Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

octobre 2019 / Histoire

La Société Philanthropique, une vieille dame de l’action sociale

par Patrick Mallet

Plus de deux cents ans après sa création, la Société, souvent méconnue du grand public, poursuit son action en particulier dans le 18e où l’on peut toujours croiser ses institutions : maison de la mère et de l’enfant, foyer Marjolin… Le premier épisode de cet article a été publié dans notre numéro 272 (juin 2019).

Créée, sous le règne de Louis XVI, à l’initiative de sept membres de la grande noblesse, la Maison philanthropique de Paris, première société de bienfaisance laïque, se donne pour objet de « secourir l’indigence » et « prévenir les désordres et les crimes […] suite à l’abandon et au désespoir ». L’aide est destinée uniquement aux Parisiens, habitant Paris depuis au moins trois ans et présentant des garanties morales attestées par le curé de leur paroisse. Dans un premier temps, sont secourus exclusivement des octogénaires, des aveugles, des veufs ou veuves et des femmes enceintes. Puis le cercle s’élargit aux pères et mères de neuf enfants et aux ouvriers estropiés par accident, ayant trois enfants. Particulièrement soucieuse du sort des aveugles, la Maison philan­thropique ouvre en 1785, avec Valentin Haüy, créateur d’une méthode de lecture avec des lettres en relief, l’école de lecture et de filature qui deviendra l’Institut des jeunes aveugles. La révolution signe la mise en sommeil de la Société philanthropique, faute de moyens, baisse des dons, émigration, et méfiance du pouvoir qui lui refuse tout financement. Au début des années 1800, la création de « fourneaux », premières soupes populaires, conduit à sa réactivation. La nouvelle Société philanthropique se donne alors pour mission de développer l’enseignement primaire et l’assistance juridique, de créer des sociétés de secours mutuels, des assurances contre les accidents, des caisses de vieillesse, etc., prémices des œuvres de prévoyance du 19e siècle. Aux « soupes économiques » viennent s’ajouter des dispensaires, puis l’aide à la création de société de prévoyance. Si la restauration est favorable à la Société, la révolution de 1830 attise ses craintes, rapidement dissipées par l’arrivée de Louis Philippe, ancien membre, qui lui accorde sa protection. Elle est reconnue d’utilité publique en 1839.

L’implantation dans le 18e arrondissement

Le secours apporté est réservé aux Parisiens, il faudra donc attendre 1860 et l’absorption des communes limitrophes, dont Montmartre et La Chapelle de Paris, pour que son action s’élargisse géographiquement. Une maison est achetée rue Labat, pour y implanter un asile de nuit pour femmes, sur le modèle d’un premier établissement de ce genre ouvert en 1879 rue Saint-Jacques. Y sont accueillies pour une à trois nuits les « femmes méritantes ». Elles ont droit à un bain, une soupe, et à une « allocution d’espoir ». Le 12 décembre 1881 est inauguré l’asile du 44 rue Labat, baptisé, trois ans plus tard, Maison Hartmann du nom du donateur qui en permet la reconstruction. Toujours rue Labat, en 1888, est adjoint un dispensaire pour enfants, copie de celui déjà existant depuis 1883 rue de Crimée. Ce nouveau champ d’intervention sociale totalise, en 1890, quatre dispensaires, implantés dans les nouveaux quartiers parisiens. Ils traitent annuellement 7 800 enfants et 20 000 consultations. Soins, distributions de soupes et bains-douches gratuits y sont aussi donnés. Tous ces nouveaux services nécessitent des ressources. À l’initiative de deux de ses membres, la Société organise en 1883, à l’école des Beaux-arts, une exposition de portraits prêtés par les sociétaires. On peut y voir des toiles de David, de Géricault, d’Ingres et d’autres, en vogue à l’époque, oubliés aujourd’hui. La bonne société s’y précipite, 82 000 francs sont récoltés. La Société philanthropique inaugure ici ainsi une nouvelle forme d’événement caritatif, après avoir déjà en 1785 organisé le premier concert de ce type. La question du logement se posant cruellement, Georges Picot, secrétaire de l’Académie des sciences morales et politiques et membre de la Société, désire « reconstituer la famille en rendant le foyer attrayant ». Il est à l’initiative d’une autre innovation, l’ouverture « d’habitations économiques » préfigurations des « Habitations Bon Marché ».

Photos : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (octobre 2019)

  • Le dossier du mois

    Logement : insalubrité à tous les étages

    Claire Rosemberg, Danielle Fournier
    Même si le nombre de logements insalubres décroît, la lutte contre l’habitat indigne semble sans fin. Le dernier constat établi par l’APUR montre que le 18e arrondissement détient le triste record du nombre de bâtiments actuellement surveillés.
  • Chronique

    Une gare est une gare

    Daniel Conrod
    Telle qu’elle est engagée, la transformation de la gare du Nord raconte l’effacement volontaire de la puissance publique au profit du marché.
  • Culture

    Barbès 100 % féminin

    Noël Bouttier
    Une artiste propose une exposition de photos en plein air représentant des lieux de Barbès, d’ordinaire très masculins, investis par des femmes.
  • La vie du 18e

    Petite ceinture : les projets se multiplient, les questions persistent

    Sophie Roux
    Malgré la décision d’ouvrir la Petite ceinture au public pendant deux mois, tous les samedis et dimanches, dans le 18e, des incertitudes pèsent sur ce projet phare de la mandature de la maire de Paris.
  • La vie du 18e

    Nature - De la vigne au vin, une liane voyageuse [Article complet]

    Le vignoble francilien fut autrefois le plus important du royaume de France. Dans le 18e, il avait totalement disparu avant de renaître, notamment à Montmartre…
  • Montmartre

    Les Montmartrois pleurent leur bus [Article complet]

    Claire Rosemberg
    Le nouveau plan des bus mis en place en avril dernier mécontente les usagers du Montmartrobus.
  • Goutte d’Or

    Cuisine, culture et solidarité au Quartier libre

    Marie-Odile Fargier
    Le collectif 4C dispose enfin d’un local où les habitants sont invités à venir partager recettes culinaires et convivialité.
  • Les Gens

    Joëlle léandre, performeuse poétique

    Dominique Boutel
    Contrebassiste, vocaliste, compositrice, peintre à ses heures, elle arpente la planète flanquée de l’instrument qui l’a inspirée toute sa vie. (...)

n° 283

juin 2020