Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

septembre 2022 / Les Gens

Un lanceur d’ondes, de Montréal à La Chapelle

par Noémie Courcoux Pégorier

Partager, transmettre, émettre, tel est l’objectif de Pierre Petiote, à la tête de la webradio associative et participative RapTz. Il forme les habitants du quartier aux techniques de la radio afin de promouvoir les initiatives citoyennes.

Pierre Petiote se présente avec le salut « klingon », déclare venir de la planète Vulcain et ne pas avoir d’âge. Puis, il s’admet de Montréal et dit s’être installé à Paris il y a dix ans. Il est actuellement co-directeur de la webradio Rapporteuz (abrégée RapTz), la radio rapporteuse d’actions sociales, culturelles et musicales, installé à La Chapelle.

Pierre apprécie son quartier de Marx Dormoy, populaire et animé. « Quand je suis arrivé, j’ai eu l’impression de me promener dans une maquette, super belle, avec ces rues si étroites. À Montréal, la ville est très étendue, les rues grandes et vastes. La vie de quartier se développe différemment. » Il est venu y rejoindre Anne Gorry, rencontrée à Montréal, s’y est plu et est resté depuis.

« La radio c’est tout ce que je sais faire » affirme-t-il. Etabli dans le 18e, Pierre a envie de faire résonner les effervescences qu’il voit là. Pourtant, il ne trouve pas immédiatement sa place dans ce domaine à Paris. Outre-Atlantique, son expérience est celle d’un programmateur d’émissions culturelles ou musicales, d’émissions parlées. Ici, il contribue en bénévole à diverses radios associatives mais ressent ses expériences passées comme plus inclusives et n’assouvit pas sa soif de radio. Alors, il se penche sur l’internet et ses opportunités et s’aperçoit qu’il peut y créer ce qu’il souhaite : diffusions, podcasts, playlists et émissions. Il se forme à ses spécificités : ce qui existe déjà, les plateformes…

Un outil d’autonomisation

Les deux premières années, le projet de radio n’est qu’un site proposant du rédactionnel : Anne, co-directrice, y écrivait les articles ayant trait à l’éducation populaire et à la médiation sociale ou à la culture hip-hop et Pierre se consacre à la musique, « pour commencer la voix du média ». Ce qui compte à leurs yeux, c’est «  offrir aux gens, qu’importe leurs origines et autres facteurs, l’opportunité de s’adonner à la pratique radiophonique ».

Mais, pourquoi la radio ? « Pour l’écoute », explique Anne. Au sein de l’équipe, tous voient la radio comme un « outil d’autonomisation pour partager les voix, les accents, les langues, les manières de voir le monde » (dixit Anne) et reconnaissent à Pierre cette appétence à transmettre, informer et former les gens à la radio. Ayant étudié à Montréal l’animation et la recherche culturelle, il a en effet de multiples compétences en pédagogie.

Ce n’est qu’au bout de deux ans qu’au 72bis rue Philippe de Girard, la radio trouve son studio. Sa porte est ouverte à toutes et tous et toute contribution est bienvenue : Pierre et Anne évaluent voire encadrent les projets et ils accompagnent les volontaires dans la réalisation de leur objectif radiophonique.

Une empreinte de la radio plurielle

Éclectique et hospitalière, RapTz compte environ 80 émissions dont 40 produites en France, pas seulement à Paris, et les autres à l’international (Amériques, Europe, Afrique du Sud, Russie…). RapTz « donne un prétexte pour aborder les gens et faire découvrir ce qu’ils font ». Aux yeux de Pierre, elle sert comme un hub (noeud, conjonction) où les gens se retrouvent car elle a deux pôles d’activités. Une programmation musicale (24h/7j) jouxte l’animation d’ateliers d’initiation aux activités radiophoniques et journalistiques pour tous les âges, à l’extérieur du local.

Pour Pierre, c’est une certitude : « tous les aspects de la radio peuvent s’apprendre, s’enseigner ». Lui-même, pour se former à la radio, a bénéficié de l’ouverture et du climat de bienveillance des radios associatives fréquentées à Montréal… Puis il a formé Anne et partage ses connaissances avec les stagiaires et volontaires. « Car faire de la radio, ce n’est pas nécessairement être au micro », détaille Pierre : il y a du graphisme, de la récolte sonore, de la recherche musicale, le montage… Et puis toutes les activités de soutien, « derrière » : la programmation et la diffusion, la gestion administrative, la logistique technique. Elles sont devenues les tâches de prédilection de Pierre. Mais il aura fallu huit ans de fonctionnement de la radio avant de générer suffisamment de budget pour qu’Anne et lui puissent se rémunérer. C’est désormais possible, grâce aux initiations à la radio dispensées en collaboration avec divers établissements et acteurs locaux. Et depuis peu, juste avant la pandémie, Pierre a pu délaisser les cours d’anglais qu’il donnait depuis son arrivée à Paris - et qui assuraient jusque-là son salaire.

Un créateur en quête d’entraide et de partage

Initialement sur tous les fronts, Pierre compte sur son équipe et ses collaborateurs pour qu’ils fonctionnent en toute indépendance. Anne retient sa forte « volonté d’autonomiser les gens, tant sur l’aspect technique que créatif ». Pierre est motivé dit-elle, à « offrir un lieu émancipateur ». À terme, il « aimerai[t] que les gens prennent quelques-unes des casquettes qu[‘il a] » et ajoute : « Je suis toujours ouvert à transmettre ce que je sais ; si le projet pouvait fonctionner sans moi, ce serait top ! »

Avec une activité sans cesse croissante, Pierre se ménage toutefois quelques temps de détente : dans sa pratique sportive (huit ans de ninjutsu) ou en jardinant à Écobox. L’année dernière, il a ainsi réalisé son rêve d’enfant : devenir un ninja ceinture noire. Et il y a peu, il a rejoint le bureau du jardin partagé en qualité de président. À la maison, il a ses deux filles (7 et 9 ans) qu’il est fier d’avoir vu devenir compétentes sur bien des aspects de son activité professionnelle. Il fréquente aussi à l’occasion les bars autour des rues Riquet/Pajol, sur l’esplanade Nathalie Sarraute, aux parcs alentour ou pour faire du shopping dans les boutiques de la « petite Afrique » pour le rhum martiniquais, entre autres… Récemment, il succombe à répétition au Quelli di La, un restaurant italien.

Pierre ne rechigne pas devant les obstacles et amène le ton et l’atmosphère qui lui sont chers, là où il s’implante. Longue vie au papa de la radio des quartiers !

Pour écouter et prendre contact : www.raptz.com //
@radio.raptz sur Instagram // Radio RapTz sur Facebook

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (septembre 2022)

  • Le dossier du mois

    Patrimoine

    Annie Katz, Dominique Boutel, Sandra Mignot
    A l’occasion des Journées du patrimoine, du 16 au 18 septembre, Le 18e du mois vous propose de découvrir des lieux peu connus de l’arrondissement, les initiatives proposées dans le cadre de l’évènement et de faire le point sur le projet de classement de Montmartre.
  • Patrimoine

    Archéologie : villas romaines, sarcophages mérovingiens et baïonnettes de la commune

    Sandra Mignot
    Dans les entrailles de Lutèce dorment encore des vestiges, témoins d’une histoire en écriture perpétuelle. Le pôle archéologique de Paris a pour mission l’inventaire, l’étude, la conservation et la valorisation de ce patrimoine.
  • Patrimoine

    Bénédictines de la Butte : un oratoire design

    Dominique Boutel
    C’est un lieu encore secret, protégé par sa fonction : l’oratoire des Bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre révèle un ameublement et une décoration parfaitement originaux signés Jean et Sébastien Touret. Qui sont-ils et comment ont-t-ils gravi les pentes de la Butte ?
  • Patrimoine

    Montmartre : classer ou protéger ?

    Dominique Boutel
    Montmartre est une proie bien tentante pour les promoteurs aux dents longues. Mais la sauvegarde de son patrimoine immobilier est une urgence. L’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco relance le débat. Le Vieux Montmartre milite pour un classement en site patrimonial remarquable (SPR). Bertrand Monchecourt, architecte du patrimoine DPLG et membre de l’association, précise les enjeux actuels.
  • La vie du 18e

    Des maillots de bain éco-responsables [Article complet]

    Marie-Antoinette Leca
    Deux jeunes entrepreneuses ont créé une ligne de maillots de bains adaptée à un large public féminin tout en préservant la planète.
  • La vie du 18e

    Fresbee. De la plage au stade Dauvin

    Victor Le
    Créé en 1940, l’Ultimate Frisbee s’est peu à peu développé en France jusqu’à atteindre 5 000 licenciés en 2022. Révolution’air, implanté porte de Clignancourt, est l’un des clubs leaders en France.
  • La vie du 18e

    Le mystère des boîtes aux lettres scotchées

    Monique Loubeski
    Des boîtes aux lettres condamnées puis remises en service, le service postal dit s’adapter au vandalisme et au vol. Les syndicats, eux, sont dubitatifs.
  • Histoire

    Il était une fois un cirque

    Danielle Fournier
    Il y a 150 ans commençait l’histoire d’un lieu emblématique dédié au cirque. Sous l’impulsion de la famille Medrano et surtout de Jérôme, clown fondateur et de son fils, une pléiade d’artistes de toutes disciplines ont attiré au cirque un public nombreux. Jusqu’au dernier tour de piste, pourtant en plein succès, sous les attaques d’un concurrent acharné...
  • Culture

    Echomusée : depuis trente ans une vitrine pour la Goutte d’or et ses artistes

    Michel Cyprien
    La galerie qui jouxte le square Léon affiche un curriculum impressionnant, même si son fondateur estime qu’elle souffre toujours d’un manque de visibilité.

n° 311

janvier 2023