[]
.
facebook   twitter

Vanesa Campos, tuée au Bois de Boulogne

Par: Hajer Khader Bizri  

Rubrique: Clignancourt (octobre 2018)

 


La jeune femme de 36 ans, prostituée, a été tuée en plein Bois de Boulogne, alors qu’elle venait au secours d’un client. Elle était aussi notre voisine.

Difficile de ne pas s’imaginer l’avoir croisée dans un bus, à la boulangerie ou dans un café du boulevard Ornano. Nous ne la connaissions pas et il nous aura fallu entendre, au détour d’un reportage, que Vanesa habitait porte de Clignancourt pour nous sentir enfin concernés. Son meurtre pose aussi la question du regard que nous, habitants du 18e, portons chaque jour sur les personnes transgenres. Arrivée à Paris il y a deux ans, Vanesa Campos, Péruvienne, avait poussé la porte de la permanence de l’association Acceptess-T, boulevard Barbès, au-dessus de la poste de Château Rouge. L’association lui fournit des informations pour accéder à ses droits et notamment aux soins, le b.a.-ba pour tout primo-arrivant soucieux de bâtir sa vie en France. Ce passage permet à Vanesa d’obtenir l’aide médicale d’État (AME), mais elle n’entre pas dans les critères pour effectuer des démarches de régularisation. La jeune femme se construit alors une vie en toute autonomie par le travail du sexe. "Après son premier passage à l’association, elle a disparu, confie Giovanna Rincon, membre fondatrice et actuelle directrice d’Acceptess-T. Ce qui est classique. Elle est revenue plus tard au local pour accompagner d’autres personnes trans. Elle ne souhaitait pas toujours demander de l’aide."

Une femme de convictions

Des militants d’Acceptess-T la croisent lors de manifestations comme Solidays, en juin dernier. Son engagement pour les droits humains et la lutte contre les discriminations est avéré. Elle était aussi investie dans une association sportive. (Lire la suite dans le numéro d’octobre 2018)

Photo : Sandra Mignot