Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

juillet-août 2020 / Clignancourt

L’insertion par le jardinage au stade des Poissonniers

par Florianne Finet

Bouleau, peuplier, charme, noisetier, roses, lavandes, kerria japonica… Nous ne sommes pas au Jardin des plantes, mais bien à proximité des puces de Clignancourt, au centre sportif des Poissonniers.

Une diversité de fleurs et de plantes rares pour un stade parisien dont peuvent profiter les habitants et les adhérents des clubs résidants malgré la présence toute proche du périphérique.

Pour entretenir les espaces verts qui entourent les terrains de football, les courts de tennis et la piste d’athlétisme, un partenariat original a été mis en place en 2014 entre la mairie de Paris et l’association Halage. Deux jardiniers y travaillent tous les jours de la semaine, sauf sur les terrains de football eux-mêmes qui sont en matière synthétique. La mairie fournit les plants et contrôle environ une fois par mois le travail réalisé. En échange, cette structure d’insertion spécialisée dans les espaces verts et la production de fleurs locales reçoit une subvention annuelle au titre de son projet social. Dans les autres stades de la capitale, cette activité est déléguée à une entreprise privée par marché public.

« Il n’y a pas beaucoup de stades comme celui-ci où on trouve autant d’arbres et de massifs différents à entretenir et où on peut aménager le paysage pour rendre le site plus agréable pour les sportifs », témoigne Rodolphe, 39 ans, l’un des deux paysagistes, ravi de pouvoir travailler dans ce cadre. Après avoir beaucoup travaillé en intérim, il espère pouvoir intégrer la Ville de Paris à la fin de son contrat. Moins agréable, une bonne partie du travail des jardiniers consiste aussi à ramasser tous les déchets qui sont jetés dans les massifs, soit par les sportifs, soit par les passants qui longent la rue Jean-Cocteau.

Une formation diplômante

« Nous n’utilisons aucun produit chimique. Cela fait partie de notre démarche depuis la création de l’association. Le désherbage se fait à la main et on se contente de tailler les arbres en hiver pour lutter contre les parasites ou les maladies », explique Nathalie Boitouzel, chargée de projets. Les déchets végétaux sont eux compostés. L’association s’occupe également de plusieurs portions de la petite ceinture dans les 17e, 19e et 20e arrondissements (et jusqu’à récemment dans le 18e). Dans notre arrondissement, Halage gère le jardin collectif et solidaire l’Univert, situé dans la cour d’une résidence de Paris Habitat rue Polonceau. Ce dernier accueille à la fois des personnes allocataires du RSA ou en recherche d’emploi et les habitants du quartier.

Au total 80 personnes travaillent dans un des dix chantiers franciliens d’Halage et bénéficient d’un accompagnement socio-professionnel pendant un an en moyenne. Environ sept salariés sur dix trouvent ensuite un emploi dans une entreprise ou une collectivité. Pendant leur passage chez Halage, ils peuvent préparer une partie du certificat d’aptitude professionnelle agricole « jardinier paysagiste ». Ils ont ensuite cinq ans pour valider la totalité du diplôme. « Ce sont souvent d’anciens chômeurs de longue durée entre 40 et 60 ans ou des bénéficiaires du RSA qui ont eu des parcours de vie difficiles » détaille Nathalie Boitouzel. Une présentation des métiers des espaces verts est organisée chaque année au centre social de la Goutte d’Or car le secteur recrute. « Nous ciblons en particulier les femmes car elles sont encore peu nombreuses dans nos équipes. »

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (juillet-août 2020)

  • Le dossier du mois

    Evadez-vous près de chez vous

    Danielle Fournier, Jacky Libaud, Sandra Mignot, Stéphane Bardinet
    L’été est là ! Et si vous en profitiez pour découvrir ou redécouvrir les jardins du quartier de la Goutte d’or, flâner autour du street art à (...)
  • Promenades d’été à deux pas de chez nous !

    Street art à Montmartre

    Sandra Mignot
    Le street art se diffuse sur les murs de Paris parfois à la vitesse de l’éclair. Montmartre est l’un des terrains de jeu de cet art exposant formats et talents en tout genre, appelés à disparaître et être remplacés. Une balade d'une bonne heure, permet d'en observer beaucoup.
  • Promenades d’été à deux pas de chez nous !

    Au parc, à vélo et en famille

    Danielle Fournier
    Envie de campagne après ces mois parisiens difficiles ? Laissez-vous guider pour une aventure cycliste à deux pas de chez vous !
  • Promenades d’été à deux pas de chez nous !

    Paris - Meaux à vélo, c’est tout droit

    Stéphane Bardinet
    Le saviez-vous ? En suivant le canal de l'Ourcq à vélo, vous arrivez à Meaux. Une promenade de 40 kilomètres, facile, plate, en trois heures aller, quatre pour les familles et les sportifs du dimanche.
  • Promenades d’été à deux pas de chez nous !

    Des ilôts de verdure et de partage

    Jacky Libaud
    L’été est là ! Et si vous en profitiez pour découvrir ou redécouvrir les jardins du quartier de la Goutte d’Or ?
  • La vie du 18e

    Sports : reprise sous contrôle

    Florianne Finet
    Plusieurs associations, comme les Enfants de la Goutte d’Or et Escrime Paris Nord, ont choisi de repousser la coupure estivale, pour permettre à leurs adhérents de rattraper une partie des entraînements perdus à cause du confinement. D’autres se concentrent sur le traditionnel stage de reprise de fin d’été.
  • Goutte d’or

    Radio Barbès est en ligne

    Sandra Mignot
    Pendant le confinement, une radio s’est réveillée sur le web.
  • Goutte d’or

    Une permanence contre les amendes Covid

    Claire Rosemberg
    La Ligue des droits de l’homme a mis en place une permanence pour aider ceux qui souhaitent contester une amende ou qui rencontrent des difficultés à la payer.
  • Culture

    Quand un artiste rencontre un spectateur [Article complet]

    Sandra Mignot
    Le Théâtre de la Ville consulte ses spectateurs, en blouse blanche, musique et pas chassés.
  • Culture

    La culture, un engagement au cœur de la crise [Article complet]

    Sophie Roux
    Comment le spectacle reste-t-il vivant, malgré tout ? C’est ce que nous avons voulu savoir en échangeant avec la compagnie Gaby Sourire : Sylvie Haggaï, directrice, Christophe Sigognault, comédien, auteur, metteur en scène.
  • Les Gens

    De l’enfant brisé au combattant acharné

    Sandra Mignot
    A 25 ans, Lyes Louffok a construit sur sa jeunesse malmenée un engagement politique intense en faveur des enfants placés.

n° 295

juillet-août 2021