Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

novembre 2022 / Les Gens

Céleste Bollack, une artiste dans les étoiles

par Noémie Courcoux Pégorier

Porteuse d’un prénom évocateur, Céleste Bollack, 51 ans, artiste peintre est passée du 16e au 18e arrondissement avec bonheur. De la Butte à Marx Dormoy, récit d’une vie entière dédiée à la création.

Pleine d’énergie avec une propension à faire apparaître et valser les étoiles, Céleste Bollack offre spontanément de rencontrer les personnes et les décors qui font sa vie. Car, elle l’annonce d’emblée : « On rentre dans ma vie, on rentre dans mes œuvres, on rentre dans ma toile ». Le ton, le tempo sont donnés.

Années de jeunesse

Jeune, elle fréquente déjà un peu notre arrondissement car l’ambiance de son enfance dans le 16e ne la stimule guère. Elle y vient « s’encanailler rue des Martyrs avec celui qui sera le papa de ma fille », recherchant « l’émancipation du giron familial » qui, même s’il la porte, ne donne pas matière à ses velléités d’expression singulière. Sa mère, Sofi Bollack-Klarwein, issue d’un milieu artistique, est artiste, muse, styliste et peintre. Fanny Lasserre, grande amie de Céleste, raconte : « Pour moi, petite, c’était étonnant. La porte était toujours ouverte, un univers très coloré régnait chez elle, elle tirait les tarots… »

Dessinant « depuis toujours », Céleste se raconte « choquée, en pure rencontre esthétique », à 14 ans, lors d’une rétrospective expressionniste. Dès lors, elle nourrit une croissante admiration pour Kirchner, Otto Dix, Matisse, Chagall, Van Dongen et Munch, étudie les arts appliqués puis fait les Beaux-Arts et, diplômée à 25 ans, expose et vend ses œuvres.

Amitié et maternité

Son amitié avec Fanny, nouée au lycée Molière, reste vive durant cette période. Lorsque celle-ci quitte Paris, elles s’inspirent l’une l’autre de loin pendant dix ans. Leur amitié porte des fruits en 2012 avec une collaboration sur « Je ne m’appelle pas Ethel Katz » conte illustré, hommage aux victimes de l’Holocauste, librement inspiré du Journal d’Anne Frank qui les toucha toutes les deux beaucoup.

En 2000, peu avant la naissance de sa fille, Céleste s’installe au 50 rue Caulaincourt, sa première adresse dans le 18e. Elle savoure la vie de ce quartier si vivant qui l’enchante : « J’ai adoré, la poussette sur les pavés, les premiers pas d’Apollonia sur la Butte » se rappelle-t-elle. Mère célibataire, elle est confrontée aux aléas économiques de la vie d’artiste. « Plus les enfants grandissent, plus ça coûte cher » déclare-t-elle, laconique. « Et il y a Olga » (sa chienne qui ne la quitte pas), mais peu de rentrées d’argent.

Alors, toutes trois déménagent en 2014 vers le marché de l’Olive, où Céleste saisit la diversité de l’arrondissement. Elle note « avoir connu le 18e du haut, car il y a un 18e du haut et un 18e du bas, plein de micro-quartiers. ». Elle trouve son nouvel environnement plus authentique que le « 18e carte postale, où on était entre nous », et aspire à « plus de mixité » entre ces micro-mondes. Elle a retrouvé des repères « en bas » : la Librairie du Rideau rouge, Bob’s Kitchen ou le marché de l’Olive, qu’elle vante comme des espaces où des rencontres amicales réelles sont possibles, dotés d’un cachet qui la charme. Elle a aussi conservé quelques attaches en « haut », comme son vidéo-club.

Professeure louée par ses élèves

Depuis 10 ans, Céleste Bollack donne des cours d’arts plastiques au sein de Paris-Ateliers. Annie Martinez, l’une de ses élèves, raconte la fantasque et « formidable » professeure, « Céleste est très créative, hors cadre, elle est très vivante. Parfois, ça va dans tous les sens mais toujours avec un fil conducteur qui nous parle, et nous met en confiance dans chacun de nos projets. Elle nous booste et répète “allez-y, créez, vous pouvez”. Et, autant elle peut se montrer volubile, autant elle sait se mettre dans son coin et nous laisser, tout en ayant l’œil ». Fanny, qui fut son élève pendant un an, la décrit comme « non-dogmatique, qui encourage à aller puiser ce qu’on a envie d’explorer et d’exprimer » et souligne que l’art proposé par Céleste « incite à traduire l’intime dans les œuvres, délivre une vision de l’autre, empreinte de son esthétisme personnel ». Toutes les deux mentionnent le climat « passionné, joyeux, pointu » de ses cours. Céleste confie y répéter : « Le bonheur, c’est quand ça marche, qu’il n’y a pas de heurts, quand ça s’épouse, se mélange. »

Sa part d’enfance

Nicole Coudert, propriétaire de la galerie AVM, l’a rencontrée en 1998 accompagnée de Georges Detais (Paris) et Max Bollag (Zurich), marchands d’art dont elle était la jeune protégée, et experts de la figuration narrative, à laquelle se rattachent ses œuvres. Nicole parle de Céleste comme quelqu’un de « secret, avec une part d’enfance, d’insolence de l’enfance, d’impatience », qui « va à l’assaut » de ce qu’elle croque dans son art. Elle lui voit un « potentiel extraordinaire, capable d’expressivité partout », qui trouve « sa liberté » en elle-même lors de ses heures à l’atelier. « Elle a un côté essoufflé dans la vie, que j’aime, continue-t-elle, infiniment attentive aux détails. »

Thomas Lestavel, son compagnon depuis dix ans, la raconte, créant « à un moment, n’importe lequel, très anodin souvent, et capturant le moment, le mouvement. Elle a un œil photographique très à elle. Quelque chose apparaît soudain, qui la séduit esthétiquement, et elle l’enregistre. De là, elle va construire un thème, un motif, un fil rouge, sur lequel elle se concentre intensément un certain temps. » Fasciné par son travail, il y trouve « une chaleur sincère, une grande dimension incarnée des personnages, une sensualité des gestes ». Elle représente « l’intime personnel, avec élégance » » poursuit-il.

Un nouvel élan

« Quand les enfants sont plus grands, c’est comme une nouvelle adolescence » observe désormais l’artiste, « un nouvel essor ». Elle cite Georges Detais et Mme Micha, une de ses professeurs aux Beaux-Arts qui « l’ont fabriquée » alors qu’elle sortait d’école. « Mais ils ne sont plus là aujourd’hui, alors j’ai à re-décoller toute seule. » Cet automne, pour la première fois, elle a exposé des gravures, une série intitulée La pièce manquante, à la galerie AVM.

Profondément animée de l’intérieur, c’est en rencontrant les gens que Céleste se trouve et réalise ses œuvres, « ce sont les gens qui font les lieux », clame-t-elle.

Photo : Vincent Noye

Dans le même numéro (novembre 2022)

  • Le dossier du mois

    Camaïeu : le magasin de la rue Ordener entraîné dans le naufrage

    Dominique Andreani
    Stupeur et inquiétude après le sabordage d’une grande marque de prêt-à-porter toujours à la recherche de profits plus importants, au mépris des salariés et de leurs familles.
  • La vie du 18e

    Vauvenargues : les riverains font reculer la Poste

    Dominique Andreani
    Le bureau ne fermera pas fin novembre. Mais si la mobilisation semble avoir porté ses fruits, tout n’est pas gagné pour autant.
  • Goutte d’or

    Une initiative ludique contre le harcèlement scolaire

    Sylvie Chatelin
    Les enfants victimes peuvent vivre un enfer dans et en dehors de l’école avec l’extension aux réseaux sociaux. Tous les enfants sont concernés en tant que victime, harceleur ou témoin. Un support pédagogique, conçu à la Goutte d’Or, vise à les sensibiliser et leur donne les outils pour réagir contre ce fléau.
  • Charles-Hermite

    Tambours, toiles et fourchettes

    Noël Bouttier
    Encouragée par des clubs d’investisseurs citoyens et forte d’une expérience d’artisanat social en Inde, une jeune femme se lance le défi d’inciter la clientèle d’une laverie à se restaurer tout en se nourrissant d’art.
  • Montmartre

    Carreau sur le boulodrom du CLAP

    Erwan Jourand
    Pétition, tee shirts, manifestation… On s’agite sur la Butte autour d’un possible projet commercial menaçant l’existence d’un terrain de pétanque avenue Junot.
  • Culture

    Suzanne Valadon femme libre et artiste indépendante

    Danielle Fournier
    Suzanne Valadon, peintre et modèle, a révolutionné le genre du nu. Elle est la première femme artiste à peindre des nus masculins sur des toiles de grandes dimensions. Elle a vécu presque toute sa vie à Montmartre avec son fils, Maurice Utrillo, notamment au 12, rue Cortot qui abrite aujourd’hui le musée de Montmartre.
  • Culture

    Fernande Olivier, une artiste au cœur de la création

    Dominique Boutel
    Dans l’intimité du Bateau Lavoir et de Fernande Olivier, compagne de Picasso, le musée de Montmartre propose une expo en prélude à la célébration en 2023, du cinquantenaire de la disparition du peintre. Car c’est à Montmartre que tout commence…
  • Culture

    L’art de la fête foraine au 104 [Article complet]

    Sandra Mignot
    La Foire foraine d’art contemporain occupera presque tout l’hiver la partie ouest du 104. Des attractions revisitées proposent un voyage où l’on s’amuse, s’effraie et s’étourdit, animé par une cinquantaine d’artistes qui se sont...pris au jeu.

n° 312

février 2023