Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

janvier 2021 / Goutte d’or

Bientôt un lieu d’accueil pour les livreurs ?

par Nina Le Clerre

Après son vote en conseil d’arrondissement et la validation de son budget en Conseil de Paris, il ne manque plus qu’un local à la Maison des coursiers pour accueillir les livreurs entre deux courses.

Les livreurs et les coursiers n’ont aucun refuge où patienter et se mettre à l’abri entre leurs services du midi et du soir. C’est à partir de ce constat qu’a germé l’idée de la Maison des coursiers, votée par le conseil d’arrondissement du 18e, le 30 novembre dernier. « C’est encore plus problématique lorsqu’ils habitent loin, en banlieue par exemple  », explique Kevin Poperl, vice-président et co-fondateur de CoopCycle, la fédération de coopératives de livreurs à vélo, en charge de la gestion du futur lieu. « Nous sommes actuellement en discussion avec l’Association pour l’accompagnement, le mieux-être et le logement des isolés (AMLI) qui occupe les locaux où nous souhaitons implanter la Maison des coursiers », ajoute-t-il.

« En théorie, les entreprises qui les emploient devraient mettre à disposition ce type de local dans le cadre de leurs obligations légales », rappelle Barbara Gomes, conseillère (PC) de Paris qui porte le projet. Mais comme elles ne s’y soumettent pas, l’élue voit dans cette structure une solution temporaire et pragmatique pour ces travailleurs précaires.

Construire un autre rapport de force

D’autant qu’ils n’y trouveront pas seulement un abri, des murs et des toilettes. La Mairie de Paris et CoopCycle entendent également en faire un espace de rencontre pour les livreurs envoyés aux quatre coins de la capitale par les algorithmes des applications de livraison. Avec la possibilité en prime de faire valoir leurs droits, pour ces autoentrepreneurs qui ne bénéficient actuellement d’aucune protection sociale dans le cadre de leur activité. Des discussions sont en cours avec le Collectif des livreurs autonomes de Paris (CLAP) afin d’ouvrir une permanence syndicale au sein de la Maison des coursiers. «  Nous voulons aussi développer un accompagnement spécifique pour les travailleurs sans-papiers qui n’ont aucun recours possible contre les plateformes qui les emploient », ajoute Kevin Poperl. « Finalement, l’objectif est de construire un rapport de force plus favorable aux coursiers », résume Barbara Gomes.

Quant à ceux qui souhaiteraient s’émanciper totalement des plateformes de livraison, ils pourront bénéficier d’un accompagnement de CoopCycle afin de lancer leur propre structure. Pour accéder à cette aide, les coopératives de livreurs doivent simplement proposer à leurs employés les garanties dont ils ne bénéficient pas actuellement, le salariat, une rémunération suffisante et une couverture sociale.

Un amendement budgétaire de 35 000 € a été voté début décembre au Conseil de Paris, pour financer le projet. CoopCycle espère que la Maison des coursiers ouvrira ses portes en mars 2021. •

Dans le même numéro (janvier 2021)

  • Le dossier du mois

    La culture en ligne avec son public

    Annie Katz, Dominique Boutel, Sandra Mignot
    Confronté au confinement, le monde du spectacle, privé de son public, s'initie à de nouvelles pratiques. Enseignement à distance, réinvention du jeu scénique, retransmissions vidéos et accueil de compagnies en répétition imposent de nouveaux challenges.
  • La vie du 18e

    Vandalisme répété à la bibliothèque de la Goutte d’Or

    Marie-Odile Fargier
    Associations et habitants protestent dans une pétition contre l’insécurité croissante de leur quartier devenu « une zone de non droit ».
  • La vie du 18e

    Les bons plats à emporter dans le 18e

    Annick Amar, Annie Katz, Catherine Masson, Claire Rosemberg, Elise Coupas, Florianne Finet, Maryse Le Bras, Sandra Mignot, Séverine Bourguignon, Sophie Roux, Sylvie Chatelin
    Malgré l’interdiction du service en salle depuis novembre, bon nombre de restaurants ont choisi de rester ouverts en mettant en place un système de vente à emporter. Un moyen de limiter les pertes pour un secteur profondément touché par la crise sanitaire.
  • La vie du 18e

    Les associations vent debout contre le projet Gare du Nord 2024

    Dominique Gaucher
    Le projet de réaménagement de la Gare du Nord continue de provoquer l’opposition des associations d’usagers et habitants du secteur. Le permis de construire, délivré en juillet dernier, a suscité trois recours gracieux.
  • La vie du 18e

    Trois étoiles pour les fées de la rue Doudeauville

    Patrick Mallet
    Pas de baguette magique mais des chambres dans un hôtel loué par l’association Basiliade, pour y accueillir des femmes enceintes ou avec enfants, seules, à la rue et sans ressources.
  • Goutte d’or

    Santé et précarité : l’ADSF s’adapte

    Nina Le Clerre
    Le Repaire santé Barbès de l’ADSF a ouvert ses portes début octobre. Ce lieu qui propose un accompagnement médical et psychologique aux femmes en difficulté, s’adapte à la crise sanitaire avec des opérations ciblées.
  • La Chapelle

    Fabriqué à Paris : la rue d’Aubervilliers lave plus propre [Article complet]

    Dominique Boutel
    Deux hommes travaillent pour la santé de la planète en créant une lessive écoresponsable !
  • Culture

    Spectacle : les professionnels dans la rue

    Sandra Mignot
    Le monde du spectacle descend dans la rue
  • Culture

    Ateliers créatifs, le défi numérique

    Dominique Boutel
    Comme tous les acteurs du monde culturel, l’association Art’Exprim repense, à travers le numérique, une nouvelle forme de lien avec ses adhérents.
  • Culture

    Ecole Claude Mathieu, apprendre à jouer masqué

    Annie Katz
    Premier ou deuxième confinement, ouvert ou fermé : comme l’ensemble du monde de la culture, l’enseignement du théâtre a dû s’adapter. Une forme de résistance...
  • Culture

    Derrière le rideau, la création résiste

    Dominique Boutel
    Derrière les portes fermées des théâtres
  • Les Gens

    Entre l’ombre et la lumière

    Sandra Mignot
    Codex Urbanus fait partie des artistes que la nuit révèle. Il saupoudre Montmartre de créatures chimériques au fil de ses envies et des surfaces disponibles.

n° 296

septembre 2021