Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2023 / La vie du 18e

Le réveil de la coccinelle

par Jacky Libaud

Mars est le mois de réapparition des insectes au jardin, tels les papillons citron ou les abeilles osmies rousses, pollinisateurs vitaux pour les floraisons précoces.

Parmi toutes ces bestioles printanières, les coccinelles, dont il existe plus de 100 espèces en France, figurent en bonne place. La plupart sont insectivores, mais certaines se nourrissent de végétaux, comme la coccinelle de la bryone qui s’attaque parfois aux melons et aux cornichons !

Ces petits coléoptères sont plutôt réputés pour leur appétit des pucerons qui affaiblissent plantes et fleurs. C’est d’ailleurs pour cela que l’INRA a, dans les années 1990, libéré dans la nature des coccinelles asiatiques, Harmonia axyridis, qui à l’époque ne survivaient pas au froid hivernal. Hélas, cette espèce est depuis devenue résistante, s’installant en masse dans les maisons et autres abris à l’automne, et tend à supplanter nos espèces autochtones dont elle dévore les œufs et les larves.

Bête à bon Dieu

Notre coccinelle européenne la plus grosse et la plus populaire est la coccinelle à sept points, Coccinella septempunctata, immortalisée dans les dessins animés et les bandes dessinées. La fameuse « bête à bon Dieu », surnom qui lui aurait été donné dès le Moyen Âge lorsque le roi Robert « le Pieux » (972-1031), décida de gracier un condamné à mort par décapitation. En effet, le bourreau ayant remarqué qu’une coccinelle posée sur le cou du pauvre homme revenait systématiquement s’y réinstaller après chaque tentative d’éloignement, il en déduisit qu’il s’agissait probablement d’un signe divin, déduction alors approuvée par tous !

Signalant d’emblée à de potentiels prédateurs sa toxicité par sa couleur, cette coccinelle peut en outre exsuder en cas d’attaque un alcaloïde toxique sous forme de gouttelettes jaunes surgissant de ses articulations !

A Paris, l’insecte passe généralement l’hiver caché au sol, seul ou en groupe, sous des mousses ou des feuilles. Après le réveil printanier, les adultes peuvent se nourrir de pollen en attendant que les pucerons apparaissent et après l’accouplement, les femelles se mettent à la recherche de colonies de ces insectes piqueurs-suceurs, à proximité desquelles elles vont pondre des petits paquets d’oeufs, souvent plusieurs centaines en tout ! Dès son éclosion, la larve va entreprendre de dévorer les infortunés pucerons, jusqu’à 250 par jour au quatrième stade de ses métamorphoses, avant sa transformation en nymphe d’où surgira un peu plus tard l’imago, c’est-à-dire l’insecte adulte. Cette génération estivale pond parfois en fin d’été, mais c’est souvent elle qui entrera en diapause hivernale et se reproduira au printemps suivant. Tout dépend des conditions météorologiques et de l’abondance des pucerons.

Avant l’introduction de sa concurrente asiatique, la « bête à Bon Dieu » proliférait certaines années au point de rendre les bains de soleil impossibles en bord de mer, tout corps humain étant assailli par des centaines de mandibules aux pincements désagréables ! Hélas, ces scènes, souvent relatées dans les médias, ne sont plus que des souvenirs pour les plus ancien(ne)s d’entre nous.

Espérons tout de même que nos sympathiques coccinelles animeront encore longtemps nos jardins ! •

Photo : DR

Dans le même numéro (mars 2023)

  • Le dossier du mois

    Imaginer, raconter, partager - osez les ateliers d’écriture

    Gaëlle Faure, Sylvie Chatelin
    Les ateliers d’écriture ont le vent en poupe. Nous nous y sommes essayés, au Poulpe et au Petit Ney. Dans le premier on écrit le 18e, tandis que dans le second le thème est nouveau chaque semaine. Deux approches différentes pour entrer dans le monde de l’écriture mais une même production de textes drôles, émouvants, imaginatifs et partagés pour le plus grand plaisir de tous.
  • La vie du 18e

    On ferme. Après les lycées, les écoles

    Patrick Mallet
    A la rentrée 2023, une vingtaine d’écoles du 18e perdront une classe. Parents et enseignants s’insurgent contre cette annonce jugée inacceptable.
  • La Chapelle

    Fromage : « C’est moi qui l’ai fait »

    Sylvie Chatelin
    A la laiterie de La Chapelle, on fait son fromage soi-même avec les 800 litres collectés deux ou trois fois par semaine à la ferme de Launay dans le Vexin français, à environ 35 km de Paris. Paul, créateur et expert fromager, nous a initiés à la transformation du lait en tomme.
  • La Goutte d’Or

    TATI : le projet se précise

    Dominique Boutel
    Studio Belem, l’agence d’architecture associée au promoteur immobilier Immobel, propriétaire du foncier, a remporté le contrat chapeauté par la Ville, concernant la transformation des anciens établissements Tati. Ces jeunes architectes présentent leur projet pour ce lieu emblématique de l’histoire du 18e arrondissement.
  • Montmartre

    « souvenirs, souvenirs » Jean-Louis Rancurel, photographe des sixties

    Monique Loubeski
    Jean-Louis plonge très tôt dans l’univers du rock et utilise son Semflex pour immortaliser ses contemporains se produisant sur scène. Soixante ans plus tard, à la tête de la photothèque Rancurel, il est chaque jour sollicité pour ses précieux clichés.
  • Histoire

    Lycée Jacques Decour : dans les pas d’un ancien élève

    Dominique Delpirou
    Après l’histoire de ce grand lycée parisien (lire notre n° 311), partons pour une balade intimiste et littéraire à travers le regard et les souvenirs d’un ancien élève, revenu sur les pas de son adolescence.
  • Les Gens

    Kamel Bourahla fait vivre le chaâbi algérien dans la Goutte d’Or

    Marion Bernard
    Poète prolifique, joueur de mandole – un cousin plus rude de la mandoline spécialement inventé pour le chaâbi, Kamel Bourahla, « Cheikh », sillonne le 18e pour semer ses poèmes d’exil et soigner les âmes.

n° 323

février 2024