Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

décembre 2022 / La vie du 18e

Lycées Valadon et Rabelais : fermeture avec préméditation ?

par Perrine Kempf

La Région a annoncé la fermeture prochaine de neuf lycées parisiens. La mobilisation s’organise dans les deux établissements du 18e concernés face à ce qu’enseignants et parents considèrent comme une perte de chance pour les élèves.

« On était sous le choc quand on a appris la fermeture du lycée pour la rentrée 2023. » Souhila Hadji, professeure d’anglais au lycée professionnel Suzanne Valadon dans le 18e, comme beaucoup de ses collègues, est tombée des nues en apprenant la nouvelle : la région Île-de-France prévoit de fermer sept lycées parisiens, dont six professionnels, à la rentrée 2023. Deux autres suivront en 2024, dont Rabelais, dans le 18e aussi, situé porte de Clignancourt. Après la surprise et l’incompréhension vint la colère. Cette décision, prise sans concertation, est vivement dénoncée par les professeurs, parents d’élèves et lycéens mobilisés. Le mercredi 16 novembre devant la Sorbonne, ils étaient plus de 200 selon la CGT Education 75, venus de tous les lycées visés par la mesure, pour s’y opposer.

La Région avance comme arguments « la baisse historique des effectifs des lycées de Paris » et la vétusté des bâtiments. Cette décision permettrait de dégager des moyens qui seraient investis dans les lycées en banlieue où les effectifs augmentent. Ce qui ne convainc pas ceux qui sont en première ligne. C’est un « leurre », selon Souhila Hadji. Aujourd’hui, si Valadon compte moins d’élèves, c’est parce que les classes de la filière Gestion-Administration ont peu à peu été fermées ces quatre dernières années par la Région. A Rabelais également, cet argument est contesté. « Il n’y a pas de baisse des effectifs, malgré les nombreux déménagements qu’ont dû vivre les élèves », assure Florent Lazarovici, professeur d’histoire-géographie à Rabelais.

Nécessité d’annuler la fermeture

Déménagements ? En effet, en février 2020, le lycée avait été fermé pour raison de sécurité. Il était alors prévu qu’après la démolition un nouveau bâtiment soit reconstruit. S’ensuivirent plus de deux ans d’errance durant lesquels élèves et corps enseignant ont été ballotés dans différents établissements parisiens, pour certains à plus d’une heure de trajet. Les formations pré-bac sont revenues à la rentrée 2022 dans leur quartier d’origine, dans des bâtiments modulaires en attendant que le nouvel établissement soit érigé. Ravis d’être revenus dans le 18e et alors qu’ils s’apprêtaient à voir les travaux commencer, le lycée a donc reçu l’annonce de sa fermeture.

Olivier Romain, professeur d’anglais à Rabelais, dénonce un « acharnement pervers » de la part de la Région à l’encontre du dernier lycée général et technologique du 18e, troisième arrondissement le plus peuplé de Paris. Son collègue Florent Lazarovici résume : « Il faut annuler la décision de la fermeture et construire le bâtiment », où reviendraient alors les formations BTS (Brevet de technicien supérieur), aujourd’hui délocalisées dans le 13e et 14e. La fermeture risque de compromettre les multiples projets en cours (partenariats avec Sciences Po, programme Eloquentia qui forme les jeunes à la prise de parole, mentorat avec Sorbonne Université).

« C’est une injustice sociale », pour Souhila Hadji. « Au nom de la mixité sociale, on fait bouger les jeunes de populations défavorisées. » A Valadon comme à Rabelais, le nombre réduit d’élèves par classe (14 à Valadon, environ 25 à Rabelais) permet un suivi pédagogique et un enseignement de qualité auprès d’élèves souvent en difficulté. Dans « ces quartiers populaires, cette dimension humaine est importante », précise le conseiller principal d’éducation (CPE) de Rabelais. « Ça fait des années qu’on lutte contre le décrochage scolaire. Là, on est inquiets pour l’avenir de nos élèves », ajoute Souhila Hadji.

Quelle rentrée en 2023 ?

A la rentrée 2023, les élèves de Valadon doivent être relocalisés dans des lycées éloignés : Elisa Lemonnier (12e), Marie Laurencin (10e) et René Cassin (16e). Quant à Rabelais, l’incertitude règne. Nul ne sait ce qu’il adviendra des classes de seconde l’année prochaine et où iront les élèves en 2024. Entre trajets rallongés et arrivée dans des classes déjà chargées, la poursuite scolaire des élèves paraît compromise. Mais, « dans le désespoir, il y a quelques lueurs d’espoir », confie Olivier Romain pour qui la lutte n’est pas finie. Équipe pédagogique, parents et lycéens ne sont pas prêts à abandonner leurs établissements et prévoient de poursuivre la mobilisation. •

Photo : Thierry Nectoux

Dans le même numéro (décembre 2022)

  • Le dossier du mois

    De compagnie ou sauvages, des animaux dans la ville

    Magali Grosperrin, Sylvie Chatelin
    Domestique ou à l’état naturel, l’animal est partout chez lui dans Paris. Chiens et chats sont les plus proches de l’homme. Mais il faut aussi composer avec les rats et les pigeons, qui ne sont pas nécessairement malvenus. Ainsi que protéger certaines espèces à plumes telles que les moineaux. Comment mieux vivre avec eux, qu’il s’agisse de les éduquer, les protéger ou les contenir ? Petit tour de quelques espèces avec lesquelles les Parisiens partagent leur espace public.
  • A poils ou à plumes, le pavé parisien se partage aussi avec les bêtes

    Un chien dans la ville

    Magali Grosperrin
    Paris compte 29 parcs canins, dont deux dans le 18e. C’est encore trop peu, et bien que les chiens soient nombreux dans la capitale, il faut ferrailler pour qu’une réelle place leur soit accordée dans l'espace public, en bonne intelligence avec leurs congénères et avec les humains.
  • A poils ou à plumes, le pavé parisien se partage aussi avec les bêtes

    De chats errants à chat libres

    Sylvie Chatelin
    Des amoureux les nourrissent, d’autres les pourchassent. A la mairie du 18e, on tente de rendre leur présence acceptable.
  • A poils ou à plumes, le pavé parisien se partage aussi avec les bêtes

    Habitez-vous dans un quartier moineaux ?

    Sylvie Chatelin
    Voici quatre ans, Paris lançait l’appel à manifestation d’intérêt en faveur des moineaux dont la situation est alarmante : près d’un sur quatre a disparu à Paris depuis les années 2000. Synthèse des principales constatations de ce dispositif publiées par la direction des espaces verts (DEVE).
  • A poils ou à plumes, le pavé parisien se partage aussi avec les bêtes

    Le rat, ce mal-aimé [Article complet]

    Sylvie Chatelin
    Le surmulot rattus norvegicus, plus connu sous son petit nom de « rat » véhicule beaucoup de fantasmes. Sa présence (contrôlée) en ville n’est pourtant pas inutile. Portrait et défense de celui qui accompagne les hommes depuis toujours.
  • La vie du 18e

    Mise à l’abri des migrants : on n’y croit plus

    Joachim Jarreau
    Après une accalmie durant la crise sanitaire, les campements de personnes exilées sont de retour dans le nord-est parisien, assortis du cycle désormais familier : évacuation, mise à l’abri, reformation d’un camp. En arrière plan, le gouvernement diminue pourtant le nombre de places en hébergement d’urgence.
  • La vie du 18e

    Le houx, ce petit rouge qui pique

    Jacky Libaud
    Le houx, bel arbuste décoratif, sert de garde-manger aux oiseaux au cœur de l’hiver qui se régalent de ses jolies baies rouges. Mais n’est pas oiseau qui veut. Attention à ne pas laisser petits et grands les consommer, elles sont toxiques pour les humains.
  • La vie du 18e

    Graine de jardins, dans la fleur de l’âge

    Dominique Boutel
    L’association Graine de jardins, fondée en 2001, a fêté le 16 octobre dernier ses vingt ans d’actions pour la création de jardins partagés en milieu urbain et semi-urbain. Retour sur une histoire de luttes et de réussites.
  • Clignancourt - Jules Joffrin

    Rideau sur la Divette : derniers Verts à Montmartre

    Pia Carron
    L’auvent vert de La Divette est définitivement rangé. Le célèbre bar de la rue Marcadet et repaire des supporters de Saint-Étienne a fermé ses portes début novembre. Son bail n’a pas été renouvelé.
  • Montmartre

    Le CLAP aux enchères

    Erwan Jourand
    L’appel à projets concernant le terrain actuellement occupé par le CLAP, entre l’avenue Junot et la rue Lepic, suscite de nombreuses convoitises.
  • Histoire

    Mesrine, de la rue Boinod à la Porte de Clignancourt

    Annick Amar
    « Nous savons tous, sans exception, que nous sommes condamnés à mort à notre naissance… Je ne trouve pas plus con de mourir d’une balle dans la tête que de mourir au volant d’une R16, ou à Usinor en travaillant pour le SMIG… Mon métier, c’est de braquer. Alors mourir ou prendre le risque de mourir quand on vit dans la violence… », déclarait Jacques Mesrine au journal Libération en janvier 1979.
  • Les Gens

    Yseult Delgeon, des bébés aux choux

    Sylvie Chatelin
    Son parcours a toujours mené Yseult Delgeon vers la vie, tout d’abord lorsqu’elle était sage-femme et maintenant comme maraichère où elle fait naître du vivant et nourrit une centaine de familles. Portrait d’une grande fille, aux yeux clairs et doux, une femme fidèle à ses convictions.

n° 321

décembre 2023