[]
.
facebook   twitter

Paris-Pondichéry à vélo : le voyage d’une vie

Par:  

Rubrique: La vie du 18e (février 2019)

 


De la place de la République à la maison familiale de Pondichéry, Lionel Adeikalam a parcouru 6 000 km à bicyclette. Une aventure personnelle et un voyage vers ses origines.

"Le vélo, c’est comme une forme de méditation", résume Lionel Adeikalam. Cet habitant de la rue Doudeauville sait de quoi il parle puisqu’il vient de parcourir 6 000 km à vélo sur sa monture, au cours d’un périple de six mois entre Paris et Pondichéry. Le déclic ? Un trek de trois semaines au Népal en 2016 dont il rentre "frustré" car trop court. Et ses lectures de récits de voyage, surtout On a roulé sur la terre d’Alexandre Poussin et Sylvain Tesson, dans lequel les deux aventuriers ra- content leur tour du monde à vélo.

Deux passions, le voyage et le vélo

Le vélo, ce trentenaire par ailleurs agent de la SNCF, le pratique depuis toujours. Natif de Villiers-le-Bel, Lionel avait l’habitude, enfant, de partir pour de longues balades dans la campagne sur sa bicyclette, ses "premiers voyages d’exploration, avec toujours un sentiment de liberté". C’est un "moyen de locomotion qui ne l’a jamais ennuyé" et qui de plus, permet de rester en forme.

Plus grand, il élargit son terrain d’exploration avec "toujours un but à atteindre". Paris-Dieppe dans la journée pour aller "à la mer, le bout du monde". Puis un week-end au Mont Saint-Michel, avec une copine scout qui lui apprend en prime à faire du feu et à choisir un emplacement pour bivouaquer. Et même une expédition jusqu’à Londres...

Son projet d’un voyage plus long mûrit. Et comme la famille de Lionel est originaire de Pondichéry, le jeune homme prend naturellement la maison familiale comme nouvel objectif. Il demande un congé sans solde de huit mois à son employeur et commence à se renseigner sur le matériel, le parcours et les formalités administratives. Il entame également une préparation physique aux confins de l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche en faisant le "tour du lac de Constance pour tester le matériel". Le 30 avril 2018, c’est le grand départ. (Lire la suite dans le numéro de janvier 2019)

Illustrations : Capucine Léonard-Matta