Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

janvier 2023 / La vie du 18e

L’hébergement d’urgence sous tension

par Joachim Jarreau

Même si le gouvernement a renoncé à diminuer directement le nombre de places pour héberger les personnes sans-abri, trop d’entre elles sont à la rue cet hiver, alors que le plan logement n’est pas suffisamment déployé.

Comme ailleurs en France, la situation de l’hébergement d’urgence à Paris inquiète en ce début d’hiver. Au 115 (le numéro d’urgence pour les personnes à la rue, opéré par le Samu social de Paris), on compte 13 000 appels par jour (provenant de 1 500 numéros différents qui répètent souvent leur sollicitation), et autour de 900 personnes qui, chaque nuit, n’obtiennent pas d’hébergement suite à un appel.

Si le gouvernement a finalement renoncé à supprimer 7000 places d’hébergement d’urgence en 2023, sous la pression des associations, unanimes contre ce projet, la situation du secteur reste tendue. En cause, une augmentation des besoins, la précarité n’ayant pas reflué autant qu’escompté, avec la fin de la crise sanitaire. En 2020 et 2021, l’État, qui a la compétence sur l’hébergement d’urgence, avait fortement augmenté le nombre de places, notamment via le conventionnement de nombreux hôtels, un effort salué alors par les acteurs du secteur. Cela avait permis de réduire significativement la tension sur le dispositif, réduisant les délais pour l’orientation des demandes au 115. Les décomptes réalisés dans le cadre de la Nuit de la Solidarité, en janvier chaque année, avaient par exemple montré une baisse nette du nombre de personnes sans abri à Paris en 2021 puis 2022. Avec la fin de la crise Covid, l’Etat a, depuis le printemps 2022, commencé à supprimer une partie de ces places, considérant que la situation d’urgence était terminée. La précarité, elle, ne semble pourtant pas avoir diminué autant que prévu.

De moins en moins de places en hôtel

A ces suppressions de places s’ajoutent les difficultés à maintenir les places existantes, dans un contexte où une grande partie de l’hébergement d’urgence repose sur de « l’intercalaire », c’est-à-dire des places en hôtel ou dans des bâtiments disponibles provisoirement. Les associations gestionnaires de centres d’hébergement, telles que le groupe SOS, opérateur de plusieurs centres dans l’arrondissement, disent rencontrer des difficultés pour trouver des lieux où ouvrir des places, qui sont pourtant financées.

Alors que les élus locaux alertent depuis des semaines sur la situation, l’Etat semble ne se résoudre à agir qu’avec réticence. Le gouvernement considère en effet que la solution au mal logement doit passer par le plan logement, qui vise à favoriser l’accès au logement pérenne. Pour Pierre Yvain Arnaud, adjoint (EELV) au maire du 18e en charge des solidarités et de l’hébergement d’urgence, les moyens consacrés à ce plan n’ont pas été suffisants, jusqu’à maintenant, pour permettre d’enclencher une réduction de ceux de l’hébergement d’urgence.

De fait, les professionnels du secteur semblent unanimes pour réclamer de parer d’abord au plus urgent. L’élu rappelle que l’arrondissement prend déjà une part importante dans l’hébergement d’urgence à Paris (avec plus de 5000 places), et regrette que d’autres arrondissements ne fassent pas autant d’efforts. Le déclenchement du plan grand froid, le 12 décembre, devrait permettre l’ouverture de places supplémentaires, notamment dans des gymnases, et de réduire un peu la pression. Mais les élus de la majorité municipale affirment que cela ne suffit pas, et réclament la réquisition de bâtiments vides.

Dans le même numéro (janvier 2023)

  • Le dossier du mois

    Petite ceinture, les Jardins du Ruisseau suspendus ?

    Sandra Mignot
    Les Jardins du Ruisseau vont devenir l’un des points d’entrée de la promenade que la Mairie de Paris installe sur la Petite Ceinture. L’aménagement affectera l’organisation de cet îlot de verdure, créé par et pour les habitants du 18e. Mais l’association gestionnaire, en passe de renouveler la convention signée avec la Ville de Paris pour l’occupation du lieu, entend bien poursuivre son activité.
  • La vie du 18e

    Entraide scolaire amicale : une réussite à soutenir [Article complet]

    Amy Charbonnier
    Les élèves en précarité ont plus que jamais besoin de soutien scolaire. L’antenne de l’ESA du 18e, qui fête ses cinquante ans, a déjà permis d’accompagner quelque 70 élèves.
  • La vie du 18e

    Solidarité locale contre le racisme

    le 18e du mois
    Jeudi 15 décembre, à l’initiative du collectif 18e en lutte, se tenaient les premières rencontres antiracistes et solidaires du 18e à la salle Saint-Bruno. Près d’une centaine d’habitants et militants de l’arrondissement ont répondu présents.
  • La vie du 18e

    Campements : le cycle infernal

    Joachim Jarreau
    Juste avant Noël et alors que Paris subissait des températures négatives, les exilés qui cherchaient refuge sous le métro aérien ont été déplacés vers des hébergements temporaires.
  • La vie du 18e

    Gare du Nord, enfin un projet plus sobre !

    Dominique Gaucher
    La décision, prise en 2013, de moderniser la gare du Nord, a connu moult revirements. Après l’abandon du premier projet, pharaonique et trop coûteux (lire nos n° 289 et 297), un nouveau projet a été conçu et présenté aux riverains.
  • La Chapelle

    Biblimili, le Rideau rouge à livres ouverts

    Sylvie Chatelin
    Une bibliothèque dans une librairie, tel est le projet original qui anime le sous-sol du Rideau rouge, à Marx Dormoy. Un lieu de culture, de rencontres, de débats et de réflexion.
  • Culture

    Jeu de cartes révolutionnaires : on coupe les têtes

    Sylvie Chatelin
    Par le décret du 1er brumaire an II, la nation se débarrasse des signes de royauté et de féodalité. Un habitant de La Chapelle, sociologue féru d’histoire, particulièrement celle de la Révolution, réédite un jeu de cartes où des allégories révolutionnaires remplacent les rois, les dames et les valets de l’Ancien Régime.
  • Culture

    Ballade littéraire. Comme un jeu d’enfants

    Martine Souloumiac
    Montmartre, la Goutte d’Or, Pigalle, les quartiers du 18e ont inspiré de nombreux peintres, cinéastes, auteurs-compositeurs mais aussi des écrivains. Et puisqu’ils se racontent ici et là parmi les lignes des auteurs de diverses époques, Le 18e du mois a décidé de vous proposer une nouvelle rubrique : la balade littéraire. Régulièrement, un texte extrait d’une œuvre, connue ou non, sera ici décliné en un parcours photographique.
  • Les Gens

    Mohaman Haman : un bâtisseur entre ombre et lumière

    Erwan Jourand, Noémie Courcoux Pégorier
    Architecte-urbaniste, Mohaman Haman multiplie les casquettes : guide touristique, animateur sportif, créateur d’évènements artistiques ou de loisirs, il s’engage au quotidien dans la vie de l’arrondissement.

n° 323

février 2024