Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

septembre 2022 / La vie du 18e

Fresbee. De la plage au stade Dauvin

par Victor Le

Créé en 1940, l’Ultimate Frisbee s’est peu à peu développé en France jusqu’à atteindre 5 000 licenciés en 2022. Révolution’air, implanté porte de Clignancourt, est l’un des clubs leaders en France.

L’Ultimate Frisbee ou Ultimate est un sport dont les règles se situent entre le football, le rugby et le basket avec l’utilisation d’un disque frisbee qui remplace le ballon traditionnel. Le principe est de passer le disque à son coéquipier et d’atteindre le but.

Cette activité a été inventée dans les années 1940 par des étudiants américains qui se régalaient, lors de leur déjeuner, de tartes proposées sur des plats de la marque Frisbie Pie Company. Prenant plaisir à déguster ces tartes, ils en prenaient aussi à s’envoyer les plats, dont l’aisance à voler les amusait. Le nom frisbee n’est cependant pas resté car l’entreprise en a interdit l’utilisation. La pratique est donc devenue Ultimate (ultime en français) pour son côté physique et esthétique.

Le sport se joue à 7 contre 7 en extérieur et 5 contre 5 en intérieur et sur le sable. Il existe trois catégories : mixte, féminine et open. La catégorie mixte devant respecter une parité femmes-hommes tandis que l’open peut être composé selon le choix du club.

Règle originale, vis à vis des autres sports collectifs : les contacts sont interdits. Le jeu se veut donc absolument non violent et non basé sur un rapport de force. Les passes, elles, se font en arrière ou en avant, contrairement au rugby par exemple où l’on ne peut passer le ballon que vers l’arrière. Lorsqu’un joueur attrape l’ultimate, il doit le relancer sans bouger – comme au basket – en dix secondes maximum ; le joueur (adverse) à sa proximité (« le défenseur ») décompte à haute voix le temps qui reste pour envoyer le disque. Et ici, pas d’arbitre, ce sont les joueurs eux-mêmes qui s’auto-arbitrent.

Des valeurs qui font le poids

Peu connu du grand public, et d’une approche un peu élitiste, l’Ultimate était souvent rapporté aux jeunes « blancs éduqués » qui se lancent le frisbee sur la plage pendant leurs vacances estivales. Ce jeu est pourtant une discipline sportive qui prône des valeurs autour du collectif, de la mixité. Le milieu s’affiche pro-LGBT et anti-raciste. Ces valeurs sont tout particulièrement importantes au sein du club Révolution’air. Créé en 2000, il compte 110 adhérents à l’association, tous joueurs actifs et pour la majorité habitants du 18e arrondissement. L’une des joueuses, Anna Bergamaschi, a même été sélectionnée cette année dans l’équipe féminine de France au championnat du monde en Pologne. La France est arrivée en demi-finale contre les Etats-Unis ! Cheikh Fall Ndiaye, co-responsable du club, qui soutient son club dans la participation aux tournois, regrette cependant qu’il n’y ait « aucune femme en équipe nationale Open », la tendance étant de privilégier le gabarit masculin. Ce sport, en pleine évolution, a été reconnu par le comité des Jeux Olympiques, sans être accepté dans les disciplines officielles des JO de 2028 à Los Angeles. Espérons qu’il le sera pour celles de 2032. •

Photo : Dominique Duguay

Dans le même numéro (septembre 2022)

  • Le dossier du mois

    Patrimoine

    Annie Katz, Dominique Boutel, Sandra Mignot
    A l’occasion des Journées du patrimoine, du 16 au 18 septembre, Le 18e du mois vous propose de découvrir des lieux peu connus de l’arrondissement, les initiatives proposées dans le cadre de l’évènement et de faire le point sur le projet de classement de Montmartre.
  • Patrimoine

    Archéologie : villas romaines, sarcophages mérovingiens et baïonnettes de la commune

    Sandra Mignot
    Dans les entrailles de Lutèce dorment encore des vestiges, témoins d’une histoire en écriture perpétuelle. Le pôle archéologique de Paris a pour mission l’inventaire, l’étude, la conservation et la valorisation de ce patrimoine.
  • Patrimoine

    Bénédictines de la Butte : un oratoire design

    Dominique Boutel
    C’est un lieu encore secret, protégé par sa fonction : l’oratoire des Bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre révèle un ameublement et une décoration parfaitement originaux signés Jean et Sébastien Touret. Qui sont-ils et comment ont-t-ils gravi les pentes de la Butte ?
  • Patrimoine

    Montmartre : classer ou protéger ?

    Dominique Boutel
    Montmartre est une proie bien tentante pour les promoteurs aux dents longues. Mais la sauvegarde de son patrimoine immobilier est une urgence. L’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco relance le débat. Le Vieux Montmartre milite pour un classement en site patrimonial remarquable (SPR). Bertrand Monchecourt, architecte du patrimoine DPLG et membre de l’association, précise les enjeux actuels.
  • La vie du 18e

    Des maillots de bain éco-responsables [Article complet]

    Marie-Antoinette Leca
    Deux jeunes entrepreneuses ont créé une ligne de maillots de bains adaptée à un large public féminin tout en préservant la planète.
  • La vie du 18e

    Le mystère des boîtes aux lettres scotchées

    Monique Loubeski
    Des boîtes aux lettres condamnées puis remises en service, le service postal dit s’adapter au vandalisme et au vol. Les syndicats, eux, sont dubitatifs.
  • Histoire

    Il était une fois un cirque

    Danielle Fournier
    Il y a 150 ans commençait l’histoire d’un lieu emblématique dédié au cirque. Sous l’impulsion de la famille Medrano et surtout de Jérôme, clown fondateur et de son fils, une pléiade d’artistes de toutes disciplines ont attiré au cirque un public nombreux. Jusqu’au dernier tour de piste, pourtant en plein succès, sous les attaques d’un concurrent acharné...
  • Culture

    Echomusée : depuis trente ans une vitrine pour la Goutte d’or et ses artistes

    Michel Cyprien
    La galerie qui jouxte le square Léon affiche un curriculum impressionnant, même si son fondateur estime qu’elle souffre toujours d’un manque de visibilité.
  • Les Gens

    Un lanceur d’ondes, de Montréal à La Chapelle

    Noémie Courcoux Pégorier
    Partager, transmettre, émettre, tel est l’objectif de Pierre Petiote, à la tête de la webradio associative et participative RapTz. Il forme les habitants du quartier aux techniques de la radio afin de promouvoir les initiatives citoyennes.

n° 310

décembre 2022