Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mai 2021 / La vie du 18e

Un rapace sur la Butte

par Jacky Libaud

Cela mérite d’être souligné, chez Monsieur et Madame Epervier, c’est Madame qui monte au front et tient tête aux corneilles houspilleuses.

Celles et ceux qui nourrissent les petits oiseaux le savent bien, parfois un rapace s’invite au festin et repart avec un convive entre les serres ! S’il n’est pas le faucon crécerelle, dont deux couples nichent dans notre arrondissement, le trouble-fête est alors l’épervier Accipiter nisus, qui a déjà nidifié à Montmartre.

Comme souvent chez les oiseaux de proie, le couple présente un fort dimorphisme sexuel et la femelle est plus puissante que le mâle ! Madame épervier est de la taille d’un pigeon et présente un plumage brun et beige alors que Monsieur, de la taille d’une tourterelle, arbore un dos gris ardoise et un ventre barré d’un roux du plus bel effet. Tous deux possèdent de longues pattes jaunes aux doigts très déliés, bien pratiques pour la capture des oiseaux qui sont leurs victimes habituelles. La femelle peut capturer des pigeons ou des geais, alors que le mâle se contente généralement de proies plus petites tels les étourneaux et moineaux. Les cibles sont généralement capturées par surprises, lorsqu’elles sont au sol ou volant à faible hauteur.

Au printemps, il est possible de voir le couple en plein ciel, effectuant les acrobaties aériennes qui composent sa parade nuptiale, mais le reste de l’année le mâle reste généralement à couvert, car ses apparitions provoquent la colère des corneilles qui le poursuivent avec acharnement. La femelle, en revanche, sait résister aux harcèlements aériens de ces irascibles voisines.

De la campagne au maquis de Montmartre

Oiseau des bois et des bocages, l’épervier est entré assez récemment en ville où il se révèle de moins en moins farouche. A Paris, les couples s’installent en général dans les grands parcs tels les Buttes-Chaumont, Montsouris ou le Luxembourg, mais ils peuvent se contenter d’espaces verts plus réduits tel le bosquet de la bibliothèque François Mitterrand.

Entre 2000 et 2017, un couple a même niché dans un vestige du maquis de Montmartre, dissimulé entre les immeubles de la rue Damrémont et ceux de la rue Caulaincourt. Certains riverains médusés ont donc pu suivre toute la reproduction, depuis la construction du nid jusqu’à l’envol des jeunes, à cinq mètres en contrebas de leurs fenêtres ! Le photographe Roland Seitre est venu les immortaliser et nous le remercions pour cette belle photo de la femelle au nid, près de ses poussins. Tant qu’ils sont en duvet blanc, elle reste près d’eux pour les protéger et dépecer les proies que le mâle lui apporte. Ensuite, avant qu’ils ne s’émancipent durant l’été, elle reprendra la chasse pour satisfaire leur féroce appétit.

Et vous, avez-vous repéré les discrets éperviers dans votre environnement ? •

Photo : Roland Seitre

Dans le même numéro (mai 2021)

  • Le dossier du mois

    De la rue au salon : du vert à tous les étages

    Elyse Yacoub, Sandra Mignot, Sylvie Chatelin
    Dedans comme dehors, les citadins ont envie de vert. Végétaliser les rues, prendre soin des pieds d'arbres ou agrémenter salons et balcons de plantes en tous genres est devenu très tendance. Pour le plaisir, le bien-être, l’apaisement mais aussi davantage de convivialité en ville.
  • La Goutte d’or

    Marche sportive pour des femmes entre deux mondes

    Florianne Finet
    Tous les samedis, une quinzaine de femmes de la Goutte d’Or se retrouvent pour marcher à Montmartre. L’occasion de faire du sport tout en découvrant un autre quartier.
  • La Goutte d’or

    Passage de relais à la Salle Saint-Bruno [Article complet]

    Stéphane Bardinet
    Après dix ans à la direction de l’association, Estelle Verdier gardera en mémoire la vitalité du quartier.
  • Porte de Montmartre

    Chambres d’hôtel pour étudiants précaires

    Cornélie Paul
    Depuis quelques mois, des chambres d'hôtel abritent des étudiants en situation précaire, refuge contre les conséquences de la crise sanitaire.
  • Évangile-Charles Hermite

    Vélo-cargo : une scop et des livreurs heureux

    Stéphane Bardinet
    Avec ses coursiers en vélos-cargos électriques, la société Olvo illustre la montée en puissance des micromodes de transport pour s’adapter aux nouveaux usages et s’affranchir de la congestion du trafic. Installée dans la zone industrielle CAP 18, la jeune scop est également en pointe sur la politique sociale et fourmille de projets.
  • Simplon

    Projet Ordener- Poissonniers : la fin du rêve « extraordener » ?

    Dominique Gaucher
    Diminution du nombre de logements, augmentation relative des espaces verts sont au programme mais riverains et associations sont encore loin d’avoir obtenu ce qu’ils souhaitaient. Néanmoins, la porte reste entr’ouverte à la poursuite de la concertation.
  • Montmartre

    Le mécano de la Capitale

    Dominique Dugay
    Les dessous de la Butte abritent un atelier de mécanique à l’ancienne, temple de la clef à molette et du cambouis.
  • Du vert à tous les étages

    A la maison : plantes et boutures, cultiver son intérieur

    Sandra Mignot
    Le vert gagne du terrain partout, même à l’intérieur. Rencontre avec les nouveaux accros du jardinage d’appartement.
  • Du vert à tous les étages

    Devant l’école : de la couleur et des arbres en pleine terre

    Sylvie Chatelin
    Deux rues vont bientôt être réaménagées et rendues aux enfants et aux piétons. Fermées à la circulation devant les établissements depuis septembre 2020 afin de réduire la pollution, assurer la sécurité et se réapproprier l’espace public.
  • Du vert à tous les étages

    Dans la rue : un collectif au pied des magnolias

    Elyse Yacoub
    Ce n’est pas d’hier que les questions d’insalubrité et d’hygiène agitent le Landerneau parisien. Sans doute y a-t-il aussi à redire de l’état des lieux du 18e arrondissement. Néanmoins, si la critique est aisée, l’art du jardinage est difficile.
  • Histoire

    La Commune de Paris : le temps d’une chanson

    Philippe Darriulat
    Cet article est le dernier de trois consacrés à la Commune. Après le rôle primordial joué par les femmes pendant ces soixante-douze jours d’insurrection, voir le numéro de mars, et la place des images sous forme de caricatures, dessins ou photos ; numéro d'avril, cette série s’achève en chansons et sur la mémoire sonore d’une époque. Certaines ont franchi les ans et témoignent encore de ce moment exceptionnel qui dura si peu mais qui marqua si fort la mémoire collective.
  • Culture

    Musique baroque et hip-hop cassent les barrières

    Dominique Boutel
    Bravant les difficultés liées aux consignes sanitaires, port du masque, fermeture des écoles, confinement, le projet Hip Baroque Choc réconcilie les élèves du lycée Auguste Renoir avec le répertoire baroque et souvent, avec eux-mêmes.
  • Culture

    Chant, musique, danse : un spectacle total

    Dominique Boutel
    Le projet Voi(e,x,s), mené depuis trois ans par la compagnie Manque pas d’Airs (MPDA), se fait l’écho d’un travail sur l’interaction possible entre la musique et l’urbanisme.
  • Les Gens

    Danièle Pélissier : la dame des lumières

    Dominique Gaucher
    Présidente de l’Association de défense de Montmartre et du 18e arrondissement (ADDM 18) durant 25 ans, elle vient de passer le flambeau.

n° 298

novembre 2021