Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

juillet-août 2020 / Culture

La culture, un engagement au cœur de la crise [Article complet]

par Sophie Roux

Comment le spectacle reste-t-il vivant, malgré tout ? C’est ce que nous avons voulu savoir en échangeant avec la compagnie Gaby Sourire : Sylvie Haggaï, directrice, Christophe Sigognault, comédien, auteur, metteur en scène.

18duM : Quelles ont été pour la compagnie Gaby Sourire les conséquences de cette période de confinement ?

Sylvie Haggaï : Nous avons arrêté toutes nos activités. La dernière intervention est une participation à la Goutte d’Or, dans le cadre de la semaine du livre début mars. Nous avons proposé une soirée autour du courage et, plus précisément, de Mère courage et ses enfants de Bertold Brecht, à la salle Saint-Bruno, avec des poésies, des slams, des lectures, une exposition de dessins réalisés par des enfants du quartier. Le confinement a été une sidération, il a fallu prendre la mesure de la situation.

Christophe Sigognault : Tous les projets de la compagnie ont sauté ! Il a fallu un peu de temps pour entrer dans une autre dynamique...

18duM : Avez-vous pu continuer à travailler, à intervenir... peut-être autrement ?

S. H. Nous avons gardé le lien avec l’inter-associatif, les partenaires, les habitants, à la Goutte d’Or et à Drancy, où nous intervenons régulièrement. Nous avons beaucoup utilisé les réseaux sociaux, les visioconférences, nous avons multiplié les coups de fil, le partage de supports culturels, à distance. Dans ce temps qui a montré une grande fragilité sociale, c’était important que la compagnie soit là pour soutenir les habitants, qu’elle soit un relais d’informations avec ses partenaires et avec toutes les associations du quartier, même si elle ne pouvait pas être là physiquement.

C. S. En gardant le contact, on a senti que les gens avaient faim de culture. Ils nous ont remercié de leur avoir envoyé des supports culturels, de la douceur, de la beauté. C’est bien ces moyens de communication, on a fait des sortes de performances, mais une compagnie a besoin de voir les gens, de partager des choses ! Je m’en suis rendu compte en les retrouvant dans la rue après le confinement. Encore plus sans doute. « Quand est-ce qu’on fait la fête ? », m’a-t-on demandé.

S. H. A travers un écran, ce sont des fenêtres qu’on peut ouvrir mais WhatsApp ne remplacera pas la rencontre entre des artistes et un public !

18duM : Quels sont vos projets ? Comment allez-vous faire avec le flou sur l’ouverture des salles de spectacle ?

C. S. J’ai travaillé pour une autre compagnie dans l’Essonne, La Constellation, sur l’écriture d’un texte porté musicalement, avec des acrobates. Nous nous en sommes inspirés pour Gaby Sourire, pour proposer un spectacle début juillet dans lequel la musique est un véhicule pour faire parler les mots. Des mots parfois durs aussi. On a commencé les répétitions à la mi-mai.

S. H. Avec un trompettiste-percussionniste et un guitariste, Christophe arpentera l’espace public, avec des pauses, des prises de parole. On a hâte de ces retrouvailles après plusieurs semaines d’absence ! Le spectacle s’appelle Histoires en ballade, inspirées librement de contes tsiganes. Le trio itinérant s’est déjà produit les 5 et 8 juillet dans les immeubles de Paris Habitat. Deux autres dates sont prévues le 22 juillet et le 6 septembre. Nous avons aussi un projet qui nous tient à cœur. A partir de la rentrée nous commencerons à répéter, à faire des lectures pour Shakespeare s’invite chez vous. C’est un projet bâti sur une série en quatre épisodes, sur deux ans, inspiré de la pièce Le songe d’une nuit d’été. Pour le moment, on ne peut pas vous en dire plus !

18duM : Comment voyez-vous l’avenir de la compagnie après cette période si particulière ?

S. H. Je crois que cette période a conforté nos envies et nos choix : le spectacle dehors plutôt que dedans, proche des gens... Des plateaux il y en a partout ! Intervenir dans l’espace public a un impact fort et toute l’équipe, les comédiens ont envie de ces rencontres, du contact avec les habitants, avec les enfants dans les écoles. Nous acceptons la part de travail social qui fait partie de notre identité. C’est cette liberté qu’on souhaite préserver, avec des moyens modestes, mais nous aurons aussi besoin du soutien de nos partenaires (Ville de Paris, Paris Habitat, ICF La Sablière, Ville de Drancy, Préfecture).

C. S. Nous allons poursuivre notre engagement ! Je suis plein d’espoir, de projets. Les gens nous portent dans ce qu’on fait. Ce sont eux qui nous permettent de créer, d’aller où ils vivent, là où ils marchent ! On trouvera les moyens... « A l’école de la poésie, on se bat », chantait Léo Ferré. •

Photos : Alice Haggaï

Dans le même numéro (juillet-août 2020)

  • Le dossier du mois

    Evadez-vous près de chez vous

    Danielle Fournier, Jacky Libaud, Sandra Mignot, Stéphane Bardinet
    L’été est là ! Et si vous en profitiez pour découvrir ou redécouvrir les jardins du quartier de la Goutte d’or, flâner autour du street art à (...)
  • Promenades d’été à deux pas de chez nous !

    Street art à Montmartre

    Sandra Mignot
    Le street art se diffuse sur les murs de Paris parfois à la vitesse de l’éclair. Montmartre est l’un des terrains de jeu de cet art exposant formats et talents en tout genre, appelés à disparaître et être remplacés. Une balade d'une bonne heure, permet d'en observer beaucoup.
  • Promenades d’été à deux pas de chez nous !

    Au parc, à vélo et en famille

    Danielle Fournier
    Envie de campagne après ces mois parisiens difficiles ? Laissez-vous guider pour une aventure cycliste à deux pas de chez vous !
  • Promenades d’été à deux pas de chez nous !

    Paris - Meaux à vélo, c’est tout droit

    Stéphane Bardinet
    Le saviez-vous ? En suivant le canal de l'Ourcq à vélo, vous arrivez à Meaux. Une promenade de 40 kilomètres, facile, plate, en trois heures aller, quatre pour les familles et les sportifs du dimanche.
  • Promenades d’été à deux pas de chez nous !

    Des ilôts de verdure et de partage

    Jacky Libaud
    L’été est là ! Et si vous en profitiez pour découvrir ou redécouvrir les jardins du quartier de la Goutte d’Or ?
  • La vie du 18e

    Sports : reprise sous contrôle

    Florianne Finet
    Plusieurs associations, comme les Enfants de la Goutte d’Or et Escrime Paris Nord, ont choisi de repousser la coupure estivale, pour permettre à leurs adhérents de rattraper une partie des entraînements perdus à cause du confinement. D’autres se concentrent sur le traditionnel stage de reprise de fin d’été.
  • Goutte d’or

    Radio Barbès est en ligne

    Sandra Mignot
    Pendant le confinement, une radio s’est réveillée sur le web.
  • Goutte d’or

    Une permanence contre les amendes Covid

    Claire Rosemberg
    La Ligue des droits de l’homme a mis en place une permanence pour aider ceux qui souhaitent contester une amende ou qui rencontrent des difficultés à la payer.
  • Clignancourt

    L’insertion par le jardinage au stade des Poissonniers

    Florianne Finet
    Bouleau, peuplier, charme, noisetier, roses, lavandes, kerria japonica… Nous ne sommes pas au Jardin des plantes, mais bien à proximité des puces de Clignancourt, au centre sportif des Poissonniers.
  • Culture

    Quand un artiste rencontre un spectateur [Article complet]

    Sandra Mignot
    Le Théâtre de la Ville consulte ses spectateurs, en blouse blanche, musique et pas chassés.
  • Les Gens

    De l’enfant brisé au combattant acharné

    Sandra Mignot
    A 25 ans, Lyes Louffok a construit sur sa jeunesse malmenée un engagement politique intense en faveur des enfants placés.

n° 284

juillet-août 2020