Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

juillet-août 2021 / Les Gens

Céleste Brunnquell : la révélation de En thérapie [Article complet]

par Dominique Boutel

Révélée au grand public dans la série « En thérapie », Céleste Brunnquell, jeune espoir du cinéma, a grandi à Montmartre.

Les superlatifs de la presse ne manquent pas pour décrire la jeune actrice : « l’ado qui crève l’écran », « la star d’En thérapie »... Ces louanges n’ont pourtant pas l’air d’avoir d’effet sur cette comédienne toute simple qui donne parfois même l’impression de s’excuser, ou de s’étonner de tout ce bruit autour d’elle.

Premiers rôles

Après un premier rôle « fort », à 14 ans, dans « Les Eblouis » de Sarah Suco, c’est la série « En thérapie » qui la fait connaître du grand public. Elle y interprète Camille, la patiente du mercredi, une jeune fille à la frontière de deux mondes, celui de l’enfance et celui de l’âge adulte, avec toute la fragilité, l’impertinence et les fêlures de l’adolescence. A l’écran, elle impressionne par son engagement, son énergie et sa polyvalence dans l’expression des sentiments, et lorsqu’on l’interroge sur sa vocation, mais aussi sur son enfance, toute proche, c’est la spontanéité qui la décrit le mieux. Née en 2002, Céleste a grandi dans le 18e arrondissement : après ses années de maternelle place Jean-Baptiste Clément – « j’en garde un très bon souvenir » -, elle a la chance de fréquenter une école à la pédagogie axée sur la créativité, l’école élémentaire Houdon – « j’ai adoré, il y avait plein de mélanges ». Elle pratique également la danse, ce qui lui donne certainement une perception plus fine de l’espace et de son corps. Au collège Yvonne Le Tac, elle s’inscrit aux ateliers théâtre, que propose l’un de ses professeurs de français, MarieJoliot : « Il y avait les cours, le soir, mais on allait beaucoup au théâtre ensemble aussi  » se souvient-elle. Les cours ont lieu de 17 h à 19 h, et Céleste est l’une des élèves les plus assidues de la 6e à la fin du collège. C’est certainement grâce à la richesse, l’exigence et la bienveillance qui règnent dans ces ateliers, et qui permettent « une autre façon de s’attribuer l’école », qu’éclot ce qu’on peut peut-être qualifier de « vocation » pour Céleste. Marie Joliot a en effet développé un atelier à PAC (pratique culturelle et artistique) et, grâce à ce dispositif, a pu faire travailler les adolescents de son cours de théâtre avec des artistes confirmés, les emmener assister à des spectacles suivis de rencontres avec les artistes, monter des productions assistées par des comédiens professionnels. « La rencontre avec des artistes rend les choses plus accessibles, plus humaines. Céleste a beaucoup aimé l’aspect choral de ce travail », raconte son ancien professeur, « et la construction à plusieurs. Elle s’est beaucoup investie, elle était un élément moteur, très à l’écoute également quand les autres passaient.  » Marie Joliot se souvient très précisément de cette jeune fille au talent évident : « Dans la vie, Céleste ne se mettait jamais en avant, elle était discrète. Mais elle se transformait dès qu’elle était en jeu : elle avait le sens du plateau, une présence très forte. Elle était très concrète, toujours dans le travail et avait cette écoute très active. »

Au théâtre de l’Atelier

Au lycée, elle cultive ce goût pour la scène en suivant les cours pour adolescents du Théâtre de l’Atelier, « au départ, pour suivre des copains qui faisaient ça ; je me suis inscrite au même cours. C’était pas du cinéma que je voulais faire mais c’est venu comme ça, par hasard, avec une directrice de casting qui passait dans les cours. » Et c’est là en effet que Sarah Suco la découvre et lui propose le rôle central de son film sur les sectes « Les Eblouis ». Céleste crève l’écran. Elle est même nommée aux Césars dans la catégorie « meilleur espoir féminin ». Puis la télévision la fera connaître de millions de spectateurs. Elle passe son bac, s’inscrit en fac, en histoire de l’art, mais ne tient pas longtemps. Élevée par un père architecte et une mère qui travaille dans l’évènementiel, dotée de grands-parents artistes, ses débuts dans ce milieu redouté (et fascinant) du cinéma ne posent pas de problème à sa famille. Elle peut donc suivre la pente qui s’avère la sienne : s’emparer d’un personnage semble sa nature première. « Dès qu’on l’a vue sur scène à 11 ans, on a compris », déclare la mère d’une de ses camarades de classe du collège. Marie Joliot renchérit : « Dès la 6e, j’ai été épatée, elle jouait un petit rôle dans “Le Médecin malgré lui”, et elle était déjà tellement présente, hyper drôle. Elle avait le sens du jeu, du plateau, de l’écoute. »

Montmartre, son village

A 19 ans, il y a toujours en elle une part d’enfance, qui donne au terme jouer toute sa signification : « J’aime bien travailler le texte. Dans “En thérapie”, c’était juste ça : on n’avait pas de répétitions, et avoir ce seul matériau là, c’est hyper intéressant. Et finalement, quand tu es dedans, le texte n’est pas si compliqué à apprendre. Moi, je l’ai tout le temps en tête, dans la rue, dans la douche et quand je commence à me l’approprier un peu, je l’écris aussi. On cherche une mélodie en le relisant. Et en marchant beaucoup (rires) ». Céleste n’est plus trop souvent dans le 18e, mais ça reste chez elle : « Je n’ai jamais déménagé, alors Montmartre, pour moi c’est la vie de quartier ; mes parents me racontent toujours comment c’était avant, moi, j’ai grandi pendant que tout changeait, mais je sens toujours un esprit de village, un truc qui reste et chaque fois que je reviens à Paris, j’adore m’y balader. » La jeune femme n’a pas gardé beaucoup d’amis de ses années d’école, mais elle connait du monde : ceux qui, comme elle, n’ont jamais bougé. « Les gens me reconnaissent c’est toujours une surprise pour moi. IIs sont hyper à l’aise, beaucoup plus que moi ! »

Où ces récents succès vont-ils la mener ? Elle laisse la porte ouverte, indécise. « Assumer un texte tous les soirs, je ne sais pas (rires), mais j’aimerais bien essayer. » En attendant les salles de théâtre, Céleste vient de tourner avec Jacques Weber, Laure Calamy et Dominique Blanc, dans L’origine du mal de Sébastien Marnier, qui ne tarit pas d’éloges sur elle. Le cinéma l’appelle, écoutera-t-elle ses sirènes ? « Pour moi, c’est émouvant de la voir grandir à l’écran » conclut Marie Joliot. « C’est comme si l’atelier théâtre continuait un peu, je continue à la regarder sur le plateau…  »

Photo : D.R.

Dans le même numéro (juillet-août 2021)

  • Le dossier du mois

    Les meilleures glaces du 18e

    Annie Katz, Danielle Fournier, Jean Cittone, Nadia Dehmous, Sylvie Chatelin, Unt’ Margaria
    C’est l’été, il fait chaud, on a envie de lézarder en terrasse, d'une boisson fraîche, d’une bonne glace gourmande, ou d’un sorbet rafraîchissant à déguster en cornet ou en pot en déambulant dans les rues. Nos rédacteurs et rédactrices ont repéré et goûté pour vous les meilleures de l’arrondissement. Liste peut-être non exhaustive mais vaste choix de saveurs et d’ambiances. Allez-y, revenez-y, faites-vous plaisir. Toutes (ou presque) se disent « artisanales » mais qui sont les vrais « Maîtres Artisans Glaciers » ?
  • Les meilleures glaces du 18e

    Kozak, parfums du jour

    Danielle Fournier
    Catherine et Nathalie ont ouvert leur petite boutique il y a 6 ans et elles proposent deux produits d’exception : le chocolat et les glaces.
  • Les meilleures glaces du 18e

    Des glaces engagées

    Sylvie Chatelin
    Chose de plus en plus rare dans le quartier, on peut déguster de délicieuses glaces italiennes chez Unis Vers l’Art Studio.
  • La vie du 18e

    Bichat et Beaujon : regroupement sur ordonnance

    Dominique Gaucher
    On en parle depuis plus de cinq ans. Les hôpitaux Bichat (18e) et Beaujon (Clichy-la-Garenne) doivent fusionner pour s’installer à Saint-Ouen. Annoncé pour 2028, le projet ne va pas sans poser problèmes.
  • Belliard

    Projet Belliard : consultation express des habitants

    Florianne Finet
    Ce mégaprojet, qui comporte peu d’espaces verts, risque de densifier encore le quartier.
  • Clignancourt

    La Maison Verte à la recherche d’un nouveau souffle

    Dominique Boutel
    Lieu de mémoire et d’action, acteur clé dans la vie sociale et associative du quartier, l’institution est menacée.
  • La Chapelle

    Jardins d’Éole : les riverains toujours vent debout

    Sandra Mignot
    Les riverains du parc se sont intensément mobilisés pour que leur quartier ne devienne pas une salle de consommation à ciel ouvert. Médiatisation, manifestations, rencontres avec les élus, retour sur plus de six semaines d’action.
  • La Chapelle

    Octopousse : le composteur nouveau est arrivé

    Sylvie Chatelin
    L'Octopousse, construit sur le modèle du « keyhole », s’inscrit dans une nouvelle génération de composteur. Les résultats de la phase pilote sont concluants. Encore faut-il des volontés pour pérenniser le procédé.
  • La Chapelle

    Un banc public bien sympathique

    Sylvie Chatelin
    Place des Messageries de l’Est, un banc mystérieux
  • Porte de Saint-Ouen

    Vandalisme ou hostilité ? La terrasse d’Antanak détruite

    Stéphane Bardinet
    Une terrasse arborée et ses pieds d’arbres fleuris, installés depuis cinq ans devant le siège d’Antanak, rue Bernard Dimey, ont été effacés par un commando nocturne.
  • Simplon

    Ordener-Poissonniers : la riposte s’organise

    Sylvie Chatelin
    Le collectif Extra-Ordener reste vigilant face au projet d’aménagement du site et change de statut.