Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2022 / La Goutte d’or

Rédacteurs en herbe à la Goutte d’Or

par Lucien Déraillot

Le thème de la bienvenue a inspiré les enfants qui ont laissé libre cours à leur créativité pour écrire des textes originaux et poétiques.

Douze enfants ont été récompensés pour leur participation au concours Plumes d’Or sur la ville. L’évènement, organisé par l’association Les Enfants de la Goutte d’Or, a réuni quelque 48 écrivains en herbe autour du thème de la bienvenue.

Mia Johan Guilbaud a remporté le premier prix dans la catégorie des 6-7 ans pour sa BD narrant la naissance de jumeaux. Chez les 8-10 ans, Ilyes Souei s’est distingué grâce à « Léon le caméléon » qui meurt d’envie de découvrir le Canada. Surprise chez les 11-13 ans puisque le premier prix a été attribué à un jeune garçon vivant à Ouagadougou, Iliass Ouedraogo. Les Enfants de la Goutte d’Or entretiennent en effet un partenariat avec l’association La Tortue voyageuse qui intervient au Burkina Faso. Sans aucune faute d’orthographe, Iliass a raconté la tradition burkinabé de la bonne arrivée. Enfin chez les adolescents (14-17 ans), Tanissia Baakel a séduit le jury avec un texte fortement teinté d’égalité.

Tous ont reçu, ainsi que ceux honorés par des deuxième et troisième prix, un ouvrage, un bon d’achat auprès de la librairie La Régulière (d’une valeur de 10 à 30 €) et un petit certificat.

Les résultats du concours étaient présentés dans le cadre de la Semaine du livre, organisée chaque année par le centre social Accueil Goutte d’Or avec les écoles du quartier. Les enfants ont travaillé à créer des livres, broder des illustrations ou illustrer des récits, ils ont rencontré des auteurs, réinterprété des contes sous forme de mises en scènes photographiques… Les organisateurs et les animateurs des activités périscolaires n’ont pas manqué d’imagination pour mettre en valeur la créativité des enfants, pour cette sixième édition qui est apparue comme un vrai succès pour les enfants comme pour leurs parents. •

Dans le même numéro (avril 2022)

  • La vie du 18e

    Au collège : gastronomie sans frontières

    Danielle Fournier
    Des élèves portugais de l’Agrupamento de escolas Marquesa de Alorna sont venus de Lisbonne à la rencontre des élèves d’une classe de 3e du collège Gérard Philipe. Le fil de leurs rencontres : la gastronomie et le développement durable.
  • La vie du 18e

    Dark stores, une certaine opacité

    Erwan Jourand
    Vous n’en avez jamais vu ? Normal, ces lieux de stockage se font très discrets et n’ont pas de vitrine. Ils sont pourtant dans le collimateur, car certains sont dans l’illégalité.
  • La vie du 18e

    Terrasses : bagarre pour l’espace public

    Erwan Jourand
    Ça se corse. S’il suffisait d’une simple formalité en pleine période de pandémie pour obtenir une terrasse éphémère, se voir attribuer le même espace à compter du 1er avril est une autre paire de manches.
  • La vie du 18e

    Une balade aux origines du rap français

    Dominique Boutel
    En deux heures d’un parcours commenté, Hip-hop Tour XVIII dévoile la face moins connue de la culture de l'arrondissement.
  • Le dossier du mois

    Réfugiés ukrainiens : accueil, témoignages, initiatives

    Dominique Boutel
    Durant une dizaine de jours, l’accueil des réfugiés ukrainiens arrivant à Paris, était assuré porte de La Chapelle.
  • La Chapelle

    Du théâtre de quartier, de Paname à New York

    Dominique Boutel
    Porté par Espoir 18 dans le quartier Chapelle-Goutte d’Or, le spectacle Bad Mamas créé par des habitants va franchir l’Atlantique.
  • Charles-Hermite-Evangile

    La tour des Poissonniers se refait une jeunesse

    Stéphane Bardinet
    Finies les familles, jeunes retraités ou quadras actifs, la tour des Poissonniers va désormais loger des étudiants. C’est le choix qu’ont fait Paris Habitat et la Ville de Paris, bailleur et propriétaire de cette tour sexagénaire.
  • Charles-Hermite-Evangile

    La Bonne Tambouille est orpheline [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Après Mme Sanchez, vestale de la rue Pajol, c’est maintenant Claude Field-Feldschuch, une autre figure de La Chapelle qui nous a quittés le 24 février.
  • Culture

    Photo européenne : circulez, il y a beaucoup à voir !

    Dominique Boutel
    Le Festival de la jeune photographie européenne, dont c’est la 12e édition, est l’occasion de découvrir quels regards portent sur le monde les artistes d’aujourd’hui.
  • Les gens

    Toute une vie pour devenir soi

    Sandra Mignot
    Giovanna Rincon est la directrice de l’association Acceptess-T, qui lutte pour les droits des personnes transgenres. Elle s’est construite dans le refus des assignations et de la fatalité.

n° 310

décembre 2022