Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

novembre 2022 / Culture

Fernande Olivier, une artiste au cœur de la création

par Dominique Boutel

Dans l’intimité du Bateau Lavoir et de Fernande Olivier, compagne de Picasso, le musée de Montmartre propose une expo en prélude à la célébration en 2023, du cinquantenaire de la disparition du peintre. Car c’est à Montmartre que tout commence…

Fernande Olivier, pseudonyme que s’est choisi la jeune Amélie Lang de 19 ans que la vie n’a jusque-là pas ménagée, s’installe au Bateau Lavoir, comme l’a appelé Max Jacob, au 13 rue Ravignan, en 1901. Pour subsister, elle est devenue modèle professionnel et partage l’atelier avec les artistes qui se sont installés dans ce dédale d’escaliers et de recoins, dépourvu de confort, mais animé d’une vie intellectuelle et artistique intense. C’est là qu’en 1904 elle rencontre le jeune Pablo, pas encore devenu Picasso, fraîchement débarqué de son Espagne natale et avec lequel elle vivra ce qu’elle considèrera par la suite comme « ses années de bonheur », jusqu’en 1912.

Très appréciée des peintres, elle pose pour eux, en particulier pour le catalan Canals qui fait d’elle le premier tableau dans lequel elle se plaît (exposé ici). Mais à la demande de Pablo, elle arrête de travailler, malgré la misère qui est la leur. Ces années-là correspondent à une période majeure dans l’œuvre de Picasso, la fin de la période bleue, le passage à la période rose puis un peu plus tard le passage au cubisme.

C’est cette modernité qui est dans l’air du Bateau-Lavoir que l’exposition fait revivre. Construite par les deux commissaires Nathalie Bondil et Saskia Ooms autour de deux textes de Fernande Olivier, Picasso et ses amis, publié en 1933 et Souvenirs intimes, publié à titre posthume par son filleul en 1988, est mise en lumière la naissance des courants modernes dans ce Montmartre où se retrouvaient des artistes de tous bords, peintres, écrivains ou poètes.

Femme moderne témoin des avant-gardes

Elle révèle également l’intime de la pensée d’une femme au tempérament d’artiste, qui a un avis aiguisé sur la création et qui apparaît enfin pour elle-même, peintre, écrivain, et non uniquement comme la première compagne en France de Picasso, « la Belle Fernande ». Ces deux ouvrages, ainsi que des lettres ou même un court documentaire, sont des témoignages directs et finement exprimés sur la vie autour du Bateau-Lavoir et surtout, sur le cheminement du travail du peintre et de ses amis. A la suite de Fernande, dont les commentaires animent les murs du musée, nous suivons la démarche artistique de Picasso, dont elle fut le modèle quasi exclusif à cette époque. Les amis du couple que l’on croise tout au long de l’exposition, ce sont Max Jacob, Le Douanier Rousseau, Apollinaire, Braque, Marie Laurencin, Salmon, Gertrude Stein... la fine fleur de la vie artistique parisienne de l’époque : « J’ai vécu avec eux, plus près d’eux que n’importe qui, puisque »chez Picasso« c’était aussi chez eux (...) J’ai vécu de leur existence, je les ai vus vivre, penser, souffrir, espérer et surtout travailler » écrit-elle.

S’ouvrant sur une artiste contemporaine – Agnès Thurnauer – et se refermant sur deux magnifiques portraits de Fernande signés Van Dongen, l’exposition, au-delà d’un moment d’histoire, donne à voir comment les mots libèrent la parole des femmes.

Un audioguide donne d’ailleurs la parole à Fernande Olivier et conduit le visiteur tout au long de l’exposition. Une nouveauté également, d’une grande importance, la création d’un parcours enfants sous forme de cartels adaptés et de bulles de bandes dessinées leur racontent, à leur hauteur, la vie de Fernande et de Picasso.

Dans le même numéro (novembre 2022)

  • Le dossier du mois

    Camaïeu : le magasin de la rue Ordener entraîné dans le naufrage

    Dominique Andreani
    Stupeur et inquiétude après le sabordage d’une grande marque de prêt-à-porter toujours à la recherche de profits plus importants, au mépris des salariés et de leurs familles.
  • La vie du 18e

    Vauvenargues : les riverains font reculer la Poste

    Dominique Andreani
    Le bureau ne fermera pas fin novembre. Mais si la mobilisation semble avoir porté ses fruits, tout n’est pas gagné pour autant.
  • Goutte d’or

    Une initiative ludique contre le harcèlement scolaire

    Sylvie Chatelin
    Les enfants victimes peuvent vivre un enfer dans et en dehors de l’école avec l’extension aux réseaux sociaux. Tous les enfants sont concernés en tant que victime, harceleur ou témoin. Un support pédagogique, conçu à la Goutte d’Or, vise à les sensibiliser et leur donne les outils pour réagir contre ce fléau.
  • Charles-Hermite

    Tambours, toiles et fourchettes

    Noël Bouttier
    Encouragée par des clubs d’investisseurs citoyens et forte d’une expérience d’artisanat social en Inde, une jeune femme se lance le défi d’inciter la clientèle d’une laverie à se restaurer tout en se nourrissant d’art.
  • Montmartre

    Carreau sur le boulodrom du CLAP

    Erwan Jourand
    Pétition, tee shirts, manifestation… On s’agite sur la Butte autour d’un possible projet commercial menaçant l’existence d’un terrain de pétanque avenue Junot.
  • Culture

    Suzanne Valadon femme libre et artiste indépendante

    Danielle Fournier
    Suzanne Valadon, peintre et modèle, a révolutionné le genre du nu. Elle est la première femme artiste à peindre des nus masculins sur des toiles de grandes dimensions. Elle a vécu presque toute sa vie à Montmartre avec son fils, Maurice Utrillo, notamment au 12, rue Cortot qui abrite aujourd’hui le musée de Montmartre.
  • Culture

    L’art de la fête foraine au 104 [Article complet]

    Sandra Mignot
    La Foire foraine d’art contemporain occupera presque tout l’hiver la partie ouest du 104. Des attractions revisitées proposent un voyage où l’on s’amuse, s’effraie et s’étourdit, animé par une cinquantaine d’artistes qui se sont...pris au jeu.
  • Les Gens

    Céleste Bollack, une artiste dans les étoiles

    Noémie Courcoux Pégorier
    Porteuse d’un prénom évocateur, Céleste Bollack, 51 ans, artiste peintre est passée du 16e au 18e arrondissement avec bonheur. De la Butte à Marx Dormoy, récit d’une vie entière dédiée à la création.

n° 311

janvier 2023