Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2022 / La vie du 18e

Au collège : gastronomie sans frontières

par Danielle Fournier

Des élèves portugais de l’Agrupamento de escolas Marquesa de Alorna sont venus de Lisbonne à la rencontre des élèves d’une classe de 3e du collège Gérard Philipe. Le fil de leurs rencontres : la gastronomie et le développement durable.

Récit de leur première journée, le 9 mars, à Paris. Le matin, tout commence par un jeu de piste par équipes mixtes, Lisboètes et Parisiens mélangés, autour de la gastronomie française. Au début les uns et les autres sont timides, la barrière de la langue ne jouant pas en leur faveur, mais ils vont peu à peu échanger. Barbara et Maddalena, deux élèves portugaises, se lancent… en anglais, la langue de l’Europe en ce début de XXIe siècle. Erasme, figure de la culture européenne du XVIe siècle, écrivait lui en latin pour être compris de ses contemporains éclairés !

On commence avec la Laiterie de Paris où on leur demande de classer les fromages français et portugais selon les types de lait puis on poursuit par la visite d’une boulangerie au 48 rue Caulaincourt, un franc succès avec éclair au chocolat, millefeuille à la vanille et viennoiseries. Plus loin on s’arrête devant l’entrée des vignes du Clos Montmartre. Quand gastronomie rime avec local !

Apprendre de l’autre

Le midi, le repas est pris au restaurant du lycée d’application Médéric et c’est ce que Anna, élève du collège Gérard Philipe qui possède la double nationalité française et portugaise, a préféré : « entrer dans un lieu rare et chic ».

Plus tard on la retrouvera au centre de documentation et d’information (CDI) s’activant avec les autres élèves devant les ordinateurs pour réaliser un livre bilingue sur l’alimentation et la gastronomie dans leurs deux pays : la glace est brisée et c’est l’occasion d’appuyer l’idée que « c’est chouette d’échanger, de communiquer et surtout de rencontrer ».

D’ailleurs, dès la semaine suivante les élèves partent à Lisbonne poursuivre les échanges. Claire, la documentaliste, précise : « Ce n’est pas un échange linguistique mais un échange pour apprendre de la culture de l’autre, une incitation à sortir du périmètre de leur quartier. » Et il s’avère, par exemple devant les vignes de Montmartre, que certains élèves des Amiraux comme Barry y viennent pour la première fois et découvrent la richesse de l’arrondissement. Ce sont des élèves de l’unité locale d’inclusion scolaire (ULIS) encadrés par Cécilia qui leur enseigne toutes les matières et accompagnés d’un professeur d’arts plastiques et de la documentaliste.

Quand on évoque la question financière et le montage de dossier tout de suite les mots « ubuesque », « compliqué » arrivent mais il faut savoir au bout du compte que l’agence européenne Erasmus a attribué 30 000 € à chacun des deux établissements pour réaliser ce projet Erasmus +. Et visiblement ça conforte l’existence de l’Europe auprès de ces jeunes !•

Photo : DR

Dans le même numéro (avril 2022)

  • La vie du 18e

    Dark stores, une certaine opacité

    Erwan Jourand
    Vous n’en avez jamais vu ? Normal, ces lieux de stockage se font très discrets et n’ont pas de vitrine. Ils sont pourtant dans le collimateur, car certains sont dans l’illégalité.
  • La vie du 18e

    Terrasses : bagarre pour l’espace public

    Erwan Jourand
    Ça se corse. S’il suffisait d’une simple formalité en pleine période de pandémie pour obtenir une terrasse éphémère, se voir attribuer le même espace à compter du 1er avril est une autre paire de manches.
  • La vie du 18e

    Une balade aux origines du rap français

    Dominique Boutel
    En deux heures d’un parcours commenté, Hip-hop Tour XVIII dévoile la face moins connue de la culture de l'arrondissement.
  • Le dossier du mois

    Réfugiés ukrainiens : accueil, témoignages, initiatives

    Dominique Boutel
    Durant une dizaine de jours, l’accueil des réfugiés ukrainiens arrivant à Paris, était assuré porte de La Chapelle.
  • La Chapelle

    Du théâtre de quartier, de Paname à New York

    Dominique Boutel
    Porté par Espoir 18 dans le quartier Chapelle-Goutte d’Or, le spectacle Bad Mamas créé par des habitants va franchir l’Atlantique.
  • Charles-Hermite-Evangile

    La tour des Poissonniers se refait une jeunesse

    Stéphane Bardinet
    Finies les familles, jeunes retraités ou quadras actifs, la tour des Poissonniers va désormais loger des étudiants. C’est le choix qu’ont fait Paris Habitat et la Ville de Paris, bailleur et propriétaire de cette tour sexagénaire.
  • Charles-Hermite-Evangile

    La Bonne Tambouille est orpheline [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Après Mme Sanchez, vestale de la rue Pajol, c’est maintenant Claude Field-Feldschuch, une autre figure de La Chapelle qui nous a quittés le 24 février.
  • La Goutte d’or

    Rédacteurs en herbe à la Goutte d’Or

    Lucien Déraillot
    Le thème de la bienvenue a inspiré les enfants qui ont laissé libre cours à leur créativité pour écrire des textes originaux et poétiques.
  • Culture

    Photo européenne : circulez, il y a beaucoup à voir !

    Dominique Boutel
    Le Festival de la jeune photographie européenne, dont c’est la 12e édition, est l’occasion de découvrir quels regards portent sur le monde les artistes d’aujourd’hui.
  • Les gens

    Toute une vie pour devenir soi

    Sandra Mignot
    Giovanna Rincon est la directrice de l’association Acceptess-T, qui lutte pour les droits des personnes transgenres. Elle s’est construite dans le refus des assignations et de la fatalité.

n° 306

Juillet-août 2022