Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mars 2020 / Goutte d’or

Genre et féminisme au centre Barbara

par Sophie Roux

Un temps de libération de la parole autour d’un podcast qui traite des questions de genre, de féminisme et d’égalité.

Le cadre rappelle un peu celui d’une émission de télé des années 80, Droit de réponse, le bazar et la provocation en moins. Nous sommes dans le hall du FGO Barbara, à côté du bar, dans une atmosphère favorisant l’expression, l’échange. Comme tous les premiers jeudis du mois, on vient y écouter collectivement un podcast d’Arte radio de la série Un espace à soi et en discuter.

La formule est d’abord née de la rencontre de deux personnalités. Julie Bataille, chargée des relations presse à FGO Barbara, a un goût personnel pour les podcasts. Après avoir proposé des soirées rap autour d’un autre podcast d’Arte radio, Le Mike et l’enclume, elle rencontre Charlotte Bienaimé, journaliste, au premier Podcast festival de la Gaîté lyrique. « J’avais de nombreux retours. Des auditrices manifestaient leur envie de partager leurs émotions, leurs ressentis, leurs trajectoires. Je n’avais jamais fait cela mais l’idée m’a plu ! » Elle se concrétise en octobre 2019. Chaque mois, jusqu’en juillet 2020, le FGO Barbara propose dans son hall une écoute collective du podcast mensuel.

Conçu par Charlotte Bienaimé en 2017, Un espace à soi est une série de podcasts qui traite des questions de genre, de féminisme et d’égalité. Elle est même devenue une référence sur ces questions, avec des sujets comme le sexisme chez les cadres, l’engagement, le sport, l’afro-féminisme, les amours lesbiennes, l’horloge biologique, la sexualité, le plaisir, etc.

Le podcast ? A l’origine condensé de (i)pod et (broad)cast(ing), c’est la tendance 2020 du web. Quelle drôle d’idée pour un objet conçu pour une écoute solitaire, sous un casque ! Pourtant la formule plaît et rassemble .

Ambiance intimiste

Ce jeudi de janvier, plusieurs séquences sont proposées à la réflexion et à la réaction. Charlotte Bienaimé anime la soirée. Elle diffuse le premier extrait, qui est d’emblée une plongée dans l’intime féminin, le rapport au corps, à la nourriture, à la norme, à l’autre. Son titre ? Le Gras est politique. Il y est fait référence à l’ouvrage de Gabrielle Deydier, On ne naît pas grosse, édité à quelques rues d’ici, aux Editions Goutte d’Or. La parole est à la salle –­ à 80 % féminine – pour aller plus loin, réfléchir à ce que ces paroles évoquent. « Moi, ça me fait penser à ma mère. A 68 ans, elle se pèse tout le temps ! » Une autre parle des représentations et des injonctions sociales qui « pèsent » sur le corps des femmes. Une troisième, des femmes qui cuisinent parfois « pour faire plaisir à leurs enfants ».

Il est ensuite question du sport. « On est conditionnées à être dans des sports de grâce, de contrôle. » « On a désappris aux femmes à utiliser leurs muscles et à frapper. » Les points de vue divergent aussi sur la performance, « qui n’est pas un but en soi pour les femmes ». « Moi, ça me plaît d’aller au bout de mes capacités ! » Les extraits se succèdent : le handicap, le corps abîmé, la sexualité. Les participant(e)s se prennent au jeu de l’écoute collective et osent exprimer leurs désaccords.

Les deux initiatrices ont envie que ces soirées soient encore plus ouvertes, et notamment sur le quartier. On sent que c’est tout un travail, chaque mois, pour améliorer encore la formule : revoir certains détails de l’organisation du hall, s’exposer en tant qu’animatrice pour faciliter l’échange et le partage, accueillir la parole de toutes et tous avec bienveillance, utiliser des techniques d’animation adaptées, s’ouvrir davantage aux habitant(e)s du quartier, laisser s’exprimer la diversité des opinions et des expériences... et on a envie de revenir !

Photo : Pascaline Lemoigne

Dans le même numéro (mars 2020)

  • Le dossier du mois

    Municipales : focus sur des candidats atypiques

    Brigitte Batonnier, Christine Legrand, Claire Rosemberg, Danielle Fournier, Dominique Gaucher, Marie-Odile Fargier, Noël Bouttier, Sophie Roux, Stéphane Bardinet
    Nous avons demandé à chaque tête de liste de nous présenter un candidat « atypique, décalé, ou inattendu », positionné dans les dix premiers. Nous avons (...)
  • Hommage

    Ce que nous aimions de Nadia

    Anne Bayley
    La disparition de Nadia Djabali – rédactrice, maquettiste, puis rédactrice en chef ; bénévole puis salariée – nous rappelle que ce journal est bien plus (...)
  • Hommage

    Merci pour tout

    Sophie Roux
    Nadia était multiple et entière. Ce qui nous manque ? Ses avis tranchés – quitte parfois à avouer : « oui, t’as raison ! » et à en renvoyer la preuve. (...)
  • Hommage

    Un rouage essentiel

    Dominique Delpirou
    Nadia. Première rencontre au local. On échange quelques mots rapides, courtois, un peu secs. Concentrée sur la mise en page du journal, elle ne veut (...)
  • Hommage

    Frangine de cœur

    Lydie Quentin
    J’ai rencontré Nadia lors de son arrivée au 18e du mois. Progressivement, les liens d’une amitié forte et entière se sont tissés. La maladie puis la (...)
  • Hommage

    Une femme passionnée

    Michel Germain
    Nadia pensait toujours à celles ou à ceux qui allaient la lire. Je me souviens de sa présence, un soir de manifestation, dans le quartier Guy (...)
  • Hommage

    Champ d’honneur

    Daniel Conrod
    C’est plutôt le cœur qu’on voudrait ici débonder de sa rage contenue depuis des semaines, mais le cœur ne dit pas tout d’une traversée humaine une fois (...)
  • Hommage

    Nadia, belle et rebelle

    Danielle Fournier
    Nadia, entrée au journal en 1997, en est peu à peu devenue l’âme. Jusqu’à ses derniers moments, elle a parlé du 18e du mois, commenté l’actualité et la (...)
  • Hommage

    Les vies multiples de Nadia

    Noël Bouttier
    A ses obsèques au Père Lachaise le 5 février avaient pris place de nombreuses personnes venues d’horizons si différents. Des journalistes, des (...)
  • La vie du 18e

    A peine collées, aussitôt arrachées

    Daniel Conrod
    Placardées dans la nuit du 26 au 27 janvier, certaines des 1 500 affiches en hommage aux enfants juifs parisiens déportés entre 1942 et 1944 ont été arrachées.
  • La vie du 18e

    Rabelais fermé : 1100 lycéens sans abri

    Christine Legrand
    La décision de la Région de fermer en plein milieu d’année le lycée Rabelais « pour des raisons de sécurité » suscite colère et inquiétude.
  • Montmartre

    Claire Bretécher, le trait impertinent

    Janine Mossuz-Lavau
    Identifiée depuis toujours comme la créatrice des Frustrés, la dessinatrice, Nantaise avant de devenir Montmartroise, a été inhumée au pied de la Butte le 15 février.
  • Clignancourt

    Bingo : un brassage réussi !

    Sonia Imbert
    La deuxième édition du bingo organisé par l’association Village Clignancourt se tenait le dimanche 19 janvier dernier. Une occasion ludique et festive de réunir toutes les cultures et toutes les générations du quartier.
  • La Chapelle

    Le refuge pour toxicomanes est ouvert

    Claire Rosemberg
    Les bâtiments sont flambant neufs, les meubles et le matériel à peine sortis des emballages. Après des difficultés de démarrage, le nouveau centre de repos pour consommateurs de crack tourne sept jours sur sept dans un no man’s land coincé entre la porte de la Chapelle et l’échangeur vers l’A1.
  • La Chapelle

    Une ferme urbaine inattendue dans le jardin d’Eole

    Sylvie Chatelin
    Une nouvelle ferme a été présentée le 6 février au Grand Parquet en présence d’Eric Lejoindre, maire du 18e, et de Colombe Brossel, adjointe chargée de la sécurité à la Mairie de Paris.
  • Histoire

    Ce que disent les arbres [Article complet]

    Danielle Fournier
    Il y a ceux qui bordent les rues, ceux qui embellissent squares et jardins publics, ceux qui croissent dans les cimetières, sur les talus du périphérique ou le long de la petite ceinture, sans oublier ceux qui sont plantés dans les établissements scolaires et sportifs... ou les jardins privés. Voici l'histoire des arbres de notre arrondissement, un patrimoine conséquent, même si souvent considéré insuffisant.
  • Les Gens

    Le fabuleux destin de Linda Bastide

    Monique Loubeski
    Narbonnaise de naissance, Montmartroise de cœur, Linda Bastide navigue depuis longtemps entre Pigalle et Abbesses. A la veille de ses quatre-vingt-cinq ans, elle se retourne sur les mille existences qui ont constitué sa vie.

n° 286

octobre 2020