Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2022 / La vie du 18e

Une balade aux origines du rap français

par Dominique Boutel

En deux heures d’un parcours commenté, Hip-hop Tour XVIII dévoile la face moins connue de la culture de l’arrondissement.

Saviez-vous que le 18e a été le berceau du rap français ? Vous l’apprendrez, et bien d’autres choses encore concernant l’histoire du rap et du hip-hop si vous suivez la visite guidée, Hip-hop Tour XVIII, que propose Benjamin, depuis six mois. Informaticien de métier, il est passionné de rap depuis longtemps. Quand il s’installe dans l’arrondissement, il y a dix ans, il découvre le patrimoine qui y existe. Ici, c’est la Mecque du rap français, un rap conscient où l’écriture est très importante, avec ses lieux historiques, qu’aucune signalétique ne mentionne. Par exemple, savez-vous que l’emplacement actuel de la Poste, à La Chapelle, a longtemps été un terrain où l’un des grands noms du hip-hop français, Dee Nasty, a fourbi ses premières armes et organisé les premières « free jam » ? C’est à l’occasion des sessions sur ce terrain vague que les futurs NTM et Assassin découvrent des rappeurs français comme Lionel D, Jhony Go ou Destroy Man. Les artistes arrivaient à scooter avec un groupe électrogène, leurs platines, leurs amis danseurs, les rois du graffitis et occupaient de façon invisible le lieu… Benjamin fouille Internet, retrouve les premiers clips tournés dans le quartier, rencontre les rappeurs de Scred, qui ont installé leur boutique rue Marcadet, feuillette les ouvrages consacrés au rap et pénètre peu à peu dans la géographie de cette musique, dont l’histoire s’ancre dans l’arrondissement. Pour Benjamin, organiser ces parcours de deux heures, qui fréquentent les murs tagués comme celui de la rue Ordener, traversent le 104, arpentent la Goutte d’Or, c’est une façon de montrer qu’il y a un autre 18e que celui de Montmartre, celui des quartiers « sales », qui sont également les symboles d’une créativité, d’une histoire. Le rap représente tout de même 90 % de l’écoute musicale des jeunes et il est n°1 en musique devant la variété !

Les parcours ont lieu tous les quinze jours, le weekend, avec ou sans casque. Et bientôt peut-être, Benjamin parviendra à l’agrémenter de musique « live ».

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (avril 2022)

  • La vie du 18e

    Au collège : gastronomie sans frontières

    Danielle Fournier
    Des élèves portugais de l’Agrupamento de escolas Marquesa de Alorna sont venus de Lisbonne à la rencontre des élèves d’une classe de 3e du collège Gérard Philipe. Le fil de leurs rencontres : la gastronomie et le développement durable.
  • La vie du 18e

    Dark stores, une certaine opacité

    Erwan Jourand
    Vous n’en avez jamais vu ? Normal, ces lieux de stockage se font très discrets et n’ont pas de vitrine. Ils sont pourtant dans le collimateur, car certains sont dans l’illégalité.
  • La vie du 18e

    Terrasses : bagarre pour l’espace public

    Erwan Jourand
    Ça se corse. S’il suffisait d’une simple formalité en pleine période de pandémie pour obtenir une terrasse éphémère, se voir attribuer le même espace à compter du 1er avril est une autre paire de manches.
  • Le dossier du mois

    Réfugiés ukrainiens : accueil, témoignages, initiatives

    Dominique Boutel
    Durant une dizaine de jours, l’accueil des réfugiés ukrainiens arrivant à Paris, était assuré porte de La Chapelle.
  • La Chapelle

    Du théâtre de quartier, de Paname à New York

    Dominique Boutel
    Porté par Espoir 18 dans le quartier Chapelle-Goutte d’Or, le spectacle Bad Mamas créé par des habitants va franchir l’Atlantique.
  • Charles-Hermite-Evangile

    La tour des Poissonniers se refait une jeunesse

    Stéphane Bardinet
    Finies les familles, jeunes retraités ou quadras actifs, la tour des Poissonniers va désormais loger des étudiants. C’est le choix qu’ont fait Paris Habitat et la Ville de Paris, bailleur et propriétaire de cette tour sexagénaire.
  • Charles-Hermite-Evangile

    La Bonne Tambouille est orpheline [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Après Mme Sanchez, vestale de la rue Pajol, c’est maintenant Claude Field-Feldschuch, une autre figure de La Chapelle qui nous a quittés le 24 février.
  • La Goutte d’or

    Rédacteurs en herbe à la Goutte d’Or

    Lucien Déraillot
    Le thème de la bienvenue a inspiré les enfants qui ont laissé libre cours à leur créativité pour écrire des textes originaux et poétiques.
  • Culture

    Photo européenne : circulez, il y a beaucoup à voir !

    Dominique Boutel
    Le Festival de la jeune photographie européenne, dont c’est la 12e édition, est l’occasion de découvrir quels regards portent sur le monde les artistes d’aujourd’hui.
  • Les gens

    Toute une vie pour devenir soi

    Sandra Mignot
    Giovanna Rincon est la directrice de l’association Acceptess-T, qui lutte pour les droits des personnes transgenres. Elle s’est construite dans le refus des assignations et de la fatalité.

n° 306

Juillet-août 2022