Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

juin 2018 / Montmartre

Le chat noir est de retour

par Samuel Cincinnatus

Après plus de 120 ans de sommeil, la célèbre revue satirique fait son retour à Montmartre. Une nouvelle série au ton de l’époque, « impertinent, caustique et libertaire ».

« Il faut aller chercher les Montmartrois où ils sont. » Samedi 19 mai, jour officiel de re-sortie de la revue Le Chat noir, Romain Nouat donne ses instructions à Éric et Joachim, les crieurs du journal. Au moins deux samedis après-midi par mois, ce journal sera désormais vendu dans les rues. Et il ne s’agit pas là d’un nouveau concept, mais bien de la reprise d’une publication satirique, créée en 1882 par Rodolphe Salis. Une revue à l’image de son cabaret éponyme et plus largement de la Butte : « créativité, liberté, esprit de dérision, humour ».
Aujourd’hui, Romain Nouat constate que le quartier a bien changé. « Il faut montrer aux gens ce qu’est le vrai Montmartre », confie le directeur de publication du Chat noir. « La Butte est devenue une boutique à ciel ouvert, la mémoire du quartier est bafouée. Il y a des gens qui viennent de loin pour voir ce qu’il y a ici, mais ils trouvent là-haut (NDLR : place du Tertre) des boutiques à conneries faites en Chine. Malheureusement, les peintres et caricaturistes qui font du bon travail sont noyés dans la masse. Il y a des talents ici et c’est via les colonnes de ce journal qu’on va leur donner un écho. » Le Chat noir est donc une réponse à cette transformation du quartier : « Ce mensuel c’est notre Chevalier de la Barre » précise Romain Nouat, faisant référence à ce personnage exécuté pour blasphème puis réhabilité auquel les militants laïcs libertaires ont rendu hommage en lui faisant ériger une statue devant le sacré-Cœur (aujourd’hui square Nadar). (Lire la suite dans le numéro de juin 2018)


Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (juin 2018)

  • Portrait

    Gisela Kaufmann tourne la page

    Brigitte Batonnier
    Buchladen, installée rue Burq depuis 1988, fermera ses portes en juillet. Sa fondatrice revient sur une aventure de trente ans et alerte quant à (...)
  • La vie du 18e

    Les cantines jouent la carte du tout végétarien

    Florianne Finet
    Les parents pourront choisir le menu sans viande ni poisson pour leurs enfants. Plus de poulet rôti, de filet de merlu, ni de boulettes de boeuf (...)
  • La vie du 18e

    Tous mobilisés pour le Petit Ney

    Sylvie Chatelin
    Le café littéraire aux multiples facettes rencontre des difficultés économiques. Le Petit Ney, le café littéraire associatif, situé porte Montmartre, (...)
  • Goutte d’or

    Des jeunes ancrés dans l’errance

    Sophie Roux
    Les spécialistes de l’association Trajectoires ont rendu un rapport à la Mairie de Paris sur la situation des mineurs étrangers non accompagnés de la (...)
  • Le dossier du mois

    La visite guidée se réinvente

    Capucine Léonard-Matta, Danielle Fournier, Gil Savel, Maryse Le Bras, Stéphane Bardinet
    Dans le 18e, il n’y a pas que la butte Montmartre. Des professionnels de la balade, mais aussi des habitants, ont remis la visite guidée au goût du (...)
  • Culture

    L’impro à coups de mots

    Hajer Khader Bizri
    « Le lendemain dimanche on ne parlait que de cela à la télévision sur toutes les chaînes. » Telle est la phrase choisie par l’arbitre pour donner le (...)

En kiosque, n° 273

juillet-aout 2019