Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mai 2021 / Évangile-Charles Hermite

Vélo-cargo : une scop et des livreurs heureux

par Stéphane Bardinet

Avec ses coursiers en vélos-cargos électriques, la société Olvo illustre la montée en puissance des micromodes de transport pour s’adapter aux nouveaux usages et s’affranchir de la congestion du trafic. Installée dans la zone industrielle CAP 18, la jeune scop est également en pointe sur la politique sociale et fourmille de projets.

On en croise de plus en plus à vélo dans nos rues et sur les pistes cyclables. Le vélo-cargo s’installe dans le paysage urbain comme un mode de livraison vertueux. Transportant jusqu’à 100 kg, voire 150 avec une remorque, il est parfaitement adapté à l’explosion des commandes uniques pour les particuliers. Avec l’interdiction du diesel à Paris d’ici deux ans, une menace lourde pour les camions qui roulent en grande majorité à ce carburant, le vent de la logistique urbaine souffle dans le dos des vélos.

Peut-être en avez-vous croisés avec une caisse noire flanquée du logo Olvo ? Les livreurs cyclistes se déplacent principalement sur Paris mais aussi en banlieue pour acheminer des colis en tous genres, des imprimés jusqu’aux bouquets de fleurs, voire des fûts de bière (trois dans la caisse, deux sur la remorque). Avec près des trois quarts de la flotte équipée en électrique, les livreurs couvrent plus de 60 kilomètres par jour, principalement dans Paris mais aussi en banlieue. Les tournées et les commandes sont établies via une plateforme internet et les prix, de 6 à 150 €, calculés par un algorithme qui compulse quinze critères tels que le poids, le volume, le lieu de départ, la destination, le délai de prévenance, les créneaux de livraison…

Reprendre le contrôle du pédalier

Leeroyd Levi était livreur pour Deliveroo. Las de la précarité de son statut, auto-entrepreneur sans protection sociale, il s’entoure d’amis livreurs et fonde la société Olvo en 2018. Les deux premières années, ils sont principalement sous-traitants de Deliveroo mais l’activité décolle. Depuis septembre dernier, la société s’est installée à CAP 18. « L’idée première était de créer une société pour les anciens Deliveroo, Take it easy et autres services de livraison avec la volonté de reprendre possession de leur outil de travail », introduit Paul Roudo, co-gérant et directeur des opérations d’Olvo. « Désormais nous sommes une coopérative, avec un sociétariat sous conditions que nous avons voulues les plus accessibles possibles, soit 50 % d’un salaire mensuel pour l’achat d’une part et six mois d’ancienneté. » Une politique sociale volontaire et qui se démarque de celle des plateformes.

Politique sociale et solidaire

« Les livreurs sont rémunérés avec un salaire un tiers supérieur au SMIC et des avantages en nature tels que la prise en charge à 100 % de la mutuelle, une cantine végétarienne gratuite et 25 € par mois d’équipement », continue Paul Roudo. « Enfin le statut de société coopérative et participative (SCOP) oblige à verser aux sociétaires au moins 25 % des bénéfices de l’entreprise. Mais nous sommes plutôt à 40 %, à l’instar d’ailleurs de beaucoup d’autres coopératives en France. » Les bénéfices pour l’heure sont encore faibles car la société est en pleine croissance et investit beaucoup, mais Paul Roudo regarde avec intérêt cette homologue rennaise qui verse à ses salariés « non pas un treizième mais un dix-huitième mois ! »

Et pourquoi CAP 18, pourquoi le 18e ? « Le nord-est de Paris, les 10e, 11e, 18e, 19e et 20e sont le berceau des initiatives de l’économie solidaire dont nous sommes issus. Nous avons débuté à Colonel Fabien, mais le bail était précaire et s’est arrêté en juillet 2020, nous étions pressés par le temps, CAP 18 s’est avéré le meilleur compromis dans Paris. Car la logistique est une activité avec des marges faibles et des coûts fixes importants. Chaque seconde, chaque dizaine de mètres économisée comptent. » C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’entreprise pense déjà à déménager et lorgne l’ancienne antenne Drouot rue Doudeauville. Les sélections sont en cours et la société se trouve dans le carré des finalistes, réponse bientôt. « Drouot nous rapprocherait de 2 km du centre de Paris, cette distance gagnée, c’est 100 000 € par an de différence pour nous. »

Un hôtel et pleins de choses

Devant la porte du local, des vélos, une ou deux tables et des trentenaires qui déjeunent en profitant du soleil de midi. Olvo est une entreprise jeune qui, en plus de ses ateliers d’entretien de vélo ouverts aux autres entreprises et aux particuliers, développe des logiciels adaptés à la cyclo-logistique et vends des vélos-cargos neufs et des caisses dessinées par eux.

Elle héberge également quatre autres petites sociétés selon un concept d’hôtel logistique et loue un espace de stockage et une chambre froide à différentes sociétés. Bref, chez Olvo, on pédale dur mais la tête n’est pas en reste. •

Photo : Jean-Claude N’Diaye

Dans le même numéro (mai 2021)

  • Le dossier du mois

    De la rue au salon : du vert à tous les étages

    Elyse Yacoub, Sandra Mignot, Sylvie Chatelin
    Dedans comme dehors, les citadins ont envie de vert. Végétaliser les rues, prendre soin des pieds d'arbres ou agrémenter salons et balcons de plantes en tous genres est devenu très tendance. Pour le plaisir, le bien-être, l’apaisement mais aussi davantage de convivialité en ville.
  • La vie du 18e

    Un rapace sur la Butte

    Jacky Libaud
    Cela mérite d’être souligné, chez Monsieur et Madame Epervier, c’est Madame qui monte au front et tient tête aux corneilles houspilleuses.
  • La Goutte d’or

    Marche sportive pour des femmes entre deux mondes

    Florianne Finet
    Tous les samedis, une quinzaine de femmes de la Goutte d’Or se retrouvent pour marcher à Montmartre. L’occasion de faire du sport tout en découvrant un autre quartier.
  • La Goutte d’or

    Passage de relais à la Salle Saint-Bruno [Article complet]

    Stéphane Bardinet
    Après dix ans à la direction de l’association, Estelle Verdier gardera en mémoire la vitalité du quartier.
  • Porte de Montmartre

    Chambres d’hôtel pour étudiants précaires

    Cornélie Paul
    Depuis quelques mois, des chambres d'hôtel abritent des étudiants en situation précaire, refuge contre les conséquences de la crise sanitaire.
  • Simplon

    Projet Ordener- Poissonniers : la fin du rêve « extraordener » ?

    Dominique Gaucher
    Diminution du nombre de logements, augmentation relative des espaces verts sont au programme mais riverains et associations sont encore loin d’avoir obtenu ce qu’ils souhaitaient. Néanmoins, la porte reste entr’ouverte à la poursuite de la concertation.
  • Montmartre

    Le mécano de la Capitale

    Dominique Dugay
    Les dessous de la Butte abritent un atelier de mécanique à l’ancienne, temple de la clef à molette et du cambouis.
  • Du vert à tous les étages

    A la maison : plantes et boutures, cultiver son intérieur

    Sandra Mignot
    Le vert gagne du terrain partout, même à l’intérieur. Rencontre avec les nouveaux accros du jardinage d’appartement.
  • Du vert à tous les étages

    Devant l’école : de la couleur et des arbres en pleine terre

    Sylvie Chatelin
    Deux rues vont bientôt être réaménagées et rendues aux enfants et aux piétons. Fermées à la circulation devant les établissements depuis septembre 2020 afin de réduire la pollution, assurer la sécurité et se réapproprier l’espace public.
  • Du vert à tous les étages

    Dans la rue : un collectif au pied des magnolias

    Elyse Yacoub
    Ce n’est pas d’hier que les questions d’insalubrité et d’hygiène agitent le Landerneau parisien. Sans doute y a-t-il aussi à redire de l’état des lieux du 18e arrondissement. Néanmoins, si la critique est aisée, l’art du jardinage est difficile.
  • Histoire

    La Commune de Paris : le temps d’une chanson

    Philippe Darriulat
    Cet article est le dernier de trois consacrés à la Commune. Après le rôle primordial joué par les femmes pendant ces soixante-douze jours d’insurrection, voir le numéro de mars, et la place des images sous forme de caricatures, dessins ou photos ; numéro d'avril, cette série s’achève en chansons et sur la mémoire sonore d’une époque. Certaines ont franchi les ans et témoignent encore de ce moment exceptionnel qui dura si peu mais qui marqua si fort la mémoire collective.
  • Culture

    Musique baroque et hip-hop cassent les barrières

    Dominique Boutel
    Bravant les difficultés liées aux consignes sanitaires, port du masque, fermeture des écoles, confinement, le projet Hip Baroque Choc réconcilie les élèves du lycée Auguste Renoir avec le répertoire baroque et souvent, avec eux-mêmes.
  • Culture

    Chant, musique, danse : un spectacle total

    Dominique Boutel
    Le projet Voi(e,x,s), mené depuis trois ans par la compagnie Manque pas d’Airs (MPDA), se fait l’écho d’un travail sur l’interaction possible entre la musique et l’urbanisme.
  • Les Gens

    Danièle Pélissier : la dame des lumières

    Dominique Gaucher
    Présidente de l’Association de défense de Montmartre et du 18e arrondissement (ADDM 18) durant 25 ans, elle vient de passer le flambeau.

n° 297

octobre 2021