Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

septembre 2020 / La vie du 18e

Comparution immédiate [Article complet]

par Sandra Mignot

Menaces de mort, rébellion et outrage à agent ont amené Alexandre* dans un box du tribunal correctionnel de Paris.

« Fils de pute, allez niquer vos mères, je suis pas un PD moi », énumère calmement le président de la 23e chambre du tribunal judiciaire, lisant le rapport de police qu’il a sous les yeux.

« Le 17 août 2020, en gare du Nord, trois policiers ont aperçu un individu aux mains de deux agents de la sûreté ferroviaire, qui avaient du mal à le maintenir debout. Vous vocifériez. Quand on vous a demandé de poser votre bouteille de bière, vous l’avez jetée dans les tibias du brigadier. » Trois fonctionnaires en tenue sont présents. Ils se sont portés partie civile.

« Je vais vous crever un par un, on va revenir à sept et on va faire péter une bombe, mais ce ne sera pas une bombe à 10 », c’est bien ce qu’il vous a dit ?" leur demande le juge.

Alexandre, 20 ans, comparait donc pour menaces de mort, rébellion et outrage sur personnes dépositaires de l’ordre public. Des menaces ? Il ne s’en rappelle pas. « Je me suis énervé parce qu’ils ont touché mes parties intimes. » A présent calme et droit, on peine à l’imaginer résistant au contrôle engendré par l’absence de masque sur son visage ou s’énerver au point d’être amené au sol, menotté et embarqué en garde à vue.

Même attitude au poste, où un dépistage au cannabis s’est avéré positif. « La justice je les prends je les retourne… » Le juge marque une pause, petit regard en biais vers le prévenu, soupir, il continue sa lecture : « Je m’en bats les couilles de ton papier, amenez-moi à Fresnes direct. »

Au casier d’Alexandre figurent déjà plusieurs condamnations : extorsion, port d’arme, outrage et agression sexuelle. Le président du tribunal parcourt les feuillets de l’enquête sociale. Domicilié chez sa mère, le jeune homme s’est enfui à la suite d’une altercation avec son beau-père. Il reconnaît son addiction à l’alcool et au cannabis. D’ailleurs, il doit entrer en cure de désintoxication dans cinq jours.

« Vous ne travaillez pas ? Qu’avez-vous fait comme études ? » « L’IME**. » Le juge et ses assesseurs échangent quelques regards gênés. Alexandre bénéficie d’un traitement antipsychotique. « Vous mélangez avec l’alcool et le cannabis ? » Aucun risque. « Les médocs je les prends pas. » L’avocat se lève et interroge à son tour : « Savez-vous pourquoi vous êtes sous curatelle ? » « Parce que j’ai du mal à écrire. » « Pensez-vous que vous êtes aussi intelligent que les autres ? » La réponse est sans ambigüité : « Non. » Le procureur se dit frappé par la froideur du mis en cause, sa distance par rapport aux faits. « Alcool et drogue ne sont en rien des circonstances atténuantes. » Il rappelle que l’homme est mis à l’épreuve jusqu’en novembre 2021, avec une obligation de soins et de travail. « Le cadre est là, il doit se prendre en charge. »

Trois mois ferme sont requis. « Vous avez compris ce qui est demandé ? » interroge le juge. Alexandre hoche la tête. Son avocat plaide l’intelligence limitée, « peut-être congénitale puisque son père était déjà handicapé. » Doit-on le considérer comme pénalement responsable, peut-on évoquer une abolition du discernement ? « Difficile sans avis médical… Mais l’incarcération me paraîtrait totalement contre-productive. En quoi pourrait-elle améliorer monsieur ? » Le défenseur réclame une peine sans mandat de dépôt. « La justice a tout un arsenal de mesures à disposition pour que cette fois-ci soit la dernière. Quant aux policiers, bien sûr, ils ne sont pas là pour se faire insulter. Mais ce n’était somme toute que l’idiot du village qui s’est énervé et qu’on aurait toléré autrefois. » L’affaire est renvoyée pour qu’une expertise psychiatrique soit réalisée. En attendant, Alexandre est sous contrôle judiciaire et devra pointer chaque semaine au commissariat. A suivre

* Le prénom a été modifié.
** Les instituts médico-éducatifs accueillent les élèves atteints d’une déficience intellectuelle.

Dans le même numéro (septembre 2020)

  • La vie du 18e

    Feu vert pour les piétons

    Sandra Mignot
    Les abords de certaines écoles piétonnisés, des rues commerçantes barrées et des places de stationnement qui disparaissent : l’espace occupé par la voiture recule.
  • La vie du 18e

    Boxe, gym, karaté, sans contacts ?

    Florianne Finet
    Une rentrée pas comme les autres pour les sports de contact. Focus sur trois activités qui se déroulent en espace clos, la boxe, le karaté et la gymnastique. Malgré les incertitudes, les trois associations se préparent à la reprise, avec masque obligatoire pour certains.
  • La vie du 18e

    Toilettes à l’envi

    Danielle Fournier
    Alors que la Mairie de Paris souhaite reprendre la gestion des toilettes publiques, deux expérimentations ont attiré notre attention.
  • Le dossier du mois

    A l’assaut de la rentrée

    De la réforme des retraites à la régularisation des sans-papiers, en passant pas la défense de l’hôpital public et des personnes transgenres... la pandémie n’a pas entamé la détermination des associations et de l’ensemble des collectifs en lutte. Dans le 18e, la rentrée 2020 est bel et bien placée sous le signe de la mobilisation !
  • Goutte d’or

    TATI : la fin d’une époque

    Annie Katz
    Difficile à croire et pourtant... le magasin emblématique de la marque au vichy rose et aux lettres bleues devrait fermer définitivement ses portes à la fin de l’année.
  • Goutte d’or

    LMP : le spectacle peut continuer [Article complet]

    Annie Katz
    Le LMP, enfin dans ses murs ! Le seul théâtre de ce quartier populaire va pouvoir vivre plus sereinement et l’équipe qui l’anime continuer à se consacrer à la découverte de nouveaux talents.
  • La Chapelle

    Deux beaux projets en perspective au Bois Dormoy

    Sylvie Chatelin
    Le Bois Dormoy va s’agrandir d’environ 500 m2 et diversifier ses activités pour plus d’ouverture sur le quartier de La Chapelle.
  • La Chapelle

    Alberto, le podologue de rue

    Sylvie Chatelin
    La meilleure façon de marcher… c’est d’avoir des pieds en bon état. Tous les mercredis après-midi, des soins de pédicure sont prodigués aux usagers du square Jessaint, jardin d’insertion géré par Emmaüs à la sortie du métro La Chapelle.
  • Mobilisation en tout genre

    ACCeptess-T à l’épreuve de la crise

    Sandra Mignot
    Acceptess-T milite pour les droits des personnes transgenres. Elle les accompagne aussi dans leur démarche de soins et d’accès au droit. Le confinement et la crise sanitaire auraient pu avoir raison de l’association, mais il se pourrait qu’ils aient au contraire renforcé la mobilisation et la combativité de l’équipe.
  • Mobilisation en tout genre

    Sans-papiers : Vivre comme si la situation était normale

    Catherine Masson
    Ils seraient près de 200 couturiers dans la Goutte d’Or, souvent dans l’économie informelle.
  • Mobilisation en tout genre

    La solidarité anime les luttes sociales

    Marion Bernard
    Loin des clivages habituels, des citoyens de tous horizons mettent en action, ensemble et sur tous les fronts, leur conscience politique pour tenter de faire barrage aux réformes anti-sociales en cours.
  • Les Gens

    Thierry Jousse : la voix du cinéma

    Dominique Boutel
    Cinéphile et mélomane, homme de radio et d’images, Thierry Jousse a construit sa carrière entre ses deux passions.

n° 286

octobre 2020