Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

Février 2018 / La Chapelle

Simplon.co : le code solidaire

par Samuel Cincinnatus

Simplon.co s’est implanté au cœur du quartier de La Chapelle, à la halle Pajol. Le centre accueille une vingtaine de personnes qui se forment aux métiers du numérique.

Ambiance salle de classe à Simplon.co. À côté des ordinateurs qui équipent chaque table traînent parfois paquets de chips ou bouteilles de soda, mais les élèves sont tous très concentrés. Ce sont des jeunes décrocheurs, des chômeurs, d’anciens salariés en reconversion professionnelle, voire des personnes réfugiées.

Ce centre leur propose des formations gratuites et certifiantes (mais non qualifiantes) de six mois aux métiers du numérique (développement web, construction d’applications mobiles ou de sites, programmation informatique…). Tous rêvent ici d’intégrer – pourquoi pas de créer – la start-up de demain, celle qui décrochera la timbale parmi les milliers d’entrepreneurs qui tentent chaque année de surfer sur les succès de l’hyperconnexion. Il s’agit même d’une entreprise solidaire d’utilité sociale, agréée pour ses engagements : lucrativité limitée, gouvernance participative ou encore encadrement de l’échelle des salaires.

Le secteur du numérique recrute beaucoup. « Le numérique est partout aujourd’hui. Il y en a dans les voitures, les réfrigérateurs, les maisons, tout devient numérique, observe Frédéric Bardeau, président et co-fondateur de Simplon.co. Il faut donc des développeurs et des compétences numériques pour collecter des données et faire travailler les objets connectés. Or, les universités et les grandes écoles n’en forment pas assez par rapport aux besoins. » Selon lui, il y aurait entre 100 000 et 200 000 postes non pourvus... (Lire la suite dans le numéro de février 2018)


Photo : © Thierry Nectoux

Dans le même numéro (Février 2018)

  • Simplon

    La Louve a gagné son (premier) pari

    Florianne Finet
    Quinze mois après son ouverture, le supermarché coopératif compte près de 5 000 adhérents séduits par l’excellent rapport qualité-prix. Prochain défi : (...)
  • Histoire

    De Cauchois en... constance

    Dominique Delpirou
    Le promeneur débute son parcours par la première des deux rues, à la rencontre des artistes et intellectuels qui y vécurent. Constance Cauchois, (...)
  • Goutte d’or

    La scène du LMP refuse de mourir

    Sandra Mignot
    Le Lavoir moderne parisien lutte toujours pour son existence, face au manque de financements et à l’appétit de l’investisseur immobilier, (...)
  • Goutte d’or

    Six femmes de la Goutte d’or sur scène

    Sandra Mignot
    Après six ans d’atelier théâtre, des habitantes de la Goutte d’Or se produisent avec une pièce qu’elles ont elles-mêmes imaginée : Te raconter mon (...)
  • Le dossier du mois

    Tables d’époque

    Christian Adnin, Daniel Conrod, Maryse Le Bras
    Riche en établissements de bouche, le 18e compte nombre de restaurants centenaires. Particulièrement présents aux abords de Montmartre, tous ont une (...)
  • Portrait

    L’homme aux cinquante casquettes

    Sophie Roux, Sylvie Chatelin
    Les vies professionnelles et personnelles de Philippe Durand, militant depuis toujours et fondateur du Petit Ney, sont intimement liées.

n° 283

juin 2020