Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2019 / Culture

Voyage à l’intérieur du cerveau de Roger Ballen [Article complet]

par Monique Loubeski

La Halle Saint-Pierre propose une rétrospective de l’œuvre troublante et énigmatique d’un artiste qui explore le monde noir et blanc de la psyché humaine.

Né et élevé à New York, installé à Johannesburg où il a longtemps exercé la profession de géologue, Roger Ballen est d’abord un photographe, amoureux du noir et blanc. Puis le créateur d’un univers où des animaux vivants, empaillés, en peluche, en métal ou en plastique sont disposés devant des murs couverts de dessins enfantins.
Il est très tôt initié à la photographie par sa mère, disparue prématurément, qui travaillait pour l’agence Magnum avant d’ouvrir sa propre galerie. À l’issue de ses études, le jeune homme part en stop découvrir le monde. Du Caire au Cap puis d’Istanbul jusqu’en Nouvelle-Guinée. Un voyage initiatique de cinq ans.
De retour au bercail, Ballen publie Boyhood, un livre de photos sur le thème de l’enfance, et complète son cursus universitaire. Sa spécialité en industrie minière l’amène en Afrique du Sud. Il aime le métier de géologue qu’il exercera jusqu’en 2007. Il s’intéresse alors à une population en marge, des Afrikaners rendus dégénérés par les unions consanguines. Ces gens délaissés survivent dans des dorps, des petites villes décrépites ou dans des campagnes reculées (Platteland en 1994).

Un cerveau et une dynamique

On rapproche alors sa vision de celle de Diane Arbus. Mais Ballen refuse de s’arrêter au documentaire. Diplômé en psychologie, il désire faire partager au public les pensées issues du puzzle de son propre cerveau. Il prend d’ailleurs de la distance, parlant volontiers de lui-même à la troisième personne, récusant toute influence, du moins picturale. Il déclare : « La clé de mon travail, c’est mon esprit, les cellules qui se mêlent pour fabriquer le cerveau de Roger Ballen. Et la dynamique qui s’ensuit. »
La photo ne représente plus qu’une partie de sa création. Ballen a adopté une méthode de travail : trouver un sujet, une scène, qui attire son regard, puis le mettre en scène. Devant un mur couvert de croquis naïfs il dispose, après mûre réflexion, des éléments divers : silhouettes en carton, masques, échantillons de son bestiaire (chèvre, souris, insecte ou oiseau), mannequins déguisés avachis dans des fauteuils, modèles vivants dont le corps est de plus en plus fragmenté. Depuis 2002, aucune personne entière n’apparaît sur un cliché. On ne voit que des mains, des pieds, des bras pliés.

Un monde effrayant... avec humour !

L’exposition s’ouvre avec une vidéo montrant Ballen s’ébattant au milieu de mouettes. Des photos tirées de dessins tracés sur des vitres montrent de nombreuses créatures hybrides. Des corps constitués de pièces dépareillées. Parmi ces chimères, un homme-coq se dresse, près de pantins enfermés derrière des grillages.
Si le monde « ballenesque » est glauque, effrayant, il n’est pas dénué d’humour. Cette femme sans substance, semblant hurler, coincée dans une carcasse de fauteuil, sort tout droit de Psychose. Un vieux frigo est coupé en deux par une scie égoïne posée sous le compartiment congélateur. Une référence irrésistible aux numéros d’illusion où une femme se fait allègrement découper. Au centre, une statue de Ballen (façon musée Grévin) est juchée sur un tabouret tournant, surveillant son petit monde, le Rolleiflex autour du cou.
À l’étage, le visiteur est accueilli par un étrange tableau. Un gros chien noir est allongé sur un lit tandis qu’un enfant (apeuré ?) gît en-dessous. Cette installation centrale est entourée de vieux jouets (ours râpés, poupées cuites au soleil), de figures grillagées. On découvre ici les premiers clichés en couleur de cet adepte résolu du noir et blanc.
Le monde « ballenesque » s’expose un peu partout dans le monde. Le centre Roger Ballen pour les arts photographiques ouvrira ses portes l’an prochain à Johannesburg. La
rétrospective de la Halle Saint-Pierre n’est pas le bilan d’une carrière : Ballen continuera à explorer la psyché humaine. Comme il le dit : « Tant que je m’inspire moi-même je serai heureux. »

Photo : Marguerite Rossouw

Dans le même numéro (décembre 2019)

  • La vie du 18e

    VIH et sida, toujours d’actualité

    Sylvie Chatelin
    Depuis 1988 et son institution par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le 1er décembre est la Journée mondiale de lutte contre le VIH/sida. L’occasion de rappeler que l’épidémie n’est toujours pas maîtrisée et le virus toujours actif.
  • Goutte d’or

    La rue a des oreilles

    Sophie Roux
    Une fois par mois, des professionnels formés à l’écoute (thérapeutes, psychologues, praticiens corporels) investissent l’espace public pour rencontrer habitants et passants.
  • Goutte d’or

    La potion magique de Coopaparis

    Sonia Imbert
    Au cœur de la Goutte d’Or, cette boutique associative fêtera bientôt ses six ans. Quelle est la recette de ce succès hors du commun dans le paysage de la distribution alimentaire ?
  • Histoire

    Petite histoire des bains-douches : propreté, hygiène et divertissement

    Danielle Fournier
    L’hygiène n’a pas toujours été le propre de l’homme. En tout cas pas au sens où on l’entend. Le bain fut d’abord un plaisir avant de se transformer en nécessité de santé publique accompagnée par l’équipement de la ville en bains-douches.
  • Les gens

    Un journaliste, ça met les mains dans le cambouis

    Sandra Mignot
    Dans une Goutte d’Or connue pour ses populations africaines et maghrébines vit un spécialiste de l’Amérique latine. Rencontre (presque) au sommet, rue de Panama.
  • Le dossier du mois

    Retour sur le démantèlement des camps de la Chapelle

    Christine Legrand, Claire Rosemberg
    Plus de 1 600 migrants ont été évacués de la porte de La Chapelle, selon un scénario déjà bien rodé. Il s’agissait de la 59e évacuation parisienne depuis 2015. Retour sur cette opération avec les membres du collectif Solidarité Migrants Wilson, qui ont tenté en vain de sauver tentes et couvertures.

n° 282

mai 2020