Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

janvier 2022 / Spécial n°300

La belle équipe du 18e du mois

Depuis 27 ans, Le 18e du mois se veut un « trait d’union entre les citoyens, les associations et les quartiers pour informer et émouvoir ». Bénévoles habitants du 18e et salariées, nous nous employons tous les jours à continuer de faire vivre ce journal, unique en son genre à Paris, dans l’esprit des fondateurs, indépendant de toute organisation politique, religieuse ou syndicale. Pari tenu ?

Anne, Annick, Annie, Camille, Catherine, Cornélie, Danielle, Davide, Dominique(s), Elise, Emmanuel, Erwan, Florianne, Jacky, Jeanne, Jean-Claude, Jérôme, Laïla, Marie-Odile, Magali, Marika, Martine, Mauko, Monique, Noël, Noëmie, Patrick, Paul, Samuel, Sonia, Sophie, Stéphane, Sylvie, Thierry, Valentina sont quelques-uns et quelques-unes des bénévoles qui tous les mois permettent au journal d’exister, de sa rédaction à son envoi chez les abonnés ou sa vente en kiosque.

A peine un numéro est-il sous presse que tout recommence par la réunion du comité de rédaction, chez l’un ou l’autre, autour d’un petit verre et de quoi grignoter (ne jamais oublier la convivialité). Toute l’équipe de rédacteurs, rédactrices et photographes y est conviée pour proposer et discuter, quelquefois de manière passionnée, des sujets du numéro suivant.

Ensuite au boulot ! Chacun mène ses interviews et son enquête, vérifie ses informations et rédige son papier avant de l’envoyer à Sandra, notre « rédac’chef »

Le Comité éditorial (six personnes actuellement) entre ensuite en action, relit les papiers, les commente en réunion, corrige (éventuellement) l’orthographe et la syntaxe, raccourcit, demande des informations supplémentaires avant de renvoyer à Sandra.

Anne, notre maquettiste, commence alors à donner forme au journal.

Cerise sur le gâteau, la réunion de Une (en général le samedi précédant la sortie) est un moment d’intenses réflexions : sur les sujets qui doivent y « monter » et surtout sur les titres. Une bonne Une est primordiale, c’est la « vitrine » du journal qui incite (ou pas) à l’acheter.

Dernier week-end avant parution, les relecteurs, armés de leurs yeux de lynx, traquent la moindre coquille.

Le mercredi, l’épreuve validée part chez Promoprint, notre imprimeur de la rue Marcadet, qui nous livre (actuellement) 1 600 exemplaires le vendredi matin.

Une équipe se charge d’en plier environ 600 qui seront portés à la Poste l’après-midi même pour arriver dès le samedi matin chez nos abonnés. Une autre équipe, qui à pied, qui à vélo, emporte les journaux pour les livrer dans chacun de nos points de vente (une soixantaine).

Les ventes extérieures ou lors d’événements sont également des moments importants où les bénévoles se mobilisent pour faire connaître le journal. Dernier en date, le marché de Noël au Hasard Ludique le 19 décembre où nous faisions stand commun avec l’autre journal du 18e, Le Chat Noir.

Janvier 2022, le numéro 300 est en vente et nous fêtons le chemin parcouru. Champagne ! Vous voulez nous rejoindre ? N’hésitez pas, vous êtes les bienvenus
dans ce journal qui est le vôtre (contact : 18dumois@gmail.com).

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (janvier 2022)

  • Culture

    Nos temps modernes, en images [Article complet]

    Dominique Boutel
    Au Cent quatre, un assemblage de clichés, dans les deux sens du terme, expose la société de consommation jusqu’à saturation…
  • Culture

    Chorégraphies pour corps empêchés

    Danielle Fournier
    Entre force et fragilité, des chorégraphies mettent en scène des corps meurtris, émancipés par l’expression corporelle.
  • Le dossier du mois

    Quitter Paris c’est revivre un peu

    Danielle Fournier
    Le temps du confinement a été l’occasion pour certains Parisiens de réfléchir à une nouvelle vie… et de passer à l’acte. Nous avons rencontré, juste avant ou après leur départ, sept d’entre eux, âgés de 28 à 75 ans. Nés à Paris ou non, propriétaires ou locataires, femmes et hommes, en famille, en solo ou en couple, actifs ou retraités, ils habitaient dans le 18e ou à sa frontière et sont partis ailleurs. Un mouvement de fond ?
  • Spécial n°300

    Ils font le 18e. À vous de participer ! [Article complet]

    A l’occasion du n° 300 du 18e du mois, nous vous proposons de contribuer à notre sélection des personnalités marquantes du 18e.
  • La vie du 18e

    Une dose de bienveillance

    Stéphane Bardinet
    Deux fois par mois, la salle de consommation à moindre risque accueille les visiteurs pour montrer la réalité de cet établissement qui a nourri de nombreux débats depuis son ouverture.
  • Saint-Ouen-Clignancourt

    Au petit Ney la cuisine se partage

    Marie-Antoinette Leca
    Café littéraire associatif, le Petit Ney propose une nouvelle activité qui stimule les papilles et favorise les rencontres.
  • Évangile-Charles Hermite

    On répare et ça repart

    Florianne Finet
    Porte de la Chapelle, le groupe d’électroménager SEB a ouvert l’an dernier un espace de réparation et une boutique pour vendre à petits prix du petit électroménager remis en état. Un atelier qui permet aussi d’aider à l’insertion dans l’emploi.
  • Les Gens

    Profession : fait-diversière

    Annick Amar
    Anne-Sophie Martin est une journaliste indépendante, chroniqueuse judiciaire, réalisatrice de télévision et écrivaine.

n° 306

Juillet-août 2022