Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2021 / La Chapelle

Rien ne se perd, tout se recycle !

par Sylvie Chatelin

À Paris, les biodéchets représentent encore plus de 23 % de nos poubelles. Les composter permet de les recycler pour se chauffer, circuler et fertiliser les cultures.

Les habitants du 18e et plus particulièrement ceux de La Chapelle n’ont plus d’excuses pour continuer de jeter à la poubelle épluchures, restes de repas et produits alimentaires périmés.1 Car, outre les composteurs collectifs déjà présents dans le quartier, l’offre se complète maintenant de collecteurs de déchets alimentaires installés près du marché de l’Olive, côté rue de Torcy, en face de la librairie Le Rideau rouge. « L’emplacement a été validé avec l’opérateur du marché et avec le conseil de quartier comme le plus passant », précise Frédéric Badina, conseiller de Paris, délégué auprès du Maire du 18e chargé de la propreté de l’espace public, du réemploi et de l’économie circulaire et de la campagne de collecte des biodéchets.

Démarche zéro déchet

Initié par la Mairie en partenariat avec l’association Zéro Waste, le projet paraît bien parti. Plusieurs rendez-vous de sensibilisation et d’animation les vendredis et samedis matins au cours du mois de février, animés par les personnels de la propreté et les bénévoles de Zéro Waste, ont permis de renseigner et de motiver les nombreux habitants informés au préalable, les passants curieux et les visiteurs du marché.

Frédéric Badina le confirme : « 91 bio-seaux ont été distribués lors de la première matinée de sensibilisation et déjà pas mal d’apports volontaires ont été effectués. » Au moment où nous écrivons, ces chiffres ont été multipliés par quatre avec « 423 bio-seaux, 846 rouleaux de sacs et 144 apports constatés pendant les interventions et des bornes bien remplies ».

Chaque habitant volontaire est en effet reparti avec un bio-seau et deux rouleaux de sacs compostables dont il se servira pour déposer ses déchets dans les bacs collecteurs. Dommage, les retardataires devront aller les chercher à la division territoriale de la propreté2. Une habitante commente, fort justement, qu’il faudrait « noter sur les bacs qu’il ne faut pas jeter de sac plastique sinon les gens vont faire n’importe quoi ». En effet le plastique « classique » ne se composte pas.

Rouler en bus et fertiliser la terre

Le contenu des trois bacs de 720 litres chacun, sera vidé tous les jours en même temps que les déchets du marché par un professionnel de la valorisation, la société Urbaser Environnement. Ils seront transformés en biogaz pour alimenter le réseau de chauffage urbain et les bus, ainsi qu’en fertili­sant distribué aux agriculteurs franciliens.

« L’enjeu est de voir comment fonctionne le dispositif en apport volontaire » et de s’appuyer sur l’expérience du marché Saint-Quentin dans le 10e « qui marche très bien et qui permet d’éviter un tiers des poubelles domestiques ». Et, comme le précise Henri Bonnefont, chargé de communication de la division propreté à la Mairie du 18e, la démarche répond à « l’obligation de 2016 de collecter tous les sites qui dépassent dix tonnes de déchets, comme les marchés et les restaurants collectifs [NDLR : loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte] ».

Anaïs, adepte du compostage collectif, est heureuse de « pouvoir y mettre tout ce qui ne va pas au composteur collectif d’Un coin de Torcy, comme les peaux des oranges et des citrons du petit déjeuner. C’est pratique et complémentaire des composteurs collectifs mais on ne récupèrera pas »l’or noir« , le compost. Là, c’est pour la collectivité et c’est bien aussi mais il faut vraiment que les restaurants et commerçants l’utilisent aussi ! » •

Dans le même numéro (mars 2021)

  • Le dossier du mois

    Migrants : des militants toujours en action

    Laure Vogel
    Jeunes et familles menacés d’expulsion, campements dans le froid glacial de ce début de février… Alors que les débats sur l’immigration sont à nouveau propulsés sur le devant de la scène médiatique, qu’en est-il vraiment de l’accès des étrangers à leurs droits ? Parole à quelques-uns de ceux et celles qui les accompagnent, jour après jour, au gré des confinements et autres restrictions.
  • La vie du 18e

    Bientôt des logements chez Tati

    Marie-Odile Fargier
    Des logements à la place des rayons de vêtements !
  • La vie du 18e

    Pistes cyclables : à quand l’acte 2 du plan vélo

    Florianne Finet
    L’association Paris en Selle appelle à revoir l’ensemble du plan de circulation de l’arrondissement pour rendre la ville plus vivable à vélo.
  • La vie du 18e

    Une épreuve des JO de 2024 au stade Bauer ?

    Michel Germain
    Formidable raison d'être heureux pour les supporters du Red Star du 18e : la rénovation de ce fameux stade pour les Jeux olympiques de 2024.
  • La commune de Paris 150 ans après

    Tout le 18e célèbre la Commune [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Jusqu’au 28 mai, la Mairie du 18e en association avec les centres Paris Anim’ et les bibliothèques de l’arrondissement proposent des expositions et (...)
  • La commune de Paris 150 ans après

    Les femmes sur tous les fronts

    Philippe Darriulat
    Soixante-douze jours. Soixante-douze jours seulement, du 18 mars au 28 mai 1871. C’est la période, à la fois si courte et si dense, pendant laquelle Paris connut un gouvernement insurrectionnel voulant assurer « l’intervention permanente des citoyens dans les affaires communales ». Cet article est le premier d'une série de trois consacrés à cet évènement historique que fut la Commune. Il s'intéresse aux nombreuses citoyennes souvent oubliées qui ont participé à cette lutte, parfois au péril de leur vie.
  • La commune de Paris 150 ans après

    Célébrations : vives réactions des élus de droite

    Annie Katz
    Commémorer ou célébrer ?
  • La commune de Paris 150 ans après

    Des Communards marchent sur la Basilique (ou presque)

    Danielle Fournier
    Rendez-vous le 18 mars au petit matin sur les marches du Sacré-Cœur.
  • Droits des migrants

    Deux jeunes menacés d’expulsion

    Danielle Fournier
    Sylvain et Fatimate sont tous deux scolarisés dans le 18e. D’âge et de situation différents, ils sont sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF).
  • Droits des migrants

    Un toit c’est un droit

    Sandra Mignot
    S’il n’y a plus de campement porte de La Chapelle ou à Stalingrad, les exilés n’ont pas pour autant déserté le pavé. Pour obtenir des hébergements et solutions pérennes, les associations qui leur viennent en aide lancent des actions d’occupation.
  • Goutte d’Or

    Dérives policières à la barre

    Sandra Mignot
    Durant de nombreuses années, un policier de la BAC du 18e a profité des trafiquants du quartier. Son procès a révélé son implication dans des opérations de blanchiment d’argent, d’interpellations frauduleuses, de vols, de corruption et de trafic de drogue.
  • La Chapelle

    La couche est-elle un déchet compostable ?

    Aline Grouès
    La crèche P’tit d’homme est au cœur d’un projet de transformation des cacas de nos bébés en terreau fertile.
  • Les Gens

    Une vie à regarder devant, toujours

    Magali Grosperrin, Sophie Roux
    A 92 ans, dont 70 passés dans le 18e, Michèle Kersz conjugue le passé et l’avenir avec une énergie hors du commun.

n° 297

octobre 2021