Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2022 / A poils ou à plumes, le pavé parisien se partage aussi avec les bêtes

Le rat, ce mal-aimé [Article complet]

par Sylvie Chatelin

Le surmulot rattus norvegicus, plus connu sous son petit nom de « rat » véhicule beaucoup de fantasmes. Sa présence (contrôlée) en ville n’est pourtant pas inutile. Portrait et défense de celui qui accompagne les hommes depuis toujours.

Il y aurait entre 1,5 et 2 rats par Parisien soit 3 à 5 millions de ces rongeurs dans la capitale. Mais sans étude scientifique, il est impossible de connaître l’évolution de leur population. Le rat serait sale, agressif, envahirait Paris et bien sûr serait responsable de la propagation de maladies comme la leptospirose ou la peste. Or cette dernière n’est pas transmise par le surmulot qui peuple maintenant nos égouts et nos parcs mais par le rat noir, rattus rattus, largement supplanté par le surmulot ou rat brun depuis près de trois siècles (apparu en 1753 et décrit comme une espèce différente par Buffon en 1760). Les derniers cas de peste à Paris remontent à 1920 (avec quelques cas dans le 18e) mais depuis, malgré « l’invasion » de rats bruns souvent décrite et décriée, aucun cas n’a été signalé.

Il est vrai qu’on peut lui reprocher certaines dégradations. Comme tout bon rongeur qui se respecte, le surmulot peut grignoter les câbles qui se trouvent sur son chemin souterrain et endommager ainsi certaines infrastructures. Mais sans nier l’inquiétude qu’il suscite et les problèmes sanitaires qu’il peut poser, il reste difficile de tenter de réhabiliter le rat. C’est ce qu’a tenté Douchka Markovic, conseillère de Paris, déléguée auprès du Maire du 18e en charge de la condition animale (Groupe Ecologiste), lors de son intervention le 7 juillet au Conseil de Paris (qui avait suscité de nombreuses moqueries).

Elle explique pourtant dans un entretien récent que « ce qui pose problème c’est la remontée des rats ». Il faudrait donc « les cantonner là où ils jouent un rôle positif », dans les égouts. Là, « ils vont dans des endroits où les égoutiers ne peuvent pas aller ». Ils nettoieraient ainsi plus de 800 tonnes de déchets par an dans les égouts et les rues de Paris. Elle rappelle également que les surmulots sortent essentiellement la nuit et préconise de nettoyer les endroits qu’ils fréquentent plutôt en fin de journée afin de ne pas les attirer, c’est-à-dire, entre autres ramasser les poubelles le soir plutôt que le matin.

Lors de son intervention devant le Conseil de Paris, l’élue avait précisé qu’une expérimentation portée par le chercheur Benoît Pisanu du Muséum d’histoire naturelle allait être menée dans le 11e et le 12e dans ce sens et donnera lieu à un rapport scientifique. A voir donc si cela suffira mais notons que nous avons également tous, individuellement, un rôle à jouer en ne laissant pas traîner nos restes de pique-nique et autres nourritures pour chats libres et pigeons dans les parcs et jardins.

Le service propreté plus présent

La ville de Paris a d’ailleurs pris des mesures dans ce sens en installant des containers et des poubelles rendant les déchets inaccessibles dans les parcs et en « accroissant les tournées de ramassage dans les lieux les plus fréquentés et accueillant le plus de pique-niques, et renforcé le nettoyage de l’espace public ».

Douchka Markovic rappelle cependant que pour elle « la réalité, c’est que les actions menées jusqu’à présent ne fonctionnent pas et sont très coûteuses ». Elle a conclu son intervention du 7 juillet en confirmant « qu’il faut agir mais agir différemment, avec un nouveau regard sur la gestion des surmulots à Paris ». Elle invite à repenser leur place dans la ville et leur cohabitation avec les humains en s’appuyant sur la connaissance scientifique de l’animal.

A tenter car le rat, et maintenant le surmulot, est un animal citadin qui vit auprès des humains depuis toujours et cette colocation n’est pas près de s’arrêter. Autant qu’elle se passe bien pour les uns et les autres.

Dans le même numéro (décembre 2022)

  • Le dossier du mois

    De compagnie ou sauvages, des animaux dans la ville

    Magali Grosperrin, Sylvie Chatelin
    Domestique ou à l’état naturel, l’animal est partout chez lui dans Paris. Chiens et chats sont les plus proches de l’homme. Mais il faut aussi composer avec les rats et les pigeons, qui ne sont pas nécessairement malvenus. Ainsi que protéger certaines espèces à plumes telles que les moineaux. Comment mieux vivre avec eux, qu’il s’agisse de les éduquer, les protéger ou les contenir ? Petit tour de quelques espèces avec lesquelles les Parisiens partagent leur espace public.
  • A poils ou à plumes, le pavé parisien se partage aussi avec les bêtes

    Un chien dans la ville

    Magali Grosperrin
    Paris compte 29 parcs canins, dont deux dans le 18e. C’est encore trop peu, et bien que les chiens soient nombreux dans la capitale, il faut ferrailler pour qu’une réelle place leur soit accordée dans l'espace public, en bonne intelligence avec leurs congénères et avec les humains.
  • A poils ou à plumes, le pavé parisien se partage aussi avec les bêtes

    De chats errants à chat libres

    Sylvie Chatelin
    Des amoureux les nourrissent, d’autres les pourchassent. A la mairie du 18e, on tente de rendre leur présence acceptable.
  • A poils ou à plumes, le pavé parisien se partage aussi avec les bêtes

    Habitez-vous dans un quartier moineaux ?

    Sylvie Chatelin
    Voici quatre ans, Paris lançait l’appel à manifestation d’intérêt en faveur des moineaux dont la situation est alarmante : près d’un sur quatre a disparu à Paris depuis les années 2000. Synthèse des principales constatations de ce dispositif publiées par la direction des espaces verts (DEVE).
  • La vie du 18e

    Mise à l’abri des migrants : on n’y croit plus

    Joachim Jarreau
    Après une accalmie durant la crise sanitaire, les campements de personnes exilées sont de retour dans le nord-est parisien, assortis du cycle désormais familier : évacuation, mise à l’abri, reformation d’un camp. En arrière plan, le gouvernement diminue pourtant le nombre de places en hébergement d’urgence.
  • La vie du 18e

    Le houx, ce petit rouge qui pique

    Jacky Libaud
    Le houx, bel arbuste décoratif, sert de garde-manger aux oiseaux au cœur de l’hiver qui se régalent de ses jolies baies rouges. Mais n’est pas oiseau qui veut. Attention à ne pas laisser petits et grands les consommer, elles sont toxiques pour les humains.
  • La vie du 18e

    Graine de jardins, dans la fleur de l’âge

    Dominique Boutel
    L’association Graine de jardins, fondée en 2001, a fêté le 16 octobre dernier ses vingt ans d’actions pour la création de jardins partagés en milieu urbain et semi-urbain. Retour sur une histoire de luttes et de réussites.
  • La vie du 18e

    Lycées Valadon et Rabelais : fermeture avec préméditation ?

    Perrine Kempf
    La Région a annoncé la fermeture prochaine de neuf lycées parisiens. La mobilisation s’organise dans les deux établissements du 18e concernés face à ce qu’enseignants et parents considèrent comme une perte de chance pour les élèves.
  • Clignancourt - Jules Joffrin

    Rideau sur la Divette : derniers Verts à Montmartre

    Pia Carron
    L’auvent vert de La Divette est définitivement rangé. Le célèbre bar de la rue Marcadet et repaire des supporters de Saint-Étienne a fermé ses portes début novembre. Son bail n’a pas été renouvelé.
  • Montmartre

    Le CLAP aux enchères

    Erwan Jourand
    L’appel à projets concernant le terrain actuellement occupé par le CLAP, entre l’avenue Junot et la rue Lepic, suscite de nombreuses convoitises.
  • Histoire

    Mesrine, de la rue Boinod à la Porte de Clignancourt

    Annick Amar
    « Nous savons tous, sans exception, que nous sommes condamnés à mort à notre naissance… Je ne trouve pas plus con de mourir d’une balle dans la tête que de mourir au volant d’une R16, ou à Usinor en travaillant pour le SMIG… Mon métier, c’est de braquer. Alors mourir ou prendre le risque de mourir quand on vit dans la violence… », déclarait Jacques Mesrine au journal Libération en janvier 1979.
  • Les Gens

    Yseult Delgeon, des bébés aux choux

    Sylvie Chatelin
    Son parcours a toujours mené Yseult Delgeon vers la vie, tout d’abord lorsqu’elle était sage-femme et maintenant comme maraichère où elle fait naître du vivant et nourrit une centaine de familles. Portrait d’une grande fille, aux yeux clairs et doux, une femme fidèle à ses convictions.

n° 311

janvier 2023