Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2022 / La vie du 18e

Grève au Wepler, le salaire du labeur ?

par Erwan Jourand

Les salariés de la brasserie ont gagné ! Après treize jours de grève, un accord a été signé avec la direction du groupe Gérard Joulie qui les emploie.

La soirée de soutien aux grévistes du Wepler annoncée par l’union locale CGT du 18e s’est finalement transformée en soirée de fête. Le 17 février, un accord a permis d’obtenir des « augmentations historiques » (ou plus précisément l’application de la loi) pour les 600 salariés du groupe Gérard Joulie, propriétaire de quatorze brasseries parisiennes (1). Une victoire, dans un secteur où les rémunérations sont habituellement faibles et les conditions de travail mauvaises - et qui peine particulièrement à recruter depuis la crise sanitaire.

La brasserie chic de la place de Clichy était agitée par un mouvement social depuis le 3 février. Tous les jours, au moment du déjeuner et du dîner, les salariés du prestigieux restaurant, fondé en 1881, perturbaient le service de ce fleuron du groupe, un poids lourd des brasseries parisiennes qui compte parmi les 500 premières fortunes de France.

Dans ce lieu où ordinairement, tout n’est que luxe, calme et volupté, fréquenté jadis par de nombreux artistes, dont Picasso et Henry Miller, l’auteur de Jours tranquilles à Clichy, qui venait y admirer les prostituées, la manifestation détonait. Un piquet de grève de salariés, en chasubles rouges siglées CGT et drapeaux écarlates claquant au vent, a mené la danse avec une sono qui hurlait du Bella Ciao ou du zouk sur fond de sirène vrillant les tympans.

Salaires amputés depuis vingt ans

A l’intérieur, quelques rares clients persistaient à déguster leur plateau de fruits de mer, servis par les garçons en spencer, veste de smoking sans manches et tablier blanc. Selon Antonio Gonçalvez, délégué syndical CGT du groupe, le Wepler « tournait » avec sept stagiaires en cuisine et sept autres en salle plus quelques non-grévistes.

Il précise que « les 700 salariés du groupe ont des pertes de salaires de 5 000 à 7 000 € par an depuis vingt ans. La rémunération des salariés est estimée, selon un accord d’entreprise, à 15 % du chiffre d’affaires. Profitant des calculs liés à la rémunération au pourcentage, le groupe volait à ses salariés environ 17,5 % du salaire mentionné sur leur contrat de travail, soit environ 400 € par mois depuis plus de vingt ans. »

« Les pires procédés ont été utilisés pour baisser la rémunération et ne pas payer aux salariés ce que la justice a confirmé », ajoute le délégué. En effet, la Cour d’appel de Paris, approuvée le 13 octobre 2021 par la Cour de cassation, a condamné l’employeur à rembourser à l’ensemble des salariés de ses restaurants plus de 3,4 millions d’euros.

Menaces de licenciement

Lorsque la grève a été déclenchée, le groupe n’avait encore rien reversé aux salariés et menaçait de licenciement ceux qui étaient en litige aux prud’hommes contre lui. « Pire encore, il avait convoqué un par un les salariés pour les forcer à signer des avenants à leur contrat de travail entérinant cette baisse de salaire effective de 17,5 %. »

Le syndicat indique que les dirigeants avaient aussi « menacé de licenciement une déléguée syndicale, maître d’hôtel du Wepler, qui tentait de convaincre ses collègues de refuser de signer l’avenant au contrat de travail ».

Accord in extremis

Ce qui a fait plier la direction ? Probablement la tentative d’élargissement du mouvement aux autres établissements du groupe. Un communiqué de la CGT précisait : « Les salariés de l’Auberge DAB et du Bœuf couronné [avaient] rejoint le mouvement. »

Selon l’accord finalement signé, des améliorations ont donc été concédées : « Le personnel de service rémunéré au pourcentage va enfin pouvoir compter sur un salaire minimum garanti de 2 200 € pour les chefs de rang et de 2 600 € pour les maîtres d’hôtel. Les salariés de cuisine, rémunérés au fixe vont également bénéficier de salaires entre 1 890 et 2 400 €. » Prime de nettoyage des tenues, récupération rapide des heures supplémentaires et comptabilisation des avantages en nature (repas) sont également au menu. Reste à savoir ce qu’il adviendra des licenciements en cours, du paiement des jours de grève, et de la dette à l’égard des salariés… •

Photo : Thierry Nectoux

Dans le même numéro (mars 2022)

  • Le dossier du mois

    Rouler à vélo : nos quartiers en queue de peloton

    Florianne Finet
    Le 18e se place en queue de peloton du classement des arrondissements parisiens dressé par la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB). En cause, le manque de nouveaux itinéraires cyclables sécurisés depuis 2019 et un confort limité sur les voies déjà aménagées.
  • La vie du 18e

    Ils font le 18è : à vous de proposer [Article complet]

    A l’occasion du n° 300 du 18e du mois, nous avons lancé l'idée de faire appel aux lecteurs pour établir une liste des personnalités marquantes du 18e.
  • La vie du 18e

    La corneille, une voisine de caractère

    Jacky Libaud
    Tout de noir vêtues, les corneilles ont du caractère et sont très bien adaptées à la vie parisienne grâce à leur intelligence et à leur opportunisme.
  • La vie du 18e

    Qualité de l’air : un bulletin toujours médiocre

    Sandra Mignot
    La qualité de l’air de la capitale est toujours mauvaise. Une carte publiée par Respire compare les données de la pollution atmosphérique devant les écoles aux seuils d'alerte de l’OMS.
  • Simplon

    Améliorer les conditions de vie dans les prisons d’Afrique

    Patrick Mallet
    Depuis son emménagement rue des Amiraux, Le 18e du mois partage ses locaux avec Prisonniers sans frontières (PRSF) organisation de solidarité internationale laïque.
  • Montmartre

    Fermeture de classes, Montmartre se rebiffe

    Marie-Antoinette Leca, Sandra Mignot
    Le 18e pourrait perdre cinq classes au total, dont trois à Montmartre. Avec le soutien des enseignants, les élus des parents d’élèves tentent d’influer sur les décisions.
  • La Chapelle

    Ecobox, le jardin au régime sec [Article complet]

    Magali Grosperrin
    A l’approche des beaux jours, une bonne nouvelle viendra-t-elle rassurer les jardiniers d’Ecobox ? Tout est prêt pour l’arrosage des arbustes, plantes et fleurs... en attendant le précieux liquide.
  • La Chapelle

    Danse : une ode à la libération des femmes

    Monique Loubeski
    L’Espace Canopy accueille, dans une résidence artistique consacrée à la danse contemporaine créée et interprétée par des femmes, Yara Al Hasbani, chorégraphe d’origine syrienne.
  • Les Gens

    Sentinel Diego, du rap à l’ombre de la basilique

    Dominique Dugay
    Les cuisines du Sacré-cœur ont abrité un artiste qui n’excelle pas qu’aux fourneaux. Sentinel Diego est un passionné de « musique urbaine », rayonnant et rollers addict.

n° 306

Juillet-août 2022