par Gabrielle, "si l’on ajoute l’autre jambe cela fait six et pour aller au bout ajoutons le tour sur soi-même, la vuelta, voilà vous savez presque tout !" Et c’est parti pour le premier enchaînement. (Lire la suite dans le numéro d’octobre 2018)

Photo : Jean-Claude N’Diaye