Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

avril 2021 / Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

Rue Letort : un collectif redessine son artère

par Dominique Gaucher

Près de la porte de Clignancourt, un collectif constitué à l’occasion du premier confinement, a élaboré un projet pour rendre sa rue plus verte et plus conviviale.

Cela se passe dans une co propriété située dans le bas de la rue Letort. Elle comprend quatre bâtiments, 140 logements et un jardin. Lors du premier confinement des liens se sont tissés entre les résidents. Assignés à domicile, ils se parlent, font de la musique ensemble et se rendent des services. Ils s’organisent aussi pour s’occuper du jardin. Bref ils autogèrent certains aspects de la vie quotidienne.

Pendant cette période, des difficultés d’une autre nature apparaissent, venant, elles, de la rue. Sur une centaine de mètres, entre la porte de Clignancourt et le square Sainte-Hélène, une quarantaine de jeunes se livrent à des trafics de toute sorte. Et y restent. Détritus jonchant le sol, vols, rixes, se succèdent entrainant une insécurité constante pour les résidents.

Quelques-uns préconisent la création d’une brigade d’autodéfense. La majorité d’entre eux refusent cette éventualité peu conforme à leurs convictions et ne leur paraissant pas susceptible d’améliorer la situation. Ils réfléchissent aux moyens de changer la donne. Ainsi naît l’idée d’une occupation plus optimale de la rue, de nature à rendre difficile son appropriation à des fins délictueuses. Actuellement les voitures règnent sur les lieux ne laissant guère le loisir aux habitants de s’y promener, d’y échanger, bref d’y faire société. Leur pari est donc de renverser la vapeur. Ainsi la situation devrait changer.

Un espace pour faire société

Ils conçoivent alors la rue de leurs rêves, « une rue douce » offrant « une distribution cohérente de l’espace public favorisant les piétons et la nature ». Leur projet, finalisé par une résidente ayant une formation d’architecte, s’articule autour de trois axes : inverser la répartition de l’espace au profit des piétons en élargissant les trottoirs ; récupérer l’espace collectif et restaurer du lien social au bénéfice des résidents, des commerçants et des usagers ; planter des arbres pour réduire la pollution, lutter contre les îlots de chaleur et participer ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique.

Quel délai ?

La modélisation du projet fait rêver : la voie destinée à la circulation, automobile et cycliste, n’occupe plus qu’un tiers de l’espace. Une bordure d’arbres, le long de la chaussée et une large bande destinée aux piétons et aux fauteuils roulants au centre, chacune d’un mètre quarante, se partagent la surface restante. Le long des immeubles, un espace fonctionnel plus étroit accueille les poubelles. La communauté de voisins est devenue le Collectif du bas Letort, réunissant une centaine de personnes autour de ce projet. L’un de ses plus ardents défenseurs, Eric Aussy, militant syndicaliste et retraité, donne de son énergie. Et une des membres du collectif, Sarah Khazindar, utilise sa formation d’architecte pour en réaliser les aspects techniques.

Comment s’y prendre pour permettre la réalisation du plan ? Pendant la campagne municipale, les élus se sont déclarés enthousiastes et ont assuré de leur soutien. La Mairie a amélioré le nettoyage, ce qui était nécessaire. Et des places de stationnement seront supprimées. Pour le collectif, il ne s’agit que de mesures transitoires, et ils sont déjà las d’entendre « nous n’avons pas le budget nécessaire ». « Nous souhaiterions savoir, disent-ils quand le projet pourra être pris en compte et comment y travailler entre-temps. »

Quartier oublié

Du côté de la Mairie, même si le projet est en cohérence avec les engagements municipaux, on tempère : « Si on décidait de le faire, ce ne serait pas avant le budget 2022 et il faudrait rogner sur d’autres projets dans l’arrondissement », rappelle Antoine Dupont. Et d’énumérer les travaux prévus d’ici juin : la végétalisation tout près, rue Esclangon, les quatre places de stationnement supprimées pour améliorer la visibilité aux carrefours et créer des stationnements vélos et deux-roues. Deux ralentisseurs seront aussi installés rue Letort. « Il faut aussi savoir qu’on ne peut pas planter en pleine terre dans toutes les rues, car les sols sont déjà très engorgés par les multiples cables et conduites qui y circulent. » Des réponses que les habitants vivent comme une fin de non-recevoir. « Nous nous inscrivons dans la démarche de participation citoyenne tant prônée par la Ville de Paris et dans les mesures de son plan climat. Alors pourquoi ne sommes nous pas entendus ? Nous avons le sentiment que notre quartier, très populaire, intéresse peu la Mairie. Nous sommes la zone oubliée des projets de réaménagements urbains ». Le restera-t-elle ou la démarche citoyenne de ses habitants sera-t-elle entendue ?

Dans le même numéro (avril 2021)

  • Le dossier du mois

    Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

    Brigitte Batonnier, Dominique Gaucher, Sophie Roux
    Que ce soit pour sauver un bâtiment historique de la démolition, lutter contre la surdensification de l'habitat, proposer le réaménagement d'une rue pour donner plus de place aux piétons, au végétal et au lien social, ou encore préserver les abords d'une église classée, des riverains se concertent, montent des dossiers, proposent des projets afin de sauver des trésors du 18e et proposer des cadres de vie citoyens et responsables.
  • Le printemps de la commune

    Balades comme si on y était [Article complet]

    Dominique Boutel
    Arpenter les lieux où se sont déroulés les évènements majeurs de la Commune, découvrir les traces encore existantes de ce passé révolutionnaire, y associer musiques d’hier et d’aujourd’hui, tel est le projet de podcast « baladeur » qu’ont imaginé Manola Bouley et Timothée Peignier, deux jeunes Parisiens, passionnés d’art, d’histoire et de sons.
  • Le printemps de la commune

    Images et Imaginaires

    Danielle Fournier
    Cet article est le second d’une série de trois consacrés à cet événement historique que fut la Commune de Paris. Beaucoup d’idées nouvelles ont été lancées, débattues, mais comment les informations circulaient-elles ? Quelle part ont pris les nouveaux moyens de diffusion, la photographie entre autres, et comment ont-ils façonné, dès 1871, et pour des décennies, l’imaginaire collectif ?
  • Le printemps de la commune

    Un 18 mars à huis clos

    Sandra Mignot
    L’évènement inaugurant les célébrations de la Commune de Paris s’est tenu dans le square Louise-Michel… à l’abri du public.
  • Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

    Projet Boris Vian : le permis de construire est suspendu

    Sophie Roux
    Le chantier avait commencé sur l’ilot situé entre les rues Polonceau et de la Goutte d’Or.
  • Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

    46 rue des trois frères : Vent debout contre la densification de Montmartre

    Brigitte Batonnier
    Démolition, surdensification, béton matricé, aluminium. Soit tout le contraire de ce que l’on pouvait espérer de la sauvegarde d’un immeuble de deux étages dans le style montmartrois.
  • Patrimoine et cadre de vie : les habitants prennent l’initiative

    10 bis rue Muller : Cyclope sacrifié sur l’autel de l’immobilier

    Brigitte Batonnier
    Dans la cour, les jeux sont interdits, mais rien n’empêche d’y jouer à construire un immeuble de cinq appartements. Au mépris de l’architecture de la Butte et de la fragilité de ses sous-sols.
  • La vie du 18e

    C’est l’électrique qui flambe

    Florianne Finet
    L’utilisation croissante des vélos à moteur s’est traduite par de nombreuses pannes et une forte hausse des dépenses de maintenance. La Mairie envisage un ajustement des tarifs.
  • La vie du 18e

    Tests salivaires, à quoi ça sert ?

    Danielle Fournier
    Les tests salivaires sont arrivés dans les écoles, enfin dans quelques-unes d’entre-elles. La manière dont l’outil – présenté comme le moyen de maintenir les établissements ouverts – est utilisé pose nombre de questions.
  • La vie du 18e

    Les cantines remettent le couvert

    Florianne Finet
    Quatre ateliers associant des habitants préparent le retour en gestion directe des cantines. Le contrat avec la Sogeres, prestataire privé, se termine en 2023.
  • La vie du 18e

    Mal-logés en colère

    Unt’ Margaria
    Logements insalubres, petits, les confinements successifs ont aggravé les conditions de vie des mal-logés et la situation ne va pas s’arranger de sitôt.
  • Clignancourt

    Comme sur le zinc, à la maison

    Stéphane Bardinet
    Pour survivre, Antoine Valo Berthon, barman dans le 18e, s’est lancé dans la livraison de cocktails maison.
  • Montmartre

    Ça ne coule pas de source

    Samuel Cincinnatus
    C’est un petit miracle quotidien dont nous ne pourrions plus nous passer, on tourne un robinet et l’eau coule dans nos éviers et dans nos douches.
  • Les gens

    Jean-Claude Casadesus, montmartrois d’origine

    Dominique Boutel
    Sans être un « poulbot », un enfant des rues, il a pourtant joué avec eux et a grandi au cœur de Montmartre, qu’il n’a jamais quitté longtemps.

n° 298

novembre 2021