Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2021 / La vie du 18e

Pistes cyclables : à quand l’acte 2 du plan vélo

par Florianne Finet

L’association Paris en Selle appelle à revoir l’ensemble du plan de circulation de l’arrondissement pour rendre la ville plus vivable à vélo.

Le bilan des pistes cyclables post-confinement semble largement positif, mais la crainte de l’accident reste l’un des principaux freins à la pratique du vélo.

En un an, vous êtes deux fois plus à prendre votre bicyclette pour vous déplacer. Une progression fulgurante liée essentiellement à la multiplication des coronapistes depuis mai 2020. En séparant les cyclistes des voitures par des plots ou des glissières en béton, elles ont aidé de nombreux Parisiens à sauter le pas. De belles avancées, salue l’association Paris en Selle. « Quand on les interroge, la majorité des habitants se dit prête à passer au vélo, mais seulement s’il y a des aménagements garantissant la sécurité », résume Alexandre Becker, l’un des référents de l’association dans le 18e.

Parmi les aménagements les plus spectaculaires, trois axes (avenues de Clichy et de Saint-Ouen/rue de La Chapelle/boulevard Ornano) permettent maintenant de traverser l’arrondissement en tous sens et s’inscrivent dans le cadre du réseau vélo d’Ile-de-France (ou RER V) et du vélopolitain, en dépit de quelques défauts. Les cyclistes se retrouvent en effet au milieu des voitures sur certaines portions, séparées par de simples plots.

Mieux partager l’espace

Malgré ces aménagements, Paris accuse encore un retard par rapport à Copenhague ou Amsterdam. Pour rendre le vélo désirable et accessible à tous, il faudrait un vrai maillage continu et de qualité, estime Paris en Selle. « Quelle ville veut-on avoir dans cinq ans, interroge Alexandre Becker. Le plan de circulation n’a quasiment pas bougé en cinquante ans et devrait être revu. Nous ne voulons pas faire disparaître la voiture mais partager l’espace de manière plus équitable. Dans le 18e, seuls 30 % des ménages ont une voiture. Les autres subissent cette occupation de l’espace, le bruit et la pollution. »

L’idée ? Obliger les voitures à rester sur les grands axes et réserver les autres rues aux habitants et aux livreurs. Cela éviterait qu’elles servent de raccourcis pour gagner quelques minutes et éviter des feux comme la rue Boucry ou la rue Marcadet (loin de correspondre à la rue cyclable un temps annoncée par la municipalité). Sur ces chaussées étroites, pédaler dans la circulation à contre-sens est réservé aux plus intrépides, la plupart des voitures ignorant l’obligation, prévue par le Code de la route, de céder le passage aux vélos.

La Goutte d’Or, un exemple à suivre

A la Goutte d’Or, le sens de circulation de plusieurs rues a été modifié depuis l’été dernier pour que le quartier ne se transforme plus en itinéraire bis du boulevard de La Chapelle ou pour rejoindre l’A1. Résultat, une baisse de la circulation globale et un quartier plus calme et plus agréable. « Dès qu’une rue enregistre moins de passages de voiture, elle devient cyclable. Pas besoin d’installer des voies réservées partout, il faudrait adopter la même démarche à Simplon et aux Grandes Carrières », préconise Paris en Selle 18e.

Baisser la vitesse des voitures et scooters est un moyen prouvé de diminuer les accidents. Passer l’intégralité de l’arrondissement en zone 30 (annoncé plusieurs fois par la Mairie) permettrait ainsi de rassurer les cyclistes, surtout les hésitants. C’est aussi un préalable pour mettre en double-sens les quelques rues (Custine, Ramey ou Clignancourt autour de Montmartre) qui ne le sont pas encore.

Autre point noir, les portes de Paris situées le long du boulevard Ney – La Chapelle, Clignancourt, Saint-Ouen. Très empruntées par celles et ceux qui naviguent d’est en ouest, elles devraient être réaménagées pour limiter les dangers, recommande Paris en Selle. Une des solutions résidant dans des ilôts de protection au niveau des carrefours.

L’installation de nouveaux aménagements n’est cependant pas du goût de tout le monde, notamment des automobilistes réguliers. « Il peut y avoir des problèmes à certains endroits précis quand les travaux sont récents. Changer les habitudes des automobilistes prend du temps, par exemple pour ceux qui ne viennent à Paris qu’une fois par mois », répond sans hésiter Alexandre Becker qui rappelle que les embouteillages ne datent pas des coronapistes et que « ce sont davantage les voitures que les pistes cyclables qui sont responsables des ralentissements des bus ».

Au total, d’après une étude de la préfecture d’Ile-de-France publiée en janvier1, la congestion automobile a été réduite de 4 %, tandis que le flux des voitures n’a baissé que de 1,5 %. A propos de bus, la cohabitation avec les vélos sur les voies réservées, comme rue Ordener, reste compliquée. Rouler sur un couloir de bus n’est pas toujours très rassurant, surtout pour les familles avec enfants. « L’idéal ce sont les voies séparées. A défaut, cela vaudrait le coup d’interdire les dépassements des vélos par les bus, comme à Londres, ou a minima élargir ces chaussées ». Ce qui signifierait limiter encore un peu plus la place laissée aux voitures. La Mairie et les habitants y sont-ils prêts ? •

Dans le même numéro (mars 2021)

  • Le dossier du mois

    Migrants : des militants toujours en action

    Laure Vogel
    Jeunes et familles menacés d’expulsion, campements dans le froid glacial de ce début de février… Alors que les débats sur l’immigration sont à nouveau propulsés sur le devant de la scène médiatique, qu’en est-il vraiment de l’accès des étrangers à leurs droits ? Parole à quelques-uns de ceux et celles qui les accompagnent, jour après jour, au gré des confinements et autres restrictions.
  • La vie du 18e

    Bientôt des logements chez Tati

    Marie-Odile Fargier
    Des logements à la place des rayons de vêtements !
  • La vie du 18e

    Une épreuve des JO de 2024 au stade Bauer ?

    Michel Germain
    Formidable raison d'être heureux pour les supporters du Red Star du 18e : la rénovation de ce fameux stade pour les Jeux olympiques de 2024.
  • La commune de Paris 150 ans après

    Tout le 18e célèbre la Commune [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Jusqu’au 28 mai, la Mairie du 18e en association avec les centres Paris Anim’ et les bibliothèques de l’arrondissement proposent des expositions et (...)
  • La commune de Paris 150 ans après

    Les femmes sur tous les fronts

    Philippe Darriulat
    Soixante-douze jours. Soixante-douze jours seulement, du 18 mars au 28 mai 1871. C’est la période, à la fois si courte et si dense, pendant laquelle Paris connut un gouvernement insurrectionnel voulant assurer « l’intervention permanente des citoyens dans les affaires communales ». Cet article est le premier d'une série de trois consacrés à cet évènement historique que fut la Commune. Il s'intéresse aux nombreuses citoyennes souvent oubliées qui ont participé à cette lutte, parfois au péril de leur vie.
  • La commune de Paris 150 ans après

    Célébrations : vives réactions des élus de droite

    Annie Katz
    Commémorer ou célébrer ?
  • La commune de Paris 150 ans après

    Des Communards marchent sur la Basilique (ou presque)

    Danielle Fournier
    Rendez-vous le 18 mars au petit matin sur les marches du Sacré-Cœur.
  • Droits des migrants

    Deux jeunes menacés d’expulsion

    Danielle Fournier
    Sylvain et Fatimate sont tous deux scolarisés dans le 18e. D’âge et de situation différents, ils sont sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF).
  • Droits des migrants

    Un toit c’est un droit

    Sandra Mignot
    S’il n’y a plus de campement porte de La Chapelle ou à Stalingrad, les exilés n’ont pas pour autant déserté le pavé. Pour obtenir des hébergements et solutions pérennes, les associations qui leur viennent en aide lancent des actions d’occupation.
  • Goutte d’Or

    Dérives policières à la barre

    Sandra Mignot
    Durant de nombreuses années, un policier de la BAC du 18e a profité des trafiquants du quartier. Son procès a révélé son implication dans des opérations de blanchiment d’argent, d’interpellations frauduleuses, de vols, de corruption et de trafic de drogue.
  • La Chapelle

    Rien ne se perd, tout se recycle !

    Sylvie Chatelin
    À Paris, les biodéchets représentent encore plus de 23 % de nos poubelles. Les composter permet de les recycler pour se chauffer, circuler et fertiliser les cultures.
  • La Chapelle

    La couche est-elle un déchet compostable ?

    Aline Grouès
    La crèche P’tit d’homme est au cœur d’un projet de transformation des cacas de nos bébés en terreau fertile.
  • Les Gens

    Une vie à regarder devant, toujours

    Magali Grosperrin, Sophie Roux
    A 92 ans, dont 70 passés dans le 18e, Michèle Kersz conjugue le passé et l’avenir avec une énergie hors du commun.

n° 296

septembre 2021