Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

novembre 2022 / La vie du 18e

Vauvenargues : les riverains font reculer la Poste

par Dominique Andreani

Le bureau ne fermera pas fin novembre. Mais si la mobilisation semble avoir porté ses fruits, tout n’est pas gagné pour autant.

Notre dernier numéro s’était fait l’écho de la fermeture annoncée de la poste Vauvenargues et de la mobilisation citoyenne qui s’ensuivit. Le travail de fourmi, réalisé par les lanceuses d’alerte, mérite d’être mis en évidence. Car ce sont d’abord des femmes qui ont été à l’initiative de la première pétition. Relayée et amplifiée par l’action des syndicats et des partis politiques, cette mobilisation* de la population a permis de faire reculer la direction de La Poste. Le 3 octobre, le vote à l’unanimité d’un vœu au conseil d’arrondissement allant dans ce sens a aussi contribué à légitimer, si besoin était, ces vives réactions.

La défense du service public par les habitants eux-mêmes a payé. « L’opération sauvetage a fonctionné » (Barbara Gomès, présidente de la commission de présence postale).Mais si on peut se réjouir de ce rétropédalage, qu’en est-il vraiment ? D’abord il n’y a rien d’écrit. Pour Olivier Gault (responsable CGT Postaux) : « La Poste ne renonce jamais ». Les élus du Conseil d’arrondissement ont reçu, via Gérald Briant (adjoint au maire PCF, en charge des services publics), un mail de La Poste, envoyé le jour même. C’est dire la nervosité de la direction de l’entreprise « compte tenu des inquiétudes exprimées, de la mobilisation des habitants, du lancement d’une pétition, des messages postés sur les réseaux sociaux et des témoignages dans les médias ». La Poste a annoncé en comité technique (réunion avec les syndicats) que le dossier Vauvenargues était retiré. Mais, dans son mail aux élus, il n’est question que de « suspendre » le projet.

Le groupe va « prendre le temps de l’écoute et de la concertation ». Mais pour Olivier Gault : « C’est une habitude dans cette entreprise de trier les invités  » aux concertations.

Les signes d’inquiétude demeurent

Et la fermeture du guichet bancaire est toujours possible, comme cela s’est passé pour la poste rue Duhesme. « Quand il y a suppression d’un service, c’est la préparation à la fermeture définitive. On l’a constaté partout ailleurs », affirme le syndicaliste. Cela résonne avec la question des boîtes à lettres sur pied et de leur entretien (lire notre n°307). « Elles ne peuvent être ni enlevées, ni fermées définitivement sans l’accord de la mairie. Aussi sont-elles obstruées par l’entreprise. Cela n’annonce rien de bon, car cela permet de les retirer des tournées », affirme Olivier Gault.

Mme Loric, à l’initiative de la première pétition, rappelle qu’elle a constaté qu’il y aurait plutôt de plus en plus de monde dans l’agence. Elle s’étonne ainsi que La Poste «  n’ait rien fait  » pour contrecarrer une baisse supposée de la fréquentation. Et rejoignant en cela les revendications des syndicats et des partis politiques, elle pense qu’il faudrait élargir les horaires, mettre plus de fonctionnaires et approvisionner les distributeurs souvent « vides à partir de vendredi midi  ». Car pour elle, la poste est à la fois « un service public, un lieu de proximité et un lien social ».

Tous, syndicats, partis politiques, habitants, commerçants se retrouvent sur la même longueur d’onde pour le retrait total du projet et restent vigilants quant au maintien du bureau de plein exercice. •

Dans le même numéro (novembre 2022)

  • Le dossier du mois

    Camaïeu : le magasin de la rue Ordener entraîné dans le naufrage

    Dominique Andreani
    Stupeur et inquiétude après le sabordage d’une grande marque de prêt-à-porter toujours à la recherche de profits plus importants, au mépris des salariés et de leurs familles.
  • Goutte d’or

    Une initiative ludique contre le harcèlement scolaire

    Sylvie Chatelin
    Les enfants victimes peuvent vivre un enfer dans et en dehors de l’école avec l’extension aux réseaux sociaux. Tous les enfants sont concernés en tant que victime, harceleur ou témoin. Un support pédagogique, conçu à la Goutte d’Or, vise à les sensibiliser et leur donne les outils pour réagir contre ce fléau.
  • Charles-Hermite

    Tambours, toiles et fourchettes

    Noël Bouttier
    Encouragée par des clubs d’investisseurs citoyens et forte d’une expérience d’artisanat social en Inde, une jeune femme se lance le défi d’inciter la clientèle d’une laverie à se restaurer tout en se nourrissant d’art.
  • Montmartre

    Carreau sur le boulodrom du CLAP

    Erwan Jourand
    Pétition, tee shirts, manifestation… On s’agite sur la Butte autour d’un possible projet commercial menaçant l’existence d’un terrain de pétanque avenue Junot.
  • Culture

    Suzanne Valadon femme libre et artiste indépendante

    Danielle Fournier
    Suzanne Valadon, peintre et modèle, a révolutionné le genre du nu. Elle est la première femme artiste à peindre des nus masculins sur des toiles de grandes dimensions. Elle a vécu presque toute sa vie à Montmartre avec son fils, Maurice Utrillo, notamment au 12, rue Cortot qui abrite aujourd’hui le musée de Montmartre.
  • Culture

    Fernande Olivier, une artiste au cœur de la création

    Dominique Boutel
    Dans l’intimité du Bateau Lavoir et de Fernande Olivier, compagne de Picasso, le musée de Montmartre propose une expo en prélude à la célébration en 2023, du cinquantenaire de la disparition du peintre. Car c’est à Montmartre que tout commence…
  • Culture

    L’art de la fête foraine au 104 [Article complet]

    Sandra Mignot
    La Foire foraine d’art contemporain occupera presque tout l’hiver la partie ouest du 104. Des attractions revisitées proposent un voyage où l’on s’amuse, s’effraie et s’étourdit, animé par une cinquantaine d’artistes qui se sont...pris au jeu.
  • Les Gens

    Céleste Bollack, une artiste dans les étoiles

    Noémie Courcoux Pégorier
    Porteuse d’un prénom évocateur, Céleste Bollack, 51 ans, artiste peintre est passée du 16e au 18e arrondissement avec bonheur. De la Butte à Marx Dormoy, récit d’une vie entière dédiée à la création.

n° 312

février 2023