Journal d’informations locales

Le 18e du mois

Abonnement

FacebookTwitter

mai 2020 / Santé / Personnes âgées

Ehpad : le pire aura-t-il été évité ?

par Dominique Gaucher

Claire Patry, gériatre, évalue les adaptations mises en place par les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes afin de faire face à l’épidémie.

21 heures, la journée de Claire Patry, commencée à 8 heures ce matin, dans le cadre de « « l’équipe mobile de gériatrie externe Ehpad et ville » se termine. Sa mission consiste à épauler les médecins coordinateurs de quatre Ehpad du 18e arrondissement. Dans ces structures, la moyenne d’âge des résidents, souvent atteints de plusieurs pathologies, est de 85 à 86 ans.
« Le confinement, décidé très tôt (1), a retardé la diffusion du virus, explique la docteure Patry. Il a permis de s’organiser pour renforcer la prise en charge médicale en fonction de l’épidémie. Ainsi à L’Oasis, le médecin coordinateur est passé à temps plein. Et un généraliste vient en renfort. La création, en mars dernier d’une Communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) dans le 18e a facilité l’implication des professionnels libéraux (lire notre numéro 281). »
Cette augmentation des moyens médicaux s’intègre dans la stratégie générale d’aide aux Ehpad mise en place par l’ARS d’Ile-de-France. La majeure partie ou un nombre important de résidents malades sont traités au sein de leur établissement. Ils y reçoivent les soins nécessaires par le biais de l’hospitalisation à domicile (HAD). Si leur état s’aggrave, les praticiens évaluent la capacité de leur organisme à supporter un traitement en réanimation très éprouvant.
Chaque situation est soigneusement examinée et personne n’est laissé sans assistance. Les résidents, très malades, ne pouvant être envoyés en réanimation, sont accompagnés jusqu’au terme de leur vie avec des soins d’accompagnement et des soins palliatifs.
Au niveau purement médical, les renforts sont donc là. C’est peut-être moins le cas pour les autres personnels soignants pourtant tout aussi indispensables à la prise en charge des résidents. A L’Oasis, une infirmière libérale a renforcé l’équipe mais les besoins demeurent importants. Heureusement, d’autres soutiens sont arrivés. « Nous avons sollicité l’IFSI de l’hôpital Bichat qui nous a envoyé 21 élèves de première année, indique la docteure Patry. Ils accompagnent les résidents dans des actes essentiels de leur vie : prendre leurs repas, marcher un peu et rester en contact avec leur famille via les outils numériques. »
En effet l’isolement est très dur à supporter et les établissements s’efforcent de trouver des moyens permettant aux résidents de conserver malgré tout un minimum de mobilité et de relations avec leurs proches. On accompagne ceux qui peuvent marcher et le souhaitent dans les couloirs ou la cour, s’il y en a une. Mais ils doivent accepter de porter un masque.
Malgré les précautions prises, la maladie se répand comme une trainée de poudre. Difficile dans ce contexte de chiffrer le nombre de personnes contaminées. Mais il y en a beaucoup dans les Ehpad. Chez les soignants aussi, le virus sévit. Entre un tiers et la moitié des effectifs ont été touchés, estime Claire Patry. Les personnes sans symptômes mais testées positives ont pris en charge les malades déclarés. Il faut prendre en compte la fiabilité relative du test réalisé à partir des prélèvements biologiques : il comporte un pourcentage d’erreur d’environ 30 %.
N’oublions pas que les Ehpad, gravement touchés par cette crise sanitaire, « méritent autant de soutien, logistique et humain, que l’hôpital », plaide Claire Patry.
 [1]


[1Entre le 11 mars et le 20 avril, les visites aux personnes âgées dans les Ehpad ont été interdites pour les protéger d’une infection au virus.

Dans le même numéro (mai 2020)

  • A période exceptionnelle...

    Un nouveau numéro entièrement en ligne

    Dans le contexte exceptionnel que nous connaissons actuellement avec la crise Covid-19, et comme c’était déjà le cas le mois dernier, votre journal (...)
  • Actualité web

    Restos et bars : la rue est à eux !

    Sandra Mignot
    L’idée était portée depuis quelques temps par Anne Hidalgo, elle va devenir réalité : des rues de Paris vont être entièrement ou complètement fermées à (...)
  • Le dossier du mois

    La générosité en actes

    Florianne Finet, Laure Vogel, Marie-Odile Fargier, Samuel Cincinnatus, Sandra Mignot, Sylvie Chatelin
    Accessoires de protection individuels, aide aux personnes isolées ou précaires, soutien aux soignants : les habitants et professionnels de l’arrondissement n’ont pas attendu pour se mobiliser en cette période de crise.
  • La générosité en actes

    Cuisine de cheffe pour sans-abri

    Sandra Mignot
    Cuisinière de métier, Emma s’est rapprochée d’un réseau spontané de livreurs à vélo pour apporter de délicieux repas aux sans-abri.
  • La générosité en actes

    Blouses et masques grâce à Formamod

    Samuel Cincinnatus
    Des professionnels et élèves volontaires de l’établissement de formation aux métiers de la mode confectionnent gracieusement des équipements de protection.
  • La générosité en actes

    Des gourmandises pour les soignants

    Florianne Finet
    Près de 2 800 viennoiseries ont été offertes aux hôpitaux et maisons de retraite depuis le début du confinement par les commerçants du 18e.
  • La générosité en actes

    Grand âge : des bénévoles à l’écoute

    Sylvie Chatelin
    La solitude devient difficile lorsqu’on ne peut plus sortir. Pour maintenir le lien social avec les personnes vulnérables, plusieurs associations ont développé un service d’écoute téléphonique.
  • La générosité en actes

    Des visières grâce à l’impression 3D

    Laure Vogel
    En s’inspirant d’une initiative venue d’Italie et en se documentant sur la Toile, deux habitants du 18e se sont lancés dans la fabrication de visières. Homologuées, elles se révèlent plus pratiques que les lunettes de protection.
  • La générosité en actes

    Les Ravitailleurs fournissent plus de 1 000 repas par jour

    Marie-Odile Fargier
    Pol Maire est l’initiateur d’un collectif créé en quelques jours mi-mars pour fournir des repas aux plus démunis. Un réseau rassemblé depuis son petit appartement à Château Rouge.
  • La vie du 18e

    Etat d’urgence : contrôles ou excès de zèle ?

    Sophie Roux
    Comment les mesures exceptionnelles ont-elles été respectées et contrôlées dans l’arrondissement ? Tour d’horizon.
  • La vie du 18e

    Dans la rue : le confinement à la marge

    Sophie Roux
    « Restez à la maison ! » Cette injonction répétée s’avère inapplicable pour ceux qui ont la rue comme seul abri. Le confinement de toute la population rend aussi leurs conditions de vie plus difficiles et précaires.
  • La vie du 18e

    Tiens, on entend le chant des oiseaux !

    Jacky Libaud
    Un des mérites du confinement, et de l’arrêt des bruits qui s’est ensuivi, est la redécouverte par de nombreuses personnes de la présence d’oiseaux chanteurs en ville. Cela n’a pourtant rien d’extraordinaire, ces volatiles sont là également en temps normal et comme nous sommes au printemps ils chantent, c’est logique !
  • Santé / Personnes âgées

    Inquiétude autour des maisons de retraite

    Danielle Fournier
    Campagne de tests, protection des soignants et des résidents, liens avec les familles : de nombreuses mesures ont été prises pour éviter l’hécatombe dans les établissements.
  • Santé / Personnes âgées

    Soignants de ville : le deuxième front

    Claire Rosemberg
    Médecins de ville, spécialistes, infirmiers : comment font-ils face à la pandémie ? Si certains ont pu se croire inutiles, tous se sont réorganisés alors que certains patients, par peur de la contamination ou par crainte de déranger, ont hésité à venir consulter .
  • Consommation

    La vie en noir des petits commerçants

    Claire Rosemberg
    Un coiffeur qui imagine des « coupes à masque », des restaurants qui se réinventent, un artiste-peintre tétanisé par le spectre du monde futur. Libraires, fleuristes ou restaurateurs : « On est tous dans la merde », disent ces commerçants de Montmartre.
  • Consommation

    Coopaparis : l’affaire de tous

    Marie-Odile Fargier
    Comment organiser la lutte contre le virus dans une boutique gérée collectivement par quelque 400 coopérateurs ?
  • Chronique

    Dictionnaire à l’usage du covidien amateur

    Daniel Conrod
    Apéros confinés : nous ont excités au début du confinement. Ont existé. Ont fini par lasser. Mieux que rien. Chloroquine : antipaludéen notoire (...)
  • Culture dedans / dehors

    Un air d’opéra s’échappe d’une fenêtre de la rue...

    Annie Katz
    Un air d’opéra s’échappe d’une fenêtre de la rue André Antoine et « L’amour est enfant de bohème » est repris en chœur par des dizaines d’habitants qui (...)
  • Culture dedans / dehors

    Du saxo Porte de Clignancourt

    Sophie Roux
    Gulliver Atwood joue tous les soirs dans la villa Ornano. Il a commencé à jouer, sur son balcon, à peu près dix jours après le confinement.
  • Culture dedans / dehors

    Du lightpainting à la Porte Montmartre

    Sophie Roux
    Ivan Sigg propose quotidiennement une œuvre numérique live originale.
  • Culture dedans / dehors

    Cinq aventures en ligne pour vous distraire

    Sonia Imbert
    Les salles de spectacle resteront fermées de longues semaines. Les rideaux sont tombés, mais certaines cherchent à maintenir le lien avec leur (...)
  • Culture dedans / dehors

    Le confinement dans la joie et sur le net

    Dominique Boutel
    Confinement.fun accueille la créativité née de cette période pour encourager l’imagination tout terrain... clos ! Sur un ton légèrement provoc’ et ironique.
  • Portrait

    Philippe Hersant, la création en solitaire

    Dominique Boutel
    Habitant les Abbesses depuis près de quarante ans, ce compositeur de musique contemporaine, d’abord un peu démotivé par le confinement, se lance dans une nouvelle création.

n° 306

Juillet-août 2022