Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2021 / Musique, Maestro !

Des saxos mythiques

par Annie Katz

Un air de saxo venu de l’espace, La Marseillaise, jouée par Thomas Pesquet... le son Selmer, testé à bord de l’ISS !

Tout un symbole pour cette grande maison plus que centenaire qui fabrique des instruments à vent haut de gamme, des cuivres surtout et désormais uniquement ses fameux saxos. Mais aussi, depuis octobre, la nouvelle clarinette Muse, retour aux sources puisque le fondateur Henri Selmer était clarinettiste et « bricolait » lui-même ses becs et ses anches et a ouvert son premier atelier en 1885... place Dancourt (aujourd’hui place Charles Dullin). Le début d’une saga familiale sur quatre générations qui pourrait faire l’objet d’un prochain article de notre rubrique Histoire…

L’entreprise fabrique 10 000 saxos par an et un million sont sortis de ses ateliers depuis la reprise en 1928 des ateliers d’Adolphe Sax, inventeur de génie de cet instrument, installé au... 84 rue Myrha. Déjà, une adresse dans le 18e !

Cependant, avant la réinstallation de son siège dans nos quartiers en janvier 2019, une nouvelle ère s’est ouverte en 2018 pour l’entreprise : elle a été rachetée par le fonds d’investissement européen Argos qui avait déjà repris son concurrent, le groupe Buffet-Crampon. Le nouveau propriétaire doit maintenir le rayonnement de Selmer, notamment au plan international où l’entreprise réalise 90 % de son chiffre d’affaires, en innovant toujours.

L’excellence et l’écoute

Le saxo alto Suprême très haut de gamme, créé en hommage à John Coltrane, était à l’étude depuis huit ans. Selmer est allé à la rencontre de musiciens, de réparateurs pour connaître leurs attentes sur le fameux « son Selmer », difficile à définir. Certains parlent de « rondeur et présence » ou de « douceur et énergie ». « Il s’agit de favoriser l’expression du souffle, c’est toujours un compromis entre le rêve et les solutions qui gardent un équilibre global », précise Mathieu Dubois, responsable communication et marketing.

Des chercheurs acousticiens y ont travaillé puis six musiciens aux esthétiques très différentes ont essayé des prototypes, pour aboutir à un modèle validé fin 2018 et mis en vente en février de cette année (entre 7 000 et 8 000 €). Même parcours pour un nouveau bec pour clarinette sorti en juin et testé par Philippe Berrod, soliste et professeur au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP). Fabriqué pour la première fois sur une machine à commande numérique, il est déjà fort apprécié des musiciens. Et grâce à sa nouvelle clarinette Muse, Selmer renoue avec la tradition en revenant sur le marché du haut de gamme, après avoir travaillé et suivi les conseils de ses musiciens « ambassadeurs » qui souhaitaient un instrument moins typé, notamment pour jouer en orchestre.

Nouveau départ

Grâce à sa nouvelle plateforme Rewind, l’entreprise propose de redonner vie aux instruments Selmer que certaines personnes ont « retrouvés par hasard dans un grenier » plaisante Mathieu Dubois. L’entreprise les rachète et les remet en état pour les vendre ensuite à des musiciens qui ne pourraient s’offrir un instrument neuf. Une cellule spéciale a été créée dans ce but dans les ateliers de Mantes-la-Ville (78), d’où sortent tous les instruments depuis 1919.

Mais l’entreprise prend surtout un virage radical en nouant un partena­riat stratégique avec des ateliers en Asie, pour proposer des instruments moins chers, comme le saxo Axos (2 500 €). Seuls certains assemblages et pièces y sont fabriqués, la partie essentielle de l’instrument restant réalisée dans son atelier français.

Autre tournant dans la vie de l’entreprise : Jérôme Selmer, arrière-petit-fils du fondateur et qui a pris sa retraite l’été dernier n’est pas remplacé par un membre de la famille mais par Thierry Oriez, habitué des grandes entreprises familiales, qui a dirigé auparavant deux marques de luxe dans les secteurs de la chaussure et des arts de la table. •

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (décembre 2021)

  • Le dossier du mois

    Musique, Maestro !

    Annie Katz, Dominique Boutel
    Des premières gammes au centre social Belliard à la musique contemporaine qui a trouvé sa maison, en bon voisinage avec Radio Nova et les Inrocks, à la porte Montmartre, la musique se découvre et se joue avec passion. Quant à l'entreprise Selmer, c'est depuis la rue Marcadet qu'elle rayonne dans le monde entier, et même jusque dans l'espace...
  • La vie du 18e

    Le Paname d’Yvan Hallouin

    Sylvie Chatelin
    Après la rue Saint-Vincent en février dernier, la rue Lepic et ses alentours en novembre 2020 et les Puces en mars de la même année, c’est toujours sur sa trottinette qu’Yvan Hallouin, journaliste et animateur, descendra de la Butte vers la Goutte d’Or, à moins qu’il ait choisi de la remonter.
  • La vie du 18e

    Librairies BD, bulles en stock

    Florianne Finet
    A Marx Dormoy, la librairie 100 % d’occasion La Bande des cinés attire des collectionneurs fans des Spirou et Tintin des années 50 ou des superhéros, bien au-delà du 18e.
  • La vie du 18e

    Des chocolats éthiques pour les Fêtes [Article complet]

    Sandra Mignot
    Et si vos chocolats de Noël étaient fabriqués à deux pas de chez vous ? C’est possible grâce aux délicieuses confiseries artisanales de Nicolas Kleen Deroche, fondateur de la marque Dos Rocas, qui a obtenu le label Fabriqué à Paris.
  • La vie du 18e

    Maison des coursiers : plus qu’une aire de repos

    Danielle Fournier
    La Maison des coursiers a été inaugurée le 26 novembre. Elle offre, en plus d’un lieu de repos, une aide administrative et juridique à ces forçats du bitume parisien, via des permanences avec des associations spécialisées et des syndicats.
  • Musique, Maestro !

    La musique contemporaine prend ses quartiers

    Dominique Boutel
    La Maison de la musique contemporaine s’installe dans le 18e. Son objectif : faire connaître la plus mal aimée des musiques dites savantes et la partager avec le plus grand public.
  • Musique, Maestro !

    Premières gammes avec démos

    Dominique Boutel
    Le centre social Belliard s’est engagé pour un deuxième cycle de trois ans dans le projet Démos. Après la flûte et la clarinette ces trois dernières années, douze enfants pratiqueront le violon et le violoncelle et se produiront à la Philharmonie de Paris avec les autres participants dès la fin de l’année scolaire.
  • Montmartre

    Nichoirs et graines pour piafs en danger

    Jacky Libaud
    Le piaf se fait rare à Paris. La municipalité met en place un dispositif pour préserver et favoriser les colonies qui y nichent encore.
  • La Chapelle

    L’Ecole de la Deuxième Chance : raccrocher les décrocheurs

    Cornélie Paul
    L’École de la deuxième Chance s’agrandit pour pouvoir accueillir davantage de stagiaires. A Paris elle réussit chaque année à faire accéder 400 jeunes, sans diplômes et sortis du système scolaire, à un contrat de travail, six mois après leur inscription.
  • Les Gens

    Une jeune éditrice qui monte, qui monte

    Janine Mossuz-Lavau
    Jeanne Pois-Fournier est tombée dans la littérature toute petite avant de devenir une jeune éditrice prometteuse.

n° 306

Juillet-août 2022