Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2021 / La vie du 18e

Une épreuve des JO de 2024 au stade Bauer ?

par Michel Germain

Formidable raison d’être heureux pour les supporters du Red Star du 18e : la rénovation de ce fameux stade pour les Jeux olympiques de 2024.

Les grandes lignes de la cession du stade Bauer au groupe Réalités ont été dévoilées par le maire de Saint-Ouen, Karim Bouamrane, le président du Red Star, Patrice Haddah, ainsi que Yoann Choin-Joubert, représentant le groupe Réalités. Alors qu’au départ une reconstruction était prévue, cette annonce d’une rénovation complète, en vue d’une homologation du stade en configuration Ligue 2 dès la saison prochaine, réjouit les nombreux supporters audoniens ainsi que ceux du 18e.

Un stade à l’anglaise

Le projet a fait l’objet d’une consultation publique auprès des habitants de Saint-Ouen. Sur plus de 80 000 réponses aux 2 070 questionnaires renvoyés, 91 % souhaitent un stade à l’anglaise, avec des murs en brique, et la moitié souhaite une plus grande végétalisation. Pour les espaces annexes, les commerces de proximité sont plébiscités car 74 % pensent que leur nombre est insuffisant dans le quartier. Enfin, 81 % souhaitent qu’une épreuve des Jeux olympiques se déroule au stade Bauer.

La nouvelle enceinte prévue gardera l’âme d’un stade à l’anglaise avec des tribunes proches du terrain, pour une meilleure ambiance. Le collectif de la tribune Rino Della Negra, association indépendante du club, se félicite également de cette transformation.

Des supporters heureux

« Naturellement, la rénovation du stade et le fait que toutes les rencontres se joueront désormais à Bauer, sont de bonnes décisions. Le Red Star doit s’installer durablement en Ligue 2, avant de viser plus haut » s’emballe Gérard Alexandre, ancien peintre sexagénaire. Ce Parisien de la rue Vauvenargues, passionné et fin connaisseur du football européen, suit tous les championnats. « Pour le Red Star, jouer tous ses matchs à domicile sur son stade rénové, est essentiel. L’avenir du club passe par son centre de formation », s’enthousiasme Alexis Gorgista, résident de la rue Coysevox, salarié du bâtiment d’origine ukrainienne, tout jeune quinquagénaire. Pour Daniel Bekiermus, ces annonces vont dans le bon sens afin de retrouver le haut niveau. « Pour ce stade mythique, une rénovation aux normes pour le monde professionnel est une excellente nouvelle », insiste cet habitant de la villa Saint-Michel, enquêteur de sondages institutionnels. « Avec son passé, il est souhaitable que ce club revienne au plus haut niveau. »

Une dimension sociale

« Notre volonté est de conserver notre dimension sociale, à l’heure du foot business, en visant l’éthique sportive », martèle Patrice Haddad. Un bonheur n’arrivant jamais seul, Karim Bouamrane révèle que l’équipe restera à Bauer pendant les travaux et proclame : « Le Red Star, c’est Bauer et Bauer, c’est le Red Star. Le stade doit devenir un lieu de vie, afin que l’équipe joue en Ligue 1 avant la fin de mon mandat, dans un stade à visage humain de 12 000 places. »

Le chantier devrait débuter à la fin de la saison 2020-2021, soit vers la fin mai. La livraison est prévue pour 2024, année des Jeux olympiques. •

Dans le même numéro (mars 2021)

  • Le dossier du mois

    Migrants : des militants toujours en action

    Laure Vogel
    Jeunes et familles menacés d’expulsion, campements dans le froid glacial de ce début de février… Alors que les débats sur l’immigration sont à nouveau propulsés sur le devant de la scène médiatique, qu’en est-il vraiment de l’accès des étrangers à leurs droits ? Parole à quelques-uns de ceux et celles qui les accompagnent, jour après jour, au gré des confinements et autres restrictions.
  • La vie du 18e

    Bientôt des logements chez Tati

    Marie-Odile Fargier
    Des logements à la place des rayons de vêtements !
  • La vie du 18e

    Pistes cyclables : à quand l’acte 2 du plan vélo

    Florianne Finet
    L’association Paris en Selle appelle à revoir l’ensemble du plan de circulation de l’arrondissement pour rendre la ville plus vivable à vélo.
  • La commune de Paris 150 ans après

    Tout le 18e célèbre la Commune [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Jusqu’au 28 mai, la Mairie du 18e en association avec les centres Paris Anim’ et les bibliothèques de l’arrondissement proposent des expositions et (...)
  • La commune de Paris 150 ans après

    Les femmes sur tous les fronts

    Philippe Darriulat
    Soixante-douze jours. Soixante-douze jours seulement, du 18 mars au 28 mai 1871. C’est la période, à la fois si courte et si dense, pendant laquelle Paris connut un gouvernement insurrectionnel voulant assurer « l’intervention permanente des citoyens dans les affaires communales ». Cet article est le premier d'une série de trois consacrés à cet évènement historique que fut la Commune. Il s'intéresse aux nombreuses citoyennes souvent oubliées qui ont participé à cette lutte, parfois au péril de leur vie.
  • La commune de Paris 150 ans après

    Célébrations : vives réactions des élus de droite

    Annie Katz
    Commémorer ou célébrer ?
  • La commune de Paris 150 ans après

    Des Communards marchent sur la Basilique (ou presque)

    Danielle Fournier
    Rendez-vous le 18 mars au petit matin sur les marches du Sacré-Cœur.
  • Droits des migrants

    Deux jeunes menacés d’expulsion

    Danielle Fournier
    Sylvain et Fatimate sont tous deux scolarisés dans le 18e. D’âge et de situation différents, ils sont sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF).
  • Droits des migrants

    Un toit c’est un droit

    Sandra Mignot
    S’il n’y a plus de campement porte de La Chapelle ou à Stalingrad, les exilés n’ont pas pour autant déserté le pavé. Pour obtenir des hébergements et solutions pérennes, les associations qui leur viennent en aide lancent des actions d’occupation.
  • Goutte d’Or

    Dérives policières à la barre

    Sandra Mignot
    Durant de nombreuses années, un policier de la BAC du 18e a profité des trafiquants du quartier. Son procès a révélé son implication dans des opérations de blanchiment d’argent, d’interpellations frauduleuses, de vols, de corruption et de trafic de drogue.
  • La Chapelle

    Rien ne se perd, tout se recycle !

    Sylvie Chatelin
    À Paris, les biodéchets représentent encore plus de 23 % de nos poubelles. Les composter permet de les recycler pour se chauffer, circuler et fertiliser les cultures.
  • La Chapelle

    La couche est-elle un déchet compostable ?

    Aline Grouès
    La crèche P’tit d’homme est au cœur d’un projet de transformation des cacas de nos bébés en terreau fertile.
  • Les Gens

    Une vie à regarder devant, toujours

    Magali Grosperrin, Sophie Roux
    A 92 ans, dont 70 passés dans le 18e, Michèle Kersz conjugue le passé et l’avenir avec une énergie hors du commun.

n° 296

septembre 2021