Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

octobre 2021 / Les Gens

L’instinct casanier et l’esprit voyageur [Article complet]

par Magali Grosperrin, Sophie Roux

Reconnu comme expert de l’affiche, Alain Weill a multiplié les activités et les expériences, redoublant toujours de curiosité et d’érudition. Il vient de publier un ouvrage remarquable sur l’art africain.

« C’est par là ! » Du fond d’une cour de la rue du Poteau, Alain Weill nous appelle et nous ouvre sa porte. A peine entrées, notre hôte plante le décor : « Je suis ce qu’on pourrait appeler casanier », dit-il, avec malice visiblement... puisqu’un seul coup d’œil dans la pièce nous transporte bien au-delà du 18e ! Du sol au plafond d’un ancien garage automobile transformé en appartement, de multiples affiches, tableaux, photos, livres, dessins ‒ dont des originaux de Reiser, « un ami » ‒ et surtout d’innombrables statues et sculptures africaines de toutes tailles, telle la tête et le cou d’une immense girafe.

Nous nous installons tous les trois, un verre de vin blanc à la main et nous discutons ensemble sous l’œil de Monsieur Tigre, son magnifique chat blanc. « Je me suis fait un intérieur sur mesure, j’ai même fait creuser une cave pour les archives et le pinard et consacré une pièce entière à la bibliothèque. » Il vit là depuis vingt ans, au milieu de sa collection d’art africain entamée dans les années 60 : « Je vends, j’achète. Je suis allé trois ou quatre fois en Afrique. » Ne lui parlez pas de tourisme : « Voyager, c’est s’immerger dans un milieu pour connaître le pays. »

Défricheur

Après une vingtaine d’ouvrages et de nombreux catalogues d’expositions consacrés aux arts graphiques et à l’affiche publicitaire, vient de sortir en librairie L’Art dit colon chez Albin Michel. Lors de l’édition 2021 du Parcours des mondes, un salon d’arts extra-européens à Saint-Germain-des-Prés, il a été invité à une séance de dédicaces. Il met à l’honneur l’art africain du temps de la colonisation, qui « n’a rien perdu de son génie créatif ». Cet ouvrage interroge la notion d’art dit « primitif » ou « premier », très euro-centriste, issu de la période coloniale. Il invite à (re)considérer les productions artistiques autrement que comme un art dégénéré ou un art dénaturé et à entrevoir la dérision de certains artistes africains.

Tour du monde

Cette approche décalée et nouvelle d’un sujet méconnu semble être la marque de fabrique d’Alain Weill. « J’aime quand tout est à faire », souligne-t-il. Le jeune homme qu’il était dans les années 60, fait d’abord du droit « pour faire plaisir à [ses] parents », tout en reconnaissant aujourd’hui : « Le droit m’a formaté et j’en suis assez content. » Il bifurque ensuite, commence à travailler pour un ballet de théâtre contemporain, ce qui lui permet de voyager : « J’ai fait mon premier tour du monde. » Il rejoint ensuite le musée des Arts décoratifs, où il se voit confier le domaine jusqu’alors inexploré des affiches. Il crée et devient le directeur-conservateur du Musée de l’Affiche, de 1971 à 1983. Il lance le Festival international de l’affiche et du graphisme de Chaumont (Haute-Marne) puis en assure la direction artistique de 1990 à 2001. Il est aussi expert et conseil en ventes publiques à Paris et à New-York. Il continue à voyager dans le monde entier. « Je suis allé 50 fois au Japon pour monter des expos », laisse-t-il échapper.

Touche-à-tout, il a aussi été sollicité dans les années 80 par Jean-François Kahn pour écrire des critiques culinaires dans feu L’Evénement du jeudi, puis est devenu membre fondateur du Conseil des arts culinaires. Épicurien, il aime toujours organiser des dîners pour quatre personnes, « pas plus », même si « les évolutions de la gastronomie [le] font rigoler. C’est devenu bourgeois. » Il aime les produits locaux, qu’il achète chez les commerçants près de chez lui, à l’exception des vins qu’il se fait livrer par de petits producteurs qu’il connaît. Quand il passe le bout de sa rue, il dit qu’il va à Paris.

Vie de quartier

« Mes journées suivent le même rituel : j’achète mes journaux ‒ Le Parisien et Le Monde ‒ chez Madame Hélène, et je vais les lire en face, chez les loufiats du Reinitas, ou en terrasse au Ruisseau. Pour les livres, Olivier est mon maître de lecture. » Olivier Michel, c’est son nom, le libraire de L’Humeur vagabonde, se rappelle sa première phrase en entrant dans la librairie il y a vingt ans : « Vous serez contents de me connaître. » L’homme, qui n’a ni télé ni radio et ne va pas au cinéma, s’est en effet avéré être un grand lecteur : il passe régulièrement à la librairie et lit en moyenne trois livres par semaine. Avec des lectures « professionnelles », et d’autres plus personnelles, c’est un lecteur très éclectique : littérature classique et moderne, de nombreux essais, et ‒ l’inclination du moment ‒ des récits de voyage.

Olivier et lui sont aujourd’hui amis et il n’est pas rare de les trouver à droite de l’entrée du restaurant Le Ruisseau, où il a sa table attitrée et où « il reste minimum une heure chaque soir. C’est notre directeur artistique », nous dit Paul, l’un des associés. C’est lui qui leur a proposé les affiches décorant leur restaurant, comme pour tous ceux qu’ils ont ouverts (bientôt quatre, avec celui qui va ouvrir dans le 14e). Paul ne tarit pas d’éloge non plus : « Il est original, haut en couleurs ‒ ses costards assortis à ses chaussettes sont uniques ‒, c’est un pote. Ce n’est pas rare qu’il discute avec les clients qui s’installent à côté de lui, il connaît beaucoup de choses et parle facilement ! »

Et c’est ce qu’aime Alain Weill : ce quotidien, cette vie de proximité. Il a ses habitudes, ses amis, ses commerces. « C’est un bonheur ce qu’est devenu le quartier ! Un modèle de mixité joyeuse, où quelles que soient la couleur, la religion, on ne sent aucune tension. Il n’y a pas de modèle dominant, il y a une vraie tolérance. » Le voilà son côté casanier ! C’est en le quittant que nous réalisons ce que cet homme curieux, ouvert, érudit, qui n’a jamais fini d’apprendre et de susciter la discussion, a voulu nous dire quand nous avons franchi le pas de sa porte.

Photo : Thierry Nectoux

Dans le même numéro (octobre 2021)

  • Le dossier du mois

    Sauvons nos quartiers

    Sandra Mignot, Sylvie Chatelin
    Une ville plus aérée, plus accessible, plus verte favorisant la qualité de vie des habitants tout en luttant contre le réchauffement climatique... il y a loin du discours officiel aux actes ! Des jardins remplacés par des immeubles ou interdits au public par la présence de toxicomanes, un centre de distribution de colis dans un quartier déjà congestionné : seule la mobilisation des riverains et militants peut faire barrage à ces projets.
  • Actu

    Projet gare du Nord, retour à la case départ

    Dominique Gaucher
    En raison d’un coût exorbitant, le projet de rénovation est abandonné et doit être remplacé par un autre, au budget plus étroit, élaboré en concertation avec les acteurs publics.
  • Actu

    Déplacement des crackers : c’est ça la solution ?

    Sandra Mignot
    Riquet évacué, riverains soulagés, mais Paris pas libéré. Une nouvelle fois, les usagers de drogues sont déplacés, sans qu’une solution d’accueil soit réellement mise en place.
  • La vie du 18e

    Une “Casa” pour des mineurs en errance

    Noémie Courcoux Pégorier
    Grâce à l’initiative – notamment – d’un habitant du 18e, une trentaine de jeunes sont actuellement mis à l’abri. L’association qu’il a co-fondée s’intéresse à ceux que l’Aide sociale à l’enfance ne peut prendre en charge.
  • La vie du 18e

    Basiliade : une escale pour reprendre sa route

    Stéphane Bardinet
    L’association Basiliade met en service des appartements en colocation dans le 18e. Le projet, monté avec l’aide de la Mairie de Paris, donne un toit à des jeunes migrants marginalisés dans leur pays d’origine et qui sont passés par une période de grande précarité sur notre territoire.
  • La vie du 18e

    Jardin contre béton, une lutte inégale

    Sylvie Chatelin
    Un petit ilôt de verdure menacé de destruction au mépris de la qualité de vie des riverains.
  • La vie du 18e

    Géologie : sous nos pieds, 40 millions d’années [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    La géologie du sous-sol de notre arrondissement se retrouve, en partie, dans ses monuments, ses trottoirs, ses fontaines et dans son architecture.
  • Grandes Carrières

    Vent debout contre un futur centre de distribution

    Sandra Mignot
    Un centre de distribution de colis projetait de s’installer rue Désiré Ruggieri. Les riverains se sont mobilisés contre le projet. La demande de permis de construire a finalement été rejetée.
  • Grandes Carrières

    Coop cité : vivre le monde autrement

    Aline Grouès, Sandra Mignot
    La Villa des créateurs est une coopérative d’entrepreneurs qui s’est donné pour mission de favoriser le faire-ensemble, d’associer intérêt particulier et collectif, afin de créer une cohésion autour du territoire environnant la place de Clichy.
  • Évangile-Charles Hermite

    La Maison Bakhita, un nouveau centre pour les migrants

    Dominique Boutel
    A l’initiative du diocèse de Paris, les locaux de l’école du Sacré-Cœur sont devenus, sur trois étages, un centre de ressources consacré à l’accueil des migrants.
  • Goutte d’or

    Clarisse Hahn et les « princes » de Barbès

    Monique Loubeski
    Lors des récentes rencontres photographiques d’Arles le travail de Clarisse Hahn, « Princes de la rue », a été très remarqué. Ses modèles : des vendeurs de cigarettes à la sauvette campés sous le métro aérien.
  • Histoire

    Soldats américains, les dessous de la libération

    Annick Amar
    Quelques mois après l’accueil enthousiaste réservé par les Parisiens aux libérateurs venus d’outre-Atlantique, les relations avec les habitants se dégradent, faisant place à la défiance et à la colère. En cause, certains graves écarts de conduite des G.I.’s. Dans le 18e, les anciens Grands Magasins Dufayel ont servi de camp d’hébergement aux soldats américains.

n° 306

Juillet-août 2022