Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

février 2021 / Montmartre

Le vidéo-club de la Butte : un vrai cinéma de quartier

par Monique Loubeski

Un vidéo-club est-il un commerce essentiel ? Les riverains de la rue Caulaincourt ont répondu un grand OUI à cette question. En créant et alimentant une cagnotte en ligne, ils ont permis à ce petit bout de Paris malmené par la crise de ne pas sombrer.

C’est l’un des derniers vidéo-clubs de Paris, passé de la cassette VHS au DVD. Successivement malmenée par Canal +, les chaînes cinéma du câble, la VOD, Netflix et consorts, puis par le téléchargement illégal, la boutique de la rue Caulaincourt est pourtant rarement vide. Lors du premier confinement, les spectateurs en manque envoyaient leur liste, puis récupéraient leur ration d’images « en loucedé ». Christophe Petit, qui a repris la boutique en 2003, s’est résigné au « click and collect ». Car ce qu’il aime, c’est discuter, communiquer. Comme sa clientèle d’habitués qui musarde dans les trois pièces en enfilade où sont soigneusement classés des trésors du septième art.

Dans l’entrée on trouve les nouveautés, la sélection du moment (des films anciens mais édités récemment) et le cinéma américain. L’ancienne courette est le domaine du cinéma français. L’arrière-boutique se divise en trois zones : cinéma du monde, films de genre (action, fantastique, horreur) et coin jeunesse.

Le maître des lieux aime à le répéter : « Je ne suis pas un algorithme. » Pas de prescription automatique pour le client indécis qui est aussi souvent un voisin qu’on a appris à connaître. La palabre avant le choix du film, la critique après font partie du plaisir. C’est plus chaleureux qu’une plateforme. Et moins cher. Ici les prix n’ont pas bougé depuis trente ans. La location coûtait alors 25 francs. Quatre euros aujourd’hui.

La belle idée d’une cagnotte

Christophe Petit a remarqué une évolution des goûts des gens ces derniers mois. Alors que les salles obscures sont fermées, une majorité se montre friande de comédies, de « feel good movies », désireuse sans doute de s’évader d’un quotidien morose. En revanche les jeunes adultes ont réagi différemment. Refusant de perdre leur temps à visionner des fadaises, ils ont réclamé des films forts, marquants, durables.

Le vidéo-club de la Butte se considère avant tout comme un commerce de quartier. Le contraire d’une chapelle élitiste. Un endroit où chacun trouvera de quoi satisfaire son appétit et sa curiosité , du série-maniaque à l’amateur de cinéma coréen en passant par les grands-parents à la recherche d’un film familial, un lieu vivant bien plus qu’un survivant d’un passé révolu. Malgré tout, ces dernières années, les clients se sont raréfiés. Aucune subvention n’est venue renflouer les caisses. Deux habitués ont donc eu l’idée de monter une cagnotte. Depuis mai dernier, 30 % des clients contactés ont fait un don sur « « Le Pot commun ». Un taux de retour exceptionnel qui témoigne bien de l’attachement des gens du quartier. Treize mille euros ont été récoltés, de quoi régler quelques mois de loyer. La cagnotte, toujours active, peut encore recevoir des dons.

Michel Gondry, un ancien gros client, s’est inspiré du lieu pour écrire « Soyez sympas, rembobinez ! » (sorti en 2008). D’autres gens de cinéma ont aussi un jour poussé la porte. Comme Lucien Jean-Baptiste, Guillaume Nicloux ou Rachida Brakni, escortée de son Eric Cantona de mari. Que Christophe Petit avait pris pour un rugbyman ! Les paillettes ne sont pourtant pas le genre de la maison. On affiche les dédicaces des vedettes mais aussi les petits mots d’excuse des clients ayant rendu leurs DVD en retard. •

Photo : Dominique Dugay

Dans le même numéro (février 2021)

  • Le dossier du mois

    Sorties de crise incertaines

    Annie Katz, Danielle Fournier, Mehdi Bouttier
    C'est peu dire que la crise sanitaire n'a pas placé ce début d'année sous les meilleurs auspices ! Souffrance des étudiants précarisés et isolés, difficultés de la vaccination malgré l'engagement de tous les acteurs de santé. Pourtant un peu d'humour, grâce au regard acéré d'un artiste en herbe, à propos des gestes-barrières.
  • La vie du 18e

    La place du village se réinvente en ligne [Article complet]

    Florianne Finet
    Le confinement a donné un nouvel élan au groupe d’entraide entre voisins du 18e sur Facebook, qui compte désormais près de 12 000 membres.
  • La vie du 18e

    Des écoliers à la rencontre de l’art contemporain

    Dominique Boutel
    Dans le cadre du programme Une œuvre à l’école, le Fonds d’art contemporain-Paris Collection prête des œuvres aux établissements scolaires. Cette cohabitation n’est-elle pas la meilleure façon de sensibiliser les jeunes esprits à la création ?
  • La vie du 18e

    Lycée Rabelais : saison 4, le retour

    Danielle Fournier
    Le « rapatriement » d’une partie des élèves dans le 18e programmé pour le 1er mars aura-t-il lieu ? Cela dépendra de l’issue du bras de fer entre la Ville de Paris et la Région Ile-de-France.
  • Sorties de crise incertaines

    Etudiants, l’année de tous les risques

    Mehdi Bouttier
    Entre fermeture des universités, cours à distance, isolement, augmentation de la précarité, troubles psychologiques, les étudiants souffrent des mesures prises pour contrer la pandémie. Dans le 18e arrondissement, l’atmosphère est particulièrement tendue.
  • Sorties de crise incertaines

    Vaccins : ni les flacons, ni l’ivresse

    Annie Katz
    Tous les acteurs de santé et leurs partenaires sont mobilisés pour accueillir les personnes souhaitant se faire vacciner contre le coronavirus. Il ne manque plus que les doses adéquates.
  • Sorties de crise incertaines

    Obtenir un rendez-vous : le parcours du combattant

    Marie-Odile Fargier
    Centres d’appel surchargés, liens Internet activés tardivement et surtout manque de doses : il faut être aussi chanceux qu’obstiné pour décrocher un rendez-vous à Paris.
  • Grandes carrières

    Une entreprise bien culottée

    Dominique Boutel
    « Osez être culottée », « Il est temps de changer les règles », telle est la communication d’une petite entreprise bien implantée depuis deux ans dans l’arrondissement et qui a le souci de préserver la santé aussi bien que la nature.
  • Simplon

    Feu vert pâle du Conseil de Paris à un projet controversé

    Dominique Gaucher
    Le réaménagement du centre de remisage et de maintenance des bus de la RATP, certes nécessaire pour accueillir dès 2025 des véhicules propres, est aussi l’occasion de bâtir au-dessus d’une dalle de recouvrement jusqu’à neuf étages de logements sociaux, résidence en coliving, commerces, etc.
  • Histoire

    Les demoiselles du téléphone du central Marcadet

    Annick Amar
    Avant l’automatisation définitive du réseau français, des centraux téléphoniques hébergeaient de nombreux employés. Ce personnel qualifié était essentiellement constitué des « demoiselles du téléphone », jeunes filles célibataires corvéables à merci.
  • Les Gens

    « On est là pour le frisson »

    Dominique Boutel
    Implantés dans le quartier de la Goutte d’Or depuis plus de trente ans, Patrick et Louise Marty donnent le goût de la musique et du spectacle vivant en mettant le plaisir en première ligne.

n° 296

septembre 2021