Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

novembre 2020 / La vie du 18e

Aide à domicile : de l’attention au quotidien

par Noël Bouttier

Afin de pouvoir continuer à vivre à leur domicile, de nombreuses personnes âgées ont recours à une auxiliaire de vie. Reportage sur les pas d’Houria, avec Anne-Marie, Jacqueline et Jeannine.

On sort rincé d’une demi-journée à suivre Houria, auxiliaire de vie chez LogiVitae*, une jeune entreprise qui emploie une quinzaine d’aides à domicile dans le 18e. Et pas seulement parce que ce vendredi-là, la pluie fait des claquettes… La tournée de cette femme d’une quarantaine d’années est une leçon de professionnalisme et d’humanité.

A 9 h, on a d’abord rendez-vous rue des Cloÿs chez Anne-Marie. Cette dame de 76 ans vit depuis toute petite avec une scoliose sévère. Cela ne l’a pas empêchée de travailler comme secrétaire médicale. Mais, en 2017, la tuile : Anne-Marie tombe lourdement sur le dos. Et tout change pour elle. « Avant, raconte-t-elle, je me débrouillais toute seule. Je prenais le bus. » Mais ça, c’était avant. « L’hôpital où j’ai fait ma rééducation, m’a fait un dossier et j’ai été reconnue GIR 3**. » Ce qui permet à Anne-Marie de bénéficier d’une heure trente d’auxiliaire de vie par jour, avec un supplément d’une heure trente, un après-midi par semaine. L’occasion de sortir, quand le temps le permet. Anne-Marie n’a pas renoncé à descendre dans la rue et à passer au café du coin. Pour les courses, Houria s’en charge, en surveillant de près la nourriture du frigo pour déceler les aliments périmés.

Une réponse aussi à la solitude

La vie d’Anne-Marie est rythmée par les visites des professionnels. Le matin, avant Houria, une aide-soignante vient lui faire sa toilette et l’aider à s’habiller. Cela dure de quinze à vingt minutes, pas plus. Tout est minuté. Puis, l’aide ménagère qui passe deux fois par semaine, ensuite, la kiné. Et sans oublier, tous les jours, le livreur de repas de la ville… Houria, elle, est cette personne-pivot qui rend possible la vie quotidienne. C’est elle qui passe le plus de temps avec Anne-Marie. Car cette dame souffre aussi – outre ses problèmes de dos – de solitude. « J’aime beaucoup parler, confie-t-elle. Je me sens seule l’après-midi. Souvent Houria me remonte le moral. »

L’auxiliaire de vie raconte aussi en aparté comment elle a poussé Anne-Marie à renouer avec son frère qu’elle voit désormais plus souvent. La professionnelle peut ainsi jouer un rôle de facilitateur des liens familiaux, distendus, éloignés. La solitude des personnes âgées (ayant un ou deux contacts par semaine), que le confinement a mise en lumière, concerne dans notre pays plus d’un million de personnes.

Quittant le domicile d’Anne-Marie, il faut maintenant se rendre, sans traîner, chez Jacqueline, à quelques minutes à pieds de là. La dame vit en fauteuil. Quatre heures d’aide quotidienne lui ont été octroyées. Cette ancienne professeure de lettres âgée de 75 ans essaie d’être la plus autonome possible. Elle dispose d’un scooter électrique qui lui permet de continuer à visiter certains lieux culturels. Enfin, permettait : avec la Covid-19, tout est plus compliqué. Et pour assister à un spectacle le soir, il faudrait qu’au retour quelqu’un l’aide à grimper dans l’ascenseur. Pas si facile… Pour autant, Jacqueline n’a pas renoncé à une vie sociale. Des amis, son fils, des petits-fils viennent la voir. « Et je voyage autour de ma chambre », dit-elle joliment.

Donner le repas, couper les cheveux, faire les courses

La matinée d’Houria se poursuit dans un logement social rue Emile Blémont. Des trois patientes rencontrées ce matin, Jeannine est la plus âgée (87 ans) et la plus handicapée. Elle ne quitte plus son lit depuis sept ans. Elle aimerait bien sortir. « J’aimerais retourner voir les magasins. Et prendre un petit café dehors. » Il suffirait que Paris Habitat fasse quelques aménagements pour rendre son logement accessible à un fauteuil roulant (une lettre a été envoyée à Anne Hidalgo, restée sans réponse).

L’auxiliaire de vie passe deux heures avec Jeannine le midi et une heure le soir, notamment pour lui donner ses repas. Elle fait aussi bien d’autres choses : lui couper les cheveux, envoyer des photos à sa famille éloignée... Ancienne couturière (« je travaillais parfois 60 heures par semaine », raconte-t-elle), Jeannine se sent un peu seule. Sa fille n’est pas à Paris, ses amis sont décédés… Sa situation aurait pu justifier une entrée en Ehpad. « Mais ne m’en parlez pas », réagit-elle vivement. C’est chez elle que Jeannine veut finir sa vie. Houria sourit dans son coin. Elle est contente d’avoir amené un peu de vie à Jeannine coincée dans son lit. Un journaliste et un photographe pour elle seule, vous pensez… Ce métier, cela fait simplement quelques années qu’Houria l’exerce. Avant, elle a été comptable et ingénieure en marketing. Et puis, elle s’est occupée jusqu’à la fin de son père. Du matin au soir, elle se démène pour amener un peu de joie à des quotidiens qui en manquent. Quand elle est tombée malade mi-mars, elle a pensé à toutes ces personnes accompagnées. Elle était alors remplacée par d’autres auxiliaires… des inconnues derrière leur masque.

Le soir, quand elle rentre chez elle, Houria s’endort parfois sans avoir le courage de se faire à manger. Trop fatiguée. Et pour quel salaire ? « En septembre, j’ai gagné 1 500 €, grâce aux heures supplémentaires », note-t-elle. Voudrait-elle changer de métier ? Quand on a vu comment elle prenait soin d’Anne-Marie, de Jacqueline et de Jeanine, on n’a pas osé lui poser la question… •

* La directrice de ce service d’aide à domicile, Dafna Mouchnik, est également l’auteure de deux ouvrages : Derrière vos portes, coulisses d’un service à domicile (éd. Michalon) et Première ligne, journal d’un service d’aide à domicile pendant le confinement (éd. Fauve).

**Pour savoir si une personne âgée a le droit de bénéficier de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), le département établit, grâce à un document technique, son niveau de perte d’autonomie qui va du GIR 6 (très grande autonomie) au GIR 1 (très faible autonomie).

Photo : Thierry Nectoux

Dans le même numéro (novembre 2020)

  • Alimentation : les invendus cassent les prix

    Un spécialiste du déstockage à La Chapelle

    Stéphane Bardinet
    Un nouveau commerce propose à petit prix des produits en voie de péremption mais encore consommables. De quoi aider les consommateurs à maîtriser leur budget alimentaire.
  • Alimentation : les invendus cassent les prix

    Des applis anti-gaspi pour faire ses courses

    Stéphane Bardinet
    Les nouvelles technologies au service de la lutte contre le gaspillage alimentaire.
  • Alimentation : les invendus cassent les prix

    Un bonus pour aider les associations

    Stéphane Bardinet
    L’équivalent de 30 repas donnés par semaine
  • Le dossier du mois

    Alimentation : les invendus cassent les prix

    Stéphane Bardinet
    Dans le contexte de crise économique née de la Covid et après la Journée mondiale contre le gaspillage alimentaire, Le 18e du mois fait le tour des initiatives qui permettent de récupérer à prix cassés des produits auparavant promis à la benne.
  • La vie du 18e

    Après le plu, le beau temps ?

    Dominique Gaucher
    Le prochain PLU sera participatif… Enfin, en théorie. Une conférence citoyenne a été organisée en octobre pour recueillir les propositions d’une centaine de Parisiens sur ce sujet éminemment technique. Une démarche qui soulève quelques interrogations.
  • La vie du 18e

    L’arrivée de la marche des sans-papiers

    Sandra Mignot
    La marche des sans-papiers est entrée dans Paris le 17 octobre.
  • La vie du 18e

    Les petites épiceries de quartier en détresse

    Stéphane Bardinet
    Ouvertes souvent sept jours sur sept, jusque parfois très tard dans la nuit, les supérettes sont fortement impactées par le couvre-feu. C’est le cas d’Au 36 rue Doudeauville et de CocciMarket rue Caulaincourt. Leurs dirigeants décrivent la situation et leurs inquiétudes.
  • Montmartre

    Plein « fard » sur Madame Arthur

    Dominique Dugay
    Samedi 10 octobre 18 h 30. Au 75 rue des Martyrs une entrée sombre, nous sommes chez Madame Arthur. Je rentre, deux artistes sont sur la scène en répétition, l’un au piano l’autre qui chante. Je me présente, Dominique photographe du journal Le 18e du mois, d’une voix sûre mais un peu intimidé je leur demande si je peux photographier la répétition et les artistes dans les loges, même si j'avais pris rendez-vous au préalable. Un oui général. Il n’y a pas de doute nous sommes dans une maison conviviale.
  • Histoire

    Quand le jazz était là [Article complet]

    Ivan Amar
    Né dans le sud des Etats-Unis, le jazz débarque en France avec les orchestres militaires américains, en 1917. Fuyant la ségrégation, des artistes noirs s’installent et font découvrir des rythmes excitants et des danses inconnues. Des clubs s’installent à Paris, notamment entre Pigalle et Montmartre. Voyage à travers leur histoire.
  • Les Gens

    Alice, femme d’action(s)

    Dominique Boutel
    Montmartroise depuis toujours, socialement engagée et culturellement investie, Alice Bséréni est l’une des âmes du quartier.

n° 290

février 2021