Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

octobre 2019 / Montmartre

Les Montmartrois pleurent leur bus [Article complet]

par Claire Rosemberg

Le nouveau plan des bus mis en place en avril dernier mécontente les usagers du Montmartrobus.

Appuyée sur sa canne en haut de la Butte en attendant le bus, une Montmartroise de 94 ans s’indigne dès qu’on évoque la transformation de l’ancien Montmartrobus en ligne 40 : « C’est un scandale ! » Depuis la refonte du réseau des bus parisiens en avril dernier on ne parle presque que de ça aux 29 stations du petit bus qui depuis 1983 reliait la place Jules Joffrin à celle de Pigalle en passant par les hauteurs pittoresques de la butte Montmartre.

Première navette électrique de Paris, le Montmartrobus avait été conçu pour traverser au mieux les rues sinueuses et pentues qui font le charme du quartier, mais fatiguent les jambes. Fréquenté par les touristes mais surtout les riverains, il était particulièrement apprécié des personnes âgées, des mères et pères de famille, des écoliers, heureux de pouvoir éviter les marches et montées avec leurs courses, poussettes ou cartables.

Critiqué depuis toujours

Vu son parcours accidentogène et les ralentissements dûs aux voitures mal garées dans les ruelles étroites, les passagers depuis toujours se plaignaient du bus et peu de chauffeurs RATP, paraît-il, étaient volontaires pour en prendre le volant. Mais jamais la gronde n’avait été si grande.

Pour les usagers, surtout les plus âgés, le cœur du problème reste un changement d’itinéraire qui allonge le trajet du bus vers le sud, de Pigalle jusqu’à Le Peletier, rue La Fayette, dans le 9e. Alors que sur cette tranche du parcours le bus roule pratiquement à vide en général, selon des témoins et même des chauffeurs. Au terminus, ni grand magasin, ni correspondances, sauf le bus 45. À l’ancien terminus de Pigalle, en revanche, les passagers avaient trois bus (ils n’en ont plus que deux) et deux lignes de métro en correspondance directe. Pourquoi avoir décidé d’envoyer un bus un peu “nulle part” ? Si le bus attire peu de passagers une fois quitté le 18e, pourquoi ce prolongement d’itinéraire ? « C’est sur la demande de personnes vivant dans le 9e » que le trajet a été rallongé, nous a-t-on dit à la RATP.

Illustration : Vito

Dans le même numéro (octobre 2019)

  • Le dossier du mois

    Logement : insalubrité à tous les étages

    Claire Rosemberg, Danielle Fournier
    Même si le nombre de logements insalubres décroît, la lutte contre l’habitat indigne semble sans fin. Le dernier constat établi par l’APUR montre que le 18e arrondissement détient le triste record du nombre de bâtiments actuellement surveillés.
  • Chronique

    [Gare du Nord] Une gare est une gare

    Daniel Conrod
    Telle qu’elle est engagée, la transformation de la gare du Nord raconte l’effacement volontaire de la puissance publique au profit du marché.
  • Culture

    Barbès 100 % féminin

    Noël Bouttier
    Une artiste propose une exposition de photos en plein air représentant des lieux de Barbès, d’ordinaire très masculins, investis par des femmes.
  • La vie du 18e

    Petite ceinture : les projets se multiplient, les questions persistent

    Sophie Roux
    Malgré la décision d’ouvrir la Petite ceinture au public pendant deux mois, tous les samedis et dimanches, dans le 18e, des incertitudes pèsent sur ce projet phare de la mandature de la maire de Paris.
  • La vie du 18e

    Nature - De la vigne au vin, une liane voyageuse [Article complet]

    Le vignoble francilien fut autrefois le plus important du royaume de France. Dans le 18e, il avait totalement disparu avant de renaître, notamment à Montmartre…
  • Goutte d’Or

    Cuisine, culture et solidarité au Quartier libre

    Marie-Odile Fargier
    Le collectif 4C dispose enfin d’un local où les habitants sont invités à venir partager recettes culinaires et convivialité.
  • Histoire

    La Société Philanthropique, une vieille dame de l’action sociale

    Patrick Mallet
    Plus de deux cents ans après sa création, la Société, souvent méconnue du grand public, poursuit son action en particulier dans le 18e où l’on peut toujours croiser ses institutions : maison de la mère et de l’enfant, foyer Marjolin… Le premier épisode de cet article a été publié dans notre numéro 272 (juin 2019).
  • Les Gens

    Joëlle léandre, performeuse poétique

    Contrebassiste, vocaliste, compositrice, peintre à ses heures, elle arpente la planète flanquée de l’instrument qui l’a inspirée toute sa vie. (...)

En kiosque, n° 275

octobre 2019