Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

octobre 2021 / Goutte d’or

Clarisse Hahn et les « princes » de Barbès

par Monique Loubeski

Lors des récentes rencontres photographiques d’Arles le travail de Clarisse Hahn, « Princes de la rue », a été très remarqué. Ses modèles : des vendeurs de cigarettes à la sauvette campés sous le métro aérien.

Clarisse Hahn est diplômée des Beaux-Arts. Refusant de s’enfermer dans le seul statut de photographe, elle réalise des documentaires (Kurdish Lover), de la fiction (Mescaline), crée des installations vidéo. Depuis 1998, dans un vaste projet baptisé Boyzone, elle étudie, à travers le monde (notamment au Mexique) la masculinité dans l’espace public. Même lorsque les corps se dénudent, son intention n’est pas de les érotiser. Avant de regarder les photos de Clarisse Hahn, le spectateur doit faire abstraction de l’iconographie homosexuelle associée à ce type de sujets. Scruter des hommes baignant quotidiennement dans la violence peut se révéler dangereux mais l’artiste a besoin de cette intensité. Dans sa vie et dans son travail.

Aux premières loges

En bas de chez elle, à Barbès, elle est intriguée par des groupes de jeunes. Des hommes entre eux, trentenaires. Le club est très fermé : ni femmes, ni ados, ni vieux. Ils sont en majorité originaires d’Afrique du Nord, lointains descendants de la politique coloniale de la France – dans l’exposition présentée à Arles figuraient deux photos d’archives prises pendant la Grande Guerre et montrant des soldats africains. Leur point de ralliement est sous le métro. Là une hiérarchie prend forme, avec ses codes, des solidarités se créent. Ces hommes ne sont pas des clochards. Leurs petits boulots, plus ou moins licites, leur permettent de s’offrir des abris précaires.

Clarisse parle beaucoup avec eux. Elle repère ceux qui seront les plus réceptifs à sa démarche. Une chose la frappe : la posture pleine de superbe qu’ils arborent au dehors. Une façon de tenir en respect la déchéance qui guette. Le vernis se craquèle dès qu’ils se sentent en sécurité. Le caïd se fait tendre, dépose son armure au vestiaire.

La photographe s’attache à la géographie du corps de ces hommes. Tatoués, zébrés de cicatrices. Difficile de connaître l’origine de ces balafres. Des bagarres entre bandes, des signes d’appartenance à un gang, de l’auto-mutilation ? Une chose est certaine : la rue marque et use très vite ceux qui s’y attardent. Imprimant la violence sur la peau.

Elément perturbateur

Travailler dans son quartier a ses avantages. Clarisse Hahn prend beaucoup de clichés. Parfois depuis sa fenêtre, à toute heure, en toute saison. Elle aime déclencher vite, capter une chute de neige illuminée par un réverbère, le début d’une rixe, un repas improvisé. Elle préfère la spontanéité à la mise en scène. Elle est consciente d’être un élément perturbateur. Sa présence modifie forcément les comportements. Un individu émerge parfois du groupe et se prête au jeu du portrait. Vient ensuite le tri des photos, une sorte de lente décantation. Même si l’image peut parler d’elle-même l’artiste tient à lui accoler un titre.

Clarisse Hahn aime Sophie Calle, Nan Goldin mais aussi la peinture de la Renaissance italienne. On en trouve un écho dans l’esthétique de ces corps éclatants mais malmenés par la rudesse de l’existence. Se consacrant aux « Princes de la rue » depuis 2018 elle n’a pas encore épuisé le sujet. « Je n’arrive pas à décrocher de Barbès », déclare-t-elle. Au point de préparer un documentaire où figureront les principaux personnages de ses photos. Le chantier n’en est qu’à son début.

Photo : Clarisse Hahn

Dans le même numéro (octobre 2021)

  • Le dossier du mois

    Sauvons nos quartiers

    Sandra Mignot, Sylvie Chatelin
    Une ville plus aérée, plus accessible, plus verte favorisant la qualité de vie des habitants tout en luttant contre le réchauffement climatique... il y a loin du discours officiel aux actes ! Des jardins remplacés par des immeubles ou interdits au public par la présence de toxicomanes, un centre de distribution de colis dans un quartier déjà congestionné : seule la mobilisation des riverains et militants peut faire barrage à ces projets.
  • Actu

    Projet gare du Nord, retour à la case départ

    Dominique Gaucher
    En raison d’un coût exorbitant, le projet de rénovation est abandonné et doit être remplacé par un autre, au budget plus étroit, élaboré en concertation avec les acteurs publics.
  • Actu

    Déplacement des crackers : c’est ça la solution ?

    Sandra Mignot
    Riquet évacué, riverains soulagés, mais Paris pas libéré. Une nouvelle fois, les usagers de drogues sont déplacés, sans qu’une solution d’accueil soit réellement mise en place.
  • La vie du 18e

    Une “Casa” pour des mineurs en errance

    Noémie Courcoux Pégorier
    Grâce à l’initiative – notamment – d’un habitant du 18e, une trentaine de jeunes sont actuellement mis à l’abri. L’association qu’il a co-fondée s’intéresse à ceux que l’Aide sociale à l’enfance ne peut prendre en charge.
  • La vie du 18e

    Basiliade : une escale pour reprendre sa route

    Stéphane Bardinet
    L’association Basiliade met en service des appartements en colocation dans le 18e. Le projet, monté avec l’aide de la Mairie de Paris, donne un toit à des jeunes migrants marginalisés dans leur pays d’origine et qui sont passés par une période de grande précarité sur notre territoire.
  • La vie du 18e

    Jardin contre béton, une lutte inégale

    Sylvie Chatelin
    Un petit ilôt de verdure menacé de destruction au mépris de la qualité de vie des riverains.
  • La vie du 18e

    Géologie : sous nos pieds, 40 millions d’années [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    La géologie du sous-sol de notre arrondissement se retrouve, en partie, dans ses monuments, ses trottoirs, ses fontaines et dans son architecture.
  • Grandes Carrières

    Vent debout contre un futur centre de distribution

    Sandra Mignot
    Un centre de distribution de colis projetait de s’installer rue Désiré Ruggieri. Les riverains se sont mobilisés contre le projet. La demande de permis de construire a finalement été rejetée.
  • Grandes Carrières

    Coop cité : vivre le monde autrement

    Aline Grouès, Sandra Mignot
    La Villa des créateurs est une coopérative d’entrepreneurs qui s’est donné pour mission de favoriser le faire-ensemble, d’associer intérêt particulier et collectif, afin de créer une cohésion autour du territoire environnant la place de Clichy.
  • Évangile-Charles Hermite

    La Maison Bakhita, un nouveau centre pour les migrants

    Dominique Boutel
    A l’initiative du diocèse de Paris, les locaux de l’école du Sacré-Cœur sont devenus, sur trois étages, un centre de ressources consacré à l’accueil des migrants.
  • Histoire

    Soldats américains, les dessous de la libération

    Annick Amar
    Quelques mois après l’accueil enthousiaste réservé par les Parisiens aux libérateurs venus d’outre-Atlantique, les relations avec les habitants se dégradent, faisant place à la défiance et à la colère. En cause, certains graves écarts de conduite des G.I.’s. Dans le 18e, les anciens Grands Magasins Dufayel ont servi de camp d’hébergement aux soldats américains.
  • Les Gens

    L’instinct casanier et l’esprit voyageur [Article complet]

    Magali Grosperrin, Sophie Roux
    Reconnu comme expert de l’affiche, Alain Weill a multiplié les activités et les expériences, redoublant toujours de curiosité et d’érudition. Il vient de publier un ouvrage remarquable sur l’art africain.

n° 306

Juillet-août 2022