Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

février 2021 / Sorties de crise incertaines

Obtenir un rendez-vous : le parcours du combattant

par Marie-Odile Fargier

Centres d’appel surchargés, liens Internet activés tardivement et surtout manque de doses : il faut être aussi chanceux qu’obstiné pour décrocher un rendez-vous à Paris.

Enfin les plus de 75 ans peuvent s’inscrire pour le vaccin contre la Covid-19 à partir du 14 janvier. J’en ai 76 et le 14, dès 8 h, je me lance.

Jour 1 - Pour trouver les centres de vaccination à Paris, je vais comme indiqué sur sante.fr. Rien. Bon, allons voir sur les Doctolib, KelDoc ou autres Maiia : pas encore de centres de vaccination proposés à Paris, disent-ils. Ah bon, mais les médias avaient relaté que le gouvernement avait annoncé… Finalement, les mêmes médias rapportent que le début des inscriptions est reporté au lendemain à partir de 8 h.

Jour 2 - Donc le 15 janvier à 8 h pile, retour sur sante.fr. Plusieurs centres de vaccination s’affichent pour Paris et, chouette, un centre à la mairie du 18e. Pour tout lien, un numéro de téléphone – le 3975 de la Mairie de Paris – mais pas d’hyperlien. J’appelle : une voix électronique me propose de cliquer sur un des chiffres, mais aucun ne renvoie à la vaccination ! Pour être mis en relation avec un conseiller, il faut rappeler à partir de 8 h 30.
À 8 h 30, j’appelle donc le 3975 presque sans discontinuer en alternance avec le 08 00 00 91 10 dont je viens de découvrir l’existence sur une chaîne d’info. Nouvel échec. A 9 h 30, miracle : le 3975 décroche. Redéfilement des questions et des chiffres… Pour être mis en ligne avec un conseiller, la voix annonce que l’attente peut être longue. Soit ! Une autre voix, plus douce, me renvoie gentiment sur le 08 00...

Au 08 00… : « Désolé, votre appel ne peut aboutir, nous vous invitons à… ». Je renouvelle. Après plusieurs tentatives, ça marche ! Comme on me le suggère, j’entre mon code postal et… dix secondes plus tard : « En raison d’un trop grand nombre d’appels… » Le manège continue. Ceci jusqu’au soir ! Et toujours rien sur sante.fr.

Jour 3 - Le 16 janvier, 8 h 30 pétantes, je tapote par cœur
08 00… Une fois, deux, trois, quatre, cinq : toujours la même ritournelle : « En raison… » A la sixième tentative, après 21 minutes d’attente, une vraie (!) voix désolée m’annonce qu’elle ne peut rien faire d’autre que de m’inciter à tenter ma chance sur le 3975 ou sur sante.fr !!! Ou alors… de charger l’appli Doctolib.

Allons-y pour Doctolib. Pas de centre de vaccination à la mairie du 18e, mais possibilité de s’adresser à celui du 5 rue Curial dans le 19e. Le site me propose un rendez-vous en février, puis un second pour le rappel en mars. Je m’applique : il faut choisir parmi les dates proposées, créer un compte, un mot de passe, et attendre un code de vérification qui vous parvient par SMS. Trois mails dégringolent dans ma boîte : « Confirmation inscription » ; « Premier rendez-vous » ; « Rendez-vous de rappel ». Hourrah ! Il est 9 h 14. Cela m’a pris une petite huitaine d’heures sur trois jours.

Conclusion : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. J’apprendrai ensuite que la société Pfizer a pris du retard. Aussi, à la mairie du 18e, on m’explique que le nombre de rendez-vous est limité au nombre de doses reçues. Logique. Dès le 16 janvier, à Paris, tous les centres avaient fait le plein de rendez-vous.

Dans le même numéro (février 2021)

  • Le dossier du mois

    Sorties de crise incertaines

    Annie Katz, Danielle Fournier, Mehdi Bouttier
    C'est peu dire que la crise sanitaire n'a pas placé ce début d'année sous les meilleurs auspices ! Souffrance des étudiants précarisés et isolés, difficultés de la vaccination malgré l'engagement de tous les acteurs de santé. Pourtant un peu d'humour, grâce au regard acéré d'un artiste en herbe, à propos des gestes-barrières.
  • La vie du 18e

    La place du village se réinvente en ligne [Article complet]

    Florianne Finet
    Le confinement a donné un nouvel élan au groupe d’entraide entre voisins du 18e sur Facebook, qui compte désormais près de 12 000 membres.
  • La vie du 18e

    Des écoliers à la rencontre de l’art contemporain

    Dominique Boutel
    Dans le cadre du programme Une œuvre à l’école, le Fonds d’art contemporain-Paris Collection prête des œuvres aux établissements scolaires. Cette cohabitation n’est-elle pas la meilleure façon de sensibiliser les jeunes esprits à la création ?
  • La vie du 18e

    Lycée Rabelais : saison 4, le retour

    Danielle Fournier
    Le « rapatriement » d’une partie des élèves dans le 18e programmé pour le 1er mars aura-t-il lieu ? Cela dépendra de l’issue du bras de fer entre la Ville de Paris et la Région Ile-de-France.
  • Sorties de crise incertaines

    Etudiants, l’année de tous les risques

    Mehdi Bouttier
    Entre fermeture des universités, cours à distance, isolement, augmentation de la précarité, troubles psychologiques, les étudiants souffrent des mesures prises pour contrer la pandémie. Dans le 18e arrondissement, l’atmosphère est particulièrement tendue.
  • Sorties de crise incertaines

    Vaccins : ni les flacons, ni l’ivresse

    Annie Katz
    Tous les acteurs de santé et leurs partenaires sont mobilisés pour accueillir les personnes souhaitant se faire vacciner contre le coronavirus. Il ne manque plus que les doses adéquates.
  • Grandes carrières

    Une entreprise bien culottée

    Dominique Boutel
    « Osez être culottée », « Il est temps de changer les règles », telle est la communication d’une petite entreprise bien implantée depuis deux ans dans l’arrondissement et qui a le souci de préserver la santé aussi bien que la nature.
  • Montmartre

    Le vidéo-club de la Butte : un vrai cinéma de quartier

    Monique Loubeski
    Un vidéo-club est-il un commerce essentiel ? Les riverains de la rue Caulaincourt ont répondu un grand OUI à cette question. En créant et alimentant une cagnotte en ligne, ils ont permis à ce petit bout de Paris malmené par la crise de ne pas sombrer.
  • Simplon

    Feu vert pâle du Conseil de Paris à un projet controversé

    Dominique Gaucher
    Le réaménagement du centre de remisage et de maintenance des bus de la RATP, certes nécessaire pour accueillir dès 2025 des véhicules propres, est aussi l’occasion de bâtir au-dessus d’une dalle de recouvrement jusqu’à neuf étages de logements sociaux, résidence en coliving, commerces, etc.
  • Histoire

    Les demoiselles du téléphone du central Marcadet

    Annick Amar
    Avant l’automatisation définitive du réseau français, des centraux téléphoniques hébergeaient de nombreux employés. Ce personnel qualifié était essentiellement constitué des « demoiselles du téléphone », jeunes filles célibataires corvéables à merci.
  • Les Gens

    « On est là pour le frisson »

    Dominique Boutel
    Implantés dans le quartier de la Goutte d’Or depuis plus de trente ans, Patrick et Louise Marty donnent le goût de la musique et du spectacle vivant en mettant le plaisir en première ligne.

n° 295

juillet-août 2021