Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2020 / Goutte d’or

Rosine Kaboré dans le rôle de sa vie [Article complet]

par Florian Gaudin-Winer

Cette réalisatrice et comédienne de 27 ans tient le rôle principal du clip « Gold », chanson du groupe Atika. L’occasion de montrer ses talents en taekwondo, qu’elle pratique avec les Enfants de la Goutte d’Or depuis sept ans.

C’est un clip d’un peu plus de cinq minutes, tourné dans les Jardins d’Eole à la lisière des 18e et 19e arrondissement, ainsi qu’à la porte des Lilas et à Pantin. Il met en images « Gold », une chanson dont les sonorités sont au carrefour de la pop et de la soul signée d’un tout jeune groupe, Atika, qui réunit la chanteuse Nikita Kredl et le musicien Tristan Camus. On y suit une jeune femme toujours en mouvement, que ce soit sur un playground de basketball, dans un bar où elle assure le service, ou sur un tatami où elle enchaîne les techniques de taekwondo en de subtiles arabesques.

Un personnage incarné par Rosine Kaboré, 27 ans, une enfant de Marx Dormoy devenue actrice et réalisatrice, qui définit ainsi son rôle : « C’est l’histoire d’une femme pas très sûre d’elle, qui se laisse un peu faire. Elle subit sa vie. Un jour, elle se dit qu’elle doit se battre et être forte, en devenant une combattante. » Une personnalité dans laquelle elle se reconnaît. « Plus jeune, j’étais comme elle. Au bout d’un moment, je me suis plus imposée. Et le taekwondo m’a aidée à prendre confiance en moi », raconte celle qui est ceinture marron après sept ans de pratique avec les Enfants de la Goutte d’Or. Elle s’entraîne deux fois par semaine, pour « se défouler après le stress de toute la semaine » et « développer (s)a combativité ».

A l’inverse, dans le clip, « Rosine ne ressemble pas physiquement à la personne qu’elle est dans la vie de tous les jours », relève Anne Loriot, productrice et réalisatrice de la vidéo. « Je lui ai demandé de se faire de longues tresses. Je l’ai transformée. Dans la réalité, elle fait beaucoup moins jeune fille. Elle porte des lunettes, se maquille. »

Réalisatrice engagée

A la ville, Rosine est actrice depuis ses 16 ans. Après s’être formée au théâtre au sein de l’Association pour le dialogue et l’orientation scolaire (ADOS), elle a été membre de la compagnie Graine de soleil de 2012 à 2017, et a joué dans plusieurs spectacles montés au Lavoir Moderne Parisien. Elle s’est lancée en parallèle dans la réalisation, avec à son actif plusieurs courts métrages aux thématiques engagées « sur le sexisme, les préjugés que l’on peut avoir sur les migrants, les cases dans lesquelles les hommes et les femmes peuvent être mis… ».

Ce nouveau clip, réalisé de manière entièrement bénévole par l’équipe de tournage et les comédiens, pourrait servir de tremplin à l’actrice aux traits fins et à la silhouette athlétique. Elle le voit comme « une carte de visite » de ce qu’elle est « capable de faire ». Le tournage a duré trois jours et a été « assez intense et fatigant. Ç’a été un challenge qui m’a demandé beaucoup de travail et d’engagement », rembobine celle qui s’est installée à Aubervilliers depuis quelques mois. De quoi se tourner avec appétit vers son dernier projet : un sixième court métrage attendu en juin, qui « parle des étiquettes qui peuvent être accolées à la communauté noire ». •

Le clip est à découvrir sur le compte YouTube d’Atika Music :

Photo : Corentin Schimmel

Dans le même numéro (avril 2020)

n° 286

octobre 2020