Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

février 2014 / Histoire

Clovis Hugues, un provençal à Montmartre

par Patricia Dupuy

Clovis Hugues est né en Provence. Pour mener sa carrière politique, il s’est installé avec sa famille à Montmartre mais il est toujours resté profondément attaché à sa terre natale. Il a participé largement aux principales avancées sociales du début du XXe siècle.

Clovis est né le 3 novembre 1851, à Mé­nerbes, petit village du Vaucluse. Ses pa­rents, meuniers, habitent Le Castelet. La vie est difficile pour la famille, qui a trois enfants : Clovis, Emma et le petit dernier, Lucien, un peu simple d’esprit. Le père, Célestin, est un bon républicain. Son épouse Rose, bonne catholique, souhaiterait voir son fils aîné devenir prêtre. Clovis va faire ses classes au petit séminaire, mais n’est pas devenu prêtre il s’est fait embaucher chez un courtier en blé. Peu après il entre au journal Le Peu­ple, dirigé par Gustave Naquet, un ancien proscrit du coup d’état de 1851. Naquet se rend vite compte de ses talents d’écriture

La Commune de Marseille

L’âme bien à gauche, Clovis prend la tête de la Jeune Légion Urbaine, qui regroupe des jeunes Marseillais de moins de 20 ans. Le 22 mars 1871, il descend la Canebière à la tête de cette troupe, le drapeau rouge à bout de bras. Gaston Crémieux, Clovis et Gustave Naquet prennent d’assaut la préfecture avec leurs partisans. Mar­seille déclare sa Commune. L’ar­tillerie, envoyée par le gouvernement de Ver­sailles, tire sur les insurgés le 4 avril.
Gaston Crémieux et Clovis sont arrêtés. Gas­ton Crémieux sera fusillé. Clovis Hugues, lui, sera condamné à trois ans de prison. Il en fera quatre car il ne pourra pas payer l’amende : « Vous m’avez fait condamner parce que j’ai affirmé l’existence de la question sociale : vous essayez maintenant de me prouver qu’elle n’existe pas en me retenant en prison pour crime de pauvreté ». À sa sortie, il reprend son travail de journaliste à Marseille. Il devient l’un des principaux défenseurs de la République dans la presse locale.
Le 30 novembre 1876, Clovis épouse ci­vi­lement Jeanne Royan­nez à Toulon. Jeanne est la fille du rédacteur de L’Ami du Peuple, un journal socialiste marseillais. Le mariage civil n’est pas courant. Un journaliste accuse : « Une femme qui ne se marie pas à l’église n’est pas digne de porter la couronne de fleur d’oranger ». De colère, Clovis provoque le journaleux en duel et le tue d’un coup d’épée. Pris de panique, le jeune duelliste s’enfuit en Italie, mais il se présentera à son procès et sera acquitté.
Les Hugues vont avoir une première fille, Marianne, le 16 novembre 1877 à Toulon...
(Lire la suite dans le numéro de février 2014)


Photo : DR

Dans le même numéro (février 2014)

  • Evénement

    Débat avec les têtes de listes aux municipales

    L’équipe du 18e du mois
    « Que faire pour rendre le cadre de vie plus agréable et répondre au besoin de logement ? » « Comment améliorer la sécurité et réduire les (...)
  • La vie du 18e

    Marie-Pierre Larrivé, rédactrice en chef du 18e du mois, s’en est allée

    L’équipe du 18e du mois
    Marie-Pierre Larrivé, est décédée d’un cancer le lundi 6 janvier 2014. Depuis des années, elle ne comptait pas ses heures pour raconter la vie de cet (...)
  • La vie du 18e

    L’UMP met Roxane Decorte sur la touche

    Pierrick Yvon
    Elle est amère. Depuis que Na­thalie Kosciusko-Morizet l’a appelée, le 1er janvier, pour lui dire qu’elle perdait la – bonne – place de numéro 2 sur (...)
  • La vie du 18e

    Roms, du bidonville à l’école

    Nadia Djabali
    Que les enfants aillent à l’école. C’est le projet de tout parent. Celui aussi de Petrica et Doïna, une famille rom qui vit dans un bidonville, porte (...)
  • Les gens

    Didier Lambert : le ciel pour horizon

    Jacqueline Gamblin
    Didier Lambert peint depuis 45 ans, avec des pigments naturels, des toiles grands formats qu’il exposera en mai à Los Angeles. Le peintre Didier (...)
  • Théâtre

    Mécanique instable

    Anne Farago
    Ils sont six. Six personnages, six rouages de cette Méca­nique instable qu’est une en­treprise. Il y a d’abord Sté­phane, le patron qui annonce un (...)
  • Théâtre

    Nous qui sommes cent

    Catherine Halpern
    Elles auraient pu être cent, elles sont trois, trois femmes et un accordéoniste qui interprète la bande son de leur vie. Trois femmes pour trois (...)
  • Théâtre

    Magicien malgré lui

    Jacqueline Gamblin
    Ce jour-là, Sébastien-le-magicien qui se croit de repos et bricole dans son atelier où sè­chent des caleçons pendus sur une corde qui se sectionne sur (...)
  • Culture

    À la manufacture des Abbesses, un théâtre du temps présent

    Anne Farago
    Depuis près de huit ans, la petite salle de la rue Véron fait la part belle aux jeunes compagnies et à l’écriture contemporaine. Avec la conviction (...)
  • Culture

    Le street art entree à l’hosto

    Annie Katz
    Une œuvre du graphiste américain, JonOne, décore désormais le hall de la tour Bichat. Le graffiteur et artiste peintre américain JonOne a choisi de (...)
  • Simplon

    L’insertion fait un carton

    Catherine Soubelet
    L’histoire commence par une belle amitié : celle d’un biffin, Francis, et d’un cadre de multinationale, Antoine Aumonier. Ils se sont rencontrés aux (...)
  • Goutte d’Or - Château Rouge

    À la Goutte d’or, ça manque de vert !

    Edith Canestrier
    Le conseil de quartier de la Goutte d’Or a été consacré aux jardins partagés et à la végétalisation. Pas de vague verte en vue.
  • Montmartre

    Fripes branchées chez Vintage Désir

    Jacqueline Gamblin
    Juste à côté de la librairie des Abbesses et à un jet de pierre de la place du même nom, la boutique de fripes Vintage Désir se distingue par ses (...)
  • Clignancourt

    Des écoliers filment leurs parents immigrés

    Jacqueline Gamblin
    Caméra en main, vingt écoliers de CE2, ont interrogé leurs parents : Dis papa : « C’est quoi le racisme ? » « C’est quoi l’immigration ? » Des élèves (...)
  • La Chapelle

    La mini-entreprise du collège Marx-Dormoy

    Anne Bayley
    Les collégiens de Marx Dormoy veulent réunir SDF, artistes et tout venant. Pour le plaisir de l’art. La mini-entreprise du collège Marx-Dormoy (...)
  • La Chapelle

    Voulez-vous danser le Lindy Hop ?

    Annick Amar
    Au théâtre de Verre, les amateurs de danse et de swing peuvent apprendre le Lindy Hop, une danse aussi rigoureuse que festive, née chez les afro (...)
  • Porte Montmartre

    Révolution numérique au restaurant du Lycée Belliard

    Mary B. Adams
    Passer une commande qui arrive directement en cuisine, réclamer silencieusement la suite d’une table, voir au fur et à mesure l’évolution du service (...)
  • Porte Montmartre

    La bibliothèque de la Sorbonne ouverte aux habitants

    Florianne Finet
    L’information est jusqu’à présent passée relativement inaperçue : les habitants du 18e arrondissement peuvent accéder gratuitement depuis le mois de (...)
  • Le dossier du mois

    La culture, parent pauvre des élections

    Marie Déalessandri, Nadia Djabali, Stéphane Bardinet
    Depuis l’arrivée de la majorité socialiste en 2001, de nombreux lieux de culture ont vu le jour dans notre arrondissement. Ce bilan positif, à (...)
  • Le dossier du mois

    Éric Lejoindre : « Personne ne doit être exclu du domaine culturel » [Article complet]

    Marie Déalessandri
    Carine Rolland, adjointe au maire chargée de la culture, et Eric Lejoindre, premier adjoint de Daniel Vaillant et candidat PS à la mairie du 18e, (...)

n° 284

juillet-août 2020